Thrillville : Le Parc En Folie

Thrillville : Le Parc En Folie

Vous l'avez sans doute déjà compris à la lecture de l'introduction, ce nouvel épisode de Thrillville ne propose pas véritablement de nouveautés majeures, mais se contente d'ajouter un peu de consistance à la nouvelle formule de Frontier. Et si dans un souci de clarté, votre humble serviteur va tout d'abord s'attacher à décrire le concept du jeu afin de satisfaire la curiosité des nouveaux venus, les connaisseurs préféreront sans doute sauter ce paragraphe et le suivant. Allez, bouclez bien vos harnais, c'est parti pour un tour. Dans Thrillville, le joueur se retrouve catapulté au poste de gérant d'un parc d'attractions. Aidé du sympathique et délirant professeur Mortimer, il devra alors tout faire pour rendre le lieu rentable et performant. Construire de nouvelles attractions et boutiques, veiller à la propreté et à la sécurité du parc en embauchant techniciens et nettoyeurs, lancer des campagnes de pub, fixer les tarifs pratiqués par chaque manège, prendre la température en interrogeant directement les visiteurs seront autant de tâches nécessaires mais amusantes qu'il vous faudra remplir.

Test Thrillville : Le Parc En Folie Xbox 360 - Screenshot 15Les menus de "gestion" ne seront sans doute pas ce que vous retiendrez de Thrillville.

Rassurez-vous tout de même, le titre se veut très accessible, et il n'y aura donc pas besoin de passer par cinquante menus différents pour mettre de l'ordre dans tout ce remue-ménage coloré. On se contentera généralement de se balader dans le parc comme n'importe quel autre visiteur et d'interagir avec tout ce qu'on trouvera à l'écran à la moindre pression d'un bouton. Tout ça afin d'améliorer les choses et de rendre le séjour des touristes le plus agréable possible. Pour un peu, on se prendrait presque pour Amélie Poulain, en version foraine. Mieux, beaucoup des objectifs imposés par le titre consistent tout simplement à essayer vous-même les attractions et à défier des visiteurs lors de certains mini-jeux. Vous n'aurez même pas à monter votre parc en partant de zéro, puisque l'infrastructure de base sera déjà en place lorsque vous entrerez dans vos nouvelles fonctions. Bref, Thrillville se veut particulièrement facile d'accès et met surtout l'accent sur le plaisir d'évoluer dans un parc d'attractions numérique, tout en modelant certains de ses aspects comme vous l'entendez.

Test Thrillville : Le Parc En Folie Xbox 360 - Screenshot 16On passera le plus clair de son temps à se balader dans son parc comme n'importe quel visiteur.

Maintenant que les connaisseurs nous ont sans doute rejoints, abordons les choses sérieuses. Jeunes joueurs, je ne souhaitais pas vous affoler, mais votre tâche consistera en fait à gérer 5 parcs différents. Parcs que vous débloquerez progressivement en réalisant les objectifs imposés et en augmentant votre niveau de gérant. Chaque parc se compose en fait de trois zones spécifiques répondant chacune à un thème précis. Au sein de chaque zone se trouvent également trois emplacements vides dans lesquels vous devrez agencer attractions et boutiques en usant d'une interface claire et facile d'utilisation. Et si cette organisation semblera un petit peu confuse au début, sachez qu'en moins d'une heure, votre premier parc n'aura plus aucun secret pour vous, tout comme les quatre autres d'ailleurs, qui reposent bien évidemment sur la même structure. On pourra donc reprocher au jeu de ne pas laisser au joueur assez de latitude, puisque celui-ci n'exercera finalement qu'un contrôle assez limité sur la composition même de son parc. Du coup, le risque est grand de se lasser rapidement d'un système de jeu assez superficiel et foncièrement répétitif. Mais Frontier a tenté de contourner le problème en ajoutant quelques petits cadeaux.

Test Thrillville : Le Parc En Folie Xbox 360 - Screenshot 17Ce mini-jeu évoque Double Dragon, en nettement plus délirant.

Ainsi, un des éléments sur lesquels les développeurs semblent s'être attardés est la possibilité pour le joueur d'interagir avec les visiteurs. On pourra donc parler de la pluie et du beau temps, ou même interroger notre interlocuteur du moment sur ce qu'il pense du parc. L'idée est de gagner sa confiance (matérialisée par une jauge spéciale) afin que ce dernier garde un bon souvenir de son passage à Thrillville et recommande à ses amis d'y aller. Amusantes quelques minutes, ces conversations montrent vite leurs limites et tendent à se répéter. Pire, certaines répliques sont totalement dénuées de logique. Ainsi, lorsque votre humble serviteur a interrogé avec passion un adolescent, celui-ci a déclaré au cours de la même minute "rêver de grimper à un cocotier" et "détester escalader les arbres". On passera donc vite sur cet aspect du jeu, franchement raté (un peu comme dans Hospital Tycoon du reste).

Test Thrillville : Le Parc En Folie Xbox 360 - Screenshot 18On pourra toujours construire ses propres montagnes russes.

Comme dans l'opus précédent, on pourra alors se rabattre sur la construction de montagnes russes. Le système est globalement le même que par la passé et on se contentera de lier des tronçons de l'attraction les uns aux autres, en définissant très simplement leur inclinaison et leur direction. Là encore, la manoeuvre est aisée et on finira souvent par obtenir des manèges complètement loufoques, dans lesquels on pourra ensuite prendre place. Mais le véritable intérêt du soft réside incontestablement dans ses mini-jeux, auxquels on aura accès en pénétrant dans une attraction autre qu'un grand huit, ou tout simplement en passant par le menu principal. On en dénombre plus d'une trentaine, tous aussi basiques que divertissants, d'autant qu'on pourra les pratiquer avec trois potes en multijoueur (et parfois selon plusieurs modes). Au menu, on trouvera donc de la course sur des circuits en 3D, des courses types Micro Machines en vue de dessus, plusieurs jeux de shoot qui rappellent furieusement Ikari Warrior ou même Xenon, ou encore un jeu de combat à la Double Dragon qui nous place dans un Far West peuplé de crotales parlants et de chiens de prairie agressifs. On y découvrira également quelques jeux de mini-golf, un pseudo FPS mignon dans une maison hantée, et un sympathique "Stunt Rider", remix d'un jeu en flash dans lequel on contrôle un pilote de moto censé traverser un terrain particulièrement ingrat.

Test Thrillville : Le Parc En Folie Xbox 360 - Screenshot 19Même les amateurs de FPS trouveront quelques petits niveaux pour se détendre.

Tous les mini-jeux présents dans Thrillville sont en fait des variantes de titres bien connus. Et vous serez sans doute heureux d'apprendre que la plupart d'entre eux se montrent très jouables. Bon, il est vrai ce n'est pas très innovant, mais le résultat s'avère néanmoins très plaisant. Dès lors, on n'aura plus qu'une envie : faire progresser le parc, malgré des mécanismes de jeu assez pauvres, afin de débloquer de nouvelles attractions, et donc de nouveaux mini-jeux. On aurait tout de même aimé que ceux-ci soient plus nombreux, puisque au fond, certains d'entre eux ne sont que des variantes d'un seul et unique concept de base. Bref, ce petit simulateur de parcs d'attractions vidéoludique se montre très attachant par de nombreux côtés, mais reprend fondamentalement les mêmes ingrédients que son prédécesseur. Nous recommandons donc aux possesseurs du premier volet d'y réfléchir à deux fois avant d'acquérir ce jeu. Les autres en revanche s'y amuseront sans l'ombre d'un doute, le temps de quelques heures.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site