UEFA Champions League2006-2007

UEFA Champions League 2006-2007

Qui de mieux que les équipes de développement d'EA Sports, spécialistes pour faire monter la sauce et privilégier le côté ambiance spectaculaire des rencontres de football, pour représenter fidèlement la singularité des matchs joués en C1 ? A l'heure actuelle, sans doute personne puisque la marque de fabrique de la série des FIFA (on peut très logiquement considérer ce titre comme un FIFA 07 bis) demeure d'année en année, d'époque en époque, la mise en avant d'une bande-son d'exception, virtuellement la plus proche possible de ce que peuvent ressentir des supporters passionnés dans une enceinte de plusieurs dizaines de milliers de places. A l'aube des premiers constats du dernier tiers de la saison en cours, EA remet donc les petits plats dans les grands pour nous faire vivre la C1 dans son intégralité afin que l'on puisse nous aussi brandir la Coupe aux grandes oreilles tant convoitée. Licences évidemment à l'appui, le titre se pare de tout ce qui est officiel autour de la compétition, et notamment de son célèbre hymne dont les paroles insistent sur le niveau si relevé de ladite épreuve.

Test UEFA Champions League 2006-2007 Xbox 360 - Screenshot 10Au lieu de se placer à différents endroits, les joueurs ont tendance à se suivrent lors des contre-attaques.

Vous avez remporté chacune des compétitions de FIFA 07 ou de Coupe du Monde de la FIFA 06 et vous réclamez de nouveaux défis, une nouvelle motivation, un nouveau contenu ? EA le sait et soumet à l'évaluation des habitués du foot vu par sa franchise la plus célèbre, une sorte d'add-on qui se contente de la Ligue des Champions, dans ses moindres détails certes, mais pour un prix clairement exorbitant. Concrètement, en plus de pouvoir participer à une C1 ou jouer un match amical, le joueur a accès à différents modes de jeu annexes dont l'intérêt se veut la plupart du temps limité. Sont au rendez-vous le classique mode Fiesta, les traditionnels défis (qui consistent à changer le cours de certains matchs de C1 ou ayant un impact sur les clubs qualifiés en C1, comme les rencontres de la dernière journée de certains championnats) et un tout nouveau mode Equipe Suprême. En revanche, grosse déception pour les joueurs Xbox 360 dans la mesure où le mode Triplé, vraisemblablement seule originalité promise par EA, brille par son absence. Impossible donc d'entamer un championnat national et de tenter le pari de remporter trois titres en une seule et même saison.

Test UEFA Champions League 2006-2007 Xbox 360 - Screenshot 11L'éditeur de formation et la mise à jour des transferts (Wendel, Jussiê et Cavenaghi ici) illustrés ici.

Pour continuer dans l'épluchage du contenu, précisons rapidement en quoi consiste le mode Equipe Supreme, inédit. Plutôt obscur dans son véritable objectif et finalement très gadget, il permet au joueur de monter une équipe de toutes pièces en partant de très bas (dans le genre Christian Gimenez et Demetrius Ferreira) pour atteindre des sommets et accéder à la Ligue des Champions. Apparemment destiné à concurrencer la Ligue Masters d'un PES, ce mode mise l'entente du collectif, la gestion des contrats des joueurs et du personnel (entraîneurs, physios, kinés...) et la progression générale des joueurs, incluant leurs blessures et suspensions. Les bons résultats obtenus dans les autres modes (sauf Fiesta) donnent accès à des cartes de bronze, d'argent ou d'or afin d'influer sur les performances individuelles et collectives de ses protégés. Celles-ci peuvent permettre d'attirer des joueurs pour une durée variable, d'optimiser leurs performances en matchs, de réduire leur temps d'indisponibilité après une blessure, de prolonger leur contrat, d'apporter des bonus de personnel, de personnaliser l'équipe ou de jouer des semblants de joker pendant les rencontres, qu'ils soient en votre faveur ou en défaveur de celle de votre adversaire. Tout semble compliqué. Tout l'est. Ce n'est au final qu'un cercle vicieux ponctué par une participation en C1 que l'on obtient en quelques secondes en sélectionnant une équipe classique, malgré des échanges possibles sur le Xbox Live pour les possesseurs d'abonnements Gold... Un Online qui, au passage, accueille jusqu'à 10 joueurs simultanément et 64 sur une compétition entière.

Test UEFA Champions League 2006-2007 Xbox 360 - Screenshot 12Bienvenue dans le stade Chaban-Delmas.

Si UEFA Champions League 2006-2007 ne propose finalement rien d'autre en parallèle (son nom n'est pas usurpé pour le coup...), il ne fait pas l'erreur d'omettre les clubs qui ne participent pas à la Coupe d'Europe. Cependant, il se veut à ce niveau-là bien incomplet et très loin de l'exhaustivité affichée par l'aîné FIFA 07 sur d'autres supports que la Xbox 360, comptant un nombre considérable de formations. Répondent présents les clubs de Ligue 1 Orange, de Première League, de D1 allemande, de D1 espagnole, de D1 italienne et 17 autres invités : l'AEK Athènes, Anderlecht, le Benfica Lisbonne, le Celtic Glasgow, le Chakhtior Donetsk, le FC Copenhague, le CSKA Moscou, le Dinamo Kiev, Galatasaray, la Juventus, le Levski Sofia, l'Olympiakos, le FC Porto, le PSV Eindhoven, le Spartak Moscou, le Sporting Lisbonne et le Steaua Bucarest. Dans les options, tout ce qui fait la personnalité d'un FIFA est au rendez-vous : création et modification de joueurs, modification des formations des équipes (dispositifs, mentalités offensives et défensives, choix des tireurs, etc.) avec un éditeur bien présent. Concernant les transferts, la mise à jour date du mercato hivernal, ce qui débouche sur des effectifs complets et fidèles à ceux d'aujourd'hui. Une base de données globalement satisfaisante, d'autant qu'une vingtaine de stades sont modélisés (la moitié seulement des stades PS2), dont le stade de Gerland, le Parc des Princes et le Vélodrome pour la France.

Test UEFA Champions League 2006-2007 Xbox 360 - Screenshot 13En ces temps durs, la PS3 a bien besoin d'un petit coup de pub lorsque l'on joue sur Xbox 360...

Sur le terrain et après avoir profité de l'introduction en grandes pompes composée de plans bien connus de la télévision sur fond d'hymne officiel, tout laisse à penser que le gameplay n'a concerné qu'une infime partie du développement du jeu puisque repompé sur celui du grand frère FIFA 07. Dans les points forts, on remarque tout de même une nouvelle très légère progression du réalisme. Les frappes sont moins souvent cadrées, le terrain se remonte plus lentement, les gardiens sortent régulièrement de très gros matchs, les passes en profondeur provoquent moins d'errements douteux dans les défenses adverses, les contacts physiques sont toujours plus présents... Autant de bons côtés qui ne pèsent finalement pas lourds face à de récurrents problèmes en tous genres. Imprécision des commandes, automatisme des passes, répétitivité de l'action, défenses regroupées dans l'axe, manque important d'impact physique des défenseurs au moment d'intervenir, toiles de gardiens (un vrai paradoxe lorsqu'on les voit arrêter des boulets de canon à bout portant), nivellement des gabarits, jeu aérien sans punch, coups francs hasardeux... Notons aussi que les lignes ont tendance à s'étirer, en dépit des réglages opérés dans les options, au moment des contre-attaques durant lesquelles le ou les attaquants se retrouvent seuls face à la défense. S'ajoutent à cela des décisions étranges de la part des arbitres et notamment celles de siffler de plus en plus de fautes même si la précision du tacle ou la virilité de l'intervention ne le justifient pas.

Test UEFA Champions League 2006-2007 Xbox 360 - Screenshot 14Les gardiens ont tendance à ne pas sortir de leurs six mètres et à attendre patiemment l'attaquant adverse.

Parallèlement à tout ceci, le titre est assez agréable à jouer et se prend en mains très vite, même si l'on note une augmentation radicale du niveau de difficulté. L'animation gagne petit à petit en fluidité, principalement au moment de la décomposition des mouvements, de moins en moins saccadée. Une animation et un déplacement des joueurs que l'on aurait cependant aimé plus réalistes, puisque les protagonistes ont tendance à rester sur leurs appuis sans trop prendre de risques. A rester également très proches du positionnement de leur poste. Ainsi, vous ne verrez quasiment pas de défenseur venir prêter mains fortes à ses coéquipiers, encore une fois, malgré toutes les options réglables dans les stratégies d'équipe. Un côté stéréotypé, rangé, et finalement très arcade qui illustre vraiment la conception que se fait EA Sports du football. Pour en terminer avec le jeu sans ballon, on ne pourra que pester contre une sélection automatique ou manuelle des joueurs complètement chaotique. Il est parfois impossible de prendre le contrôle du joueur le mieux placé pour intervenir auprès du porteur du ballon. Mais au final, tout ceci n'est pas vraiment surprenant, le gameplay des titres dérivés des FIFA ne fait que trop rarement l'objet d'améliorations et se contente de retranscrire, fidèlement, l'ambiance de la Ligue des Champions dans sa version 2006/2007. A vous d'écrire l'histoire et de décider du nom du successeur au Barça...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×