Superman Returns

Superman Returns

Et dans ce cas, le travail d'Electronic Arts aurait consisté à nettoyer les nombreuses crasses, à polir au rabot, à récurer au Virkon. Le problème c'est que malgré tous ses efforts, EA n'aurait jamais pu rendre une copie propre. Disons-le tout de go, Superman Returns le jeu est un véritable ratage. Les raisons sont innombrables et m'obligent à prendre le stylo rouge pour souligner et commenter quasiment chaque ligne de cette adaptation. Le sujet était pourtant simple. Superman doit évoluer librement dans Metropolis, et aller d'une mission à une autre. Il peut utiliser ses trois rayons : feu, vent, et glace. Il peut voler, il peut accélérer, en l'air comme sur terre. Quelques combinaisons de coups, déblocables au fur et à mesure, quelques choppes, la possibilité de prendre des objets de tailles conséquentes. Mais qu'est-ce qui vous est arrivé, mon pauvre vieux ? On a l'impression que même la feuille blanche était dégueulasse avant que vous n'y posiez vos pattes !

Test Superman Returns Xbox 360 - Screenshot 71Le premier boss est des plus pénibles.

Il existe un terme en anglais pour traduire le "scénario" ludique d'un jeu : le walkthrough. Chez les Gaulois, la seule traduction qui vaille, et qui est pourtant assez miteuse, c'est "pas à pas". Sauf que là, pour le coup, cet assemblage de mots est très approprié. Pas une once de liberté dans ce Superman Returns. Vous allez d'un pas, un objectif tel que réduire au silence quelques misérables dans une partie de la ville, à un autre pas : éteindre un incendie, arrêter les frasques de Metallo ou dégager une rue coincée par de nombreux obstacles. Tel cas égale telle solution, et ainsi de suite. Notez que ce n'est pas si gênant, on a déjà vu pas mal de jeux s'en sortir malgré tout. Mais c'est quand même un peu décevant d'avoir une ville aussi imposante que Metropolis sous sa coupelle et de ne pouvoir strictement rien y faire d'autre que ce que la trame narrative, assez déviante du film par ailleurs, nous impose. Vous pouvez la visiter et y mettre vous-même un souk d'enfer, c'est à peu près tout.

Test Superman Returns Xbox 360 - Screenshot 72Le scénarion avance grâce à des transitions sortis des rotatives.

La catastrophe, et ce qui va nous contraindre à clore rapidement cet article pour tourner la page, c'est la prise en main nauséabonde et la saleté générale de la réalisation. Tout est médiocre et frustrant. Les accélérations de Superman sont imbéciles. Elles suivent l'orientation de la caméra et non celles du bonhomme, lequel se contente juste de faire 5 pas quand il en faisait un, façon T-1000 dans Terminator 2. Ridicule garanti. Ces sprints ont surtout la disgrâce d'être encore plus incontrôlables que le dernier Sonic, tout est dit. Le vol est également navrant. Entre un simple flottement qui vous élève à peine d'un ou deux mètres, et une propulsion qui met trois bonnes secondes pour s'activer, tout ça manque de réactivité, ce qui se paie comptant contre n'importe quel ennemi un peu rapide. En l'air, on retrouve l'absence de maniabilité en mode turbo, tandis que l'attaque qui consiste à piquer pour écraser est follement inutile puisqu'il est impossible de placer la caméra en plongée pendant la suspension, à moins de s'arrêter complètement. La caméra, parlons-en. Aussi indolente que le rythme du film de Singer, elle est sujet à tous les types de bugs entrevus depuis que des gens ont eu l'idée de faire des jeux en 3D. Et vas-y que ça se coince, et que je te mets hors champ quand tu te fais toucher. Hop, de l'occlusion quand tu portes un objet, histoire de se retrouver avec des tonnes de surfaces opalescentes devant la tronche. Pouviez-pas mettre juste la caméra un peu plus haut ? Hop là, recadrons brutalement et tout le temps le point de vue dans la même orientation du bonhomme, histoire que tu ne puisses jamais voir ce qui se passe dans ton dos. N'importe quoi.

Test Superman Returns Xbox 360 - Screenshot 73Les ennemis deviennent enfin plus consistant après 3 heures de jeux.

Vous connaissez le principe du carton rouge dans Sport 6, "l'actualité sportive pour les fainéants" ? Ben, Superman Returns en est le champion toutes catégories. Les animations sont lentes et ne collent pas du tout à la gestuelle, pourtant ultra-connue, du héros. Certaines attaques, comme le piqué, ou le coup de massue à deux mains semblent en effet davantage faire partie de la chorégraphie du géant vert des carapates, vous voyez de qui je veux parler. Pour revenir sur l'apathie des animations, le problème est particulièrement flagrant quand il s'agit de prendre et de balancer un objet. J'ai compté : 6 secondes entre le moment où l'ami SM empoigne l'élément et où celui-ci atteint sa cible. Pour la nervosité à la Dead Rising, on repassera. Une fois sur trois, le lock se désolidarise de son sujet après un coup porté par le joueur. Si les combinaisons de coups sont nombreuses et que l'apprentissage est assez régulier, on se rend compte que leur efficacité est trop variable, et dépend toujours de l'animation affiliée, certaines étant vraiment trop sophistiquées et longues pour être redoutables. De manière générale, le manque de sensations fait qu'on s'ennuie ferme après une heure de jeu.

Test Superman Returns Xbox 360 - Screenshot 74Le vol est la seule phase à procurer quelques sensations mais se révèle assez peu maniable.

Il me faut attaquer le tableau technique et la finition, et je me sens bien las. J'avais cru apercevoir une réalisation au visuel convenable lors des premières diffusions de screens, avouons désormais qu'il s'agit d'un véritable camouflet. Tout respire le moteur 128 bits à plein nez et ce ne sont pas les quelques effets de bloom sur certains objets et la relativement impressionnante profondeur de vue sur Metropolis quand on s'élève à fleur de nuages qui changeront la donne. Les textures sont plates, les ennemis grossièrement modélisés et les immeubles se ressemblent tous. Metropolis est devenu ville fantomatique dépourvue de caractère et de folie architecturale. Berk... Le pire reste les SFX, d'une laideur toute fluo et informe. Les musiques sont pompeuses et brouillonnes, masquant, c'est un défaut assez singulier, certaines voix un peu trop effacées. Quelques ralentissements sont à signaler, il est impossible de couper court aux cinématiques même après les avoir vues une fois, il y a des bugs comme le Superman qui continue à courir droit devant lui pendant les cinématiques... Bon, stop, j'arrête, je vais garder de l'encre et du fiel pour une cause plus utile. Superman Returns est insipide, énervant et encore plus inutile que le film. Superbidon.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×