Warriors Orochi

Warriors Orochi

Warriors Orochi, c'est d'abord un état d'esprit, une vision d'une ou de plusieurs personnes qui ont eu l'illumination. Le constat fut donc très simple. Dynasty Warriors et ses déclinaisons se vendent bien, de même que Samurai Warriors et ses mêmes déclinaisons. Bon, qu'allons-nous pouvoir faire maintenant pour renflouer les caisses de la société en dépensant le moins d'argent possible tout en répondant à une sorte de demande de la part du public ? Quelqu'un, une idée ? - Pourquoi, on ne développerait pas autre chose que du beat'em all de masse ?... Silence gêné... Et puis quoi encore, un jeu à la Wipeout tant que vous y êtes ?!... Silence encore plus gêné... - Je crois qu'on l'a déjà fait ça, monsieur !... Silence de mort... Bon, bref, je veux des idées les enfants, mais des vraies, hein, des novatrices... Huit heures plus tard... Bon, nous sommes tous d'accord ! Nous allons donc fusionner Samurai Warriors et Dynasty Warriors pour en faire une fausse nouvelle franchise en tablant principalement sur le nombre de personnes jouables ! - Monsieur, cette idée est brillante, je peux vous embrasser ?... Silence de mort suivi d'un silence gêné.

Test Warriors Orochi Xbox 360 - Screenshot 91Un décor sans âme pour un jeu qui s'en cherche également une.

Dans tout ça, Warriors Orochi a tout de même la chance de bénéficier d'un scénario follement jouissif qui pourra se vanter de m'avoir fait rire aux larmes. Imaginez un peu. Orochi, un démon séculaire traversant l'espace temps décide de fusionner les univers des Trois Royaumes et l'époque Sengoku afin d'asseoir sa suprême suprématie (ouais, l'est un peu mégalo l'Orochi) en venant à bout de tous les meilleurs combattants de ces deux mondes. Et c'est qu'il va avoir de quoi faire le bougre vu qu'on dénombre plus de 70 personnages sortant respectivement des Samurai Warriors ainsi que d'une tripotée de Dynasty Warriors. Ce mélange a au moins le mérite de proposer aux joueurs des héros hauts en couleurs, disposant chacun de techniques de combat spécifiques. Dommage que le reste du jeu n'ait pas bénéficié d'idées aussi brillantes. En somme, exception faite de son casting de luxe, le soft de Koei fait peine à voir. D'une part, le contenu se limite aux modes Histoire et Jeu Libre, le second nous permettant de reprendre les niveaux débloqués dans le premier avec des groupes de trois combattants que nous aurons choisis au préalable en allant piocher parmi les protagonistes de chaque épisode composant ce cross-over.

Test Warriors Orochi Xbox 360 - Screenshot 92Des combats brouillons et confus. La marque de fabrique des sagas Dynasty Warriors et Samurai Warriors.

La construction du jeu est, elle aussi, strictement identique à celle de ses aînés à quelques détails près. Ainsi, il est désormais possible de switcher entre trois personnages à tout moment de l'aventure, ceci conférant aux rixes un côté moins monotone. Cependant, il n'en reste pas moins que les missions se ressemblent beaucoup trop, qu'on a parfois tendance à ne plus savoir quoi faire, sans parler des combats toujours aussi brouillons n'arrangeant pas les choses. A ce sujet, honte aux développeurs qui n'ont pas su régler les problèmes de caméra, celle-ci étant mal placée et empêchant d'avoir une vue claire de la situation. De même, l'IA quasi inexistante et la qualité graphique du jeu, tout juste du niveau de celle d'une Xbox, achèvent un titre qui n'avait pas besoin de ça. Bien entendu, le gain d'expérience pour augmenter les caractéristiques de son poulain, ainsi que la fusion d'armes répondent présents mais c'est loin d'être suffisant pour masquer les carences techniques ou l'absence de nouveautés qu'on était en droit d'attendre d'un tel produit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site