Sonic Unleashed

Sonic Unleashed

Sonic est un personnage attachant qui aura eu beaucoup de mal à évoluer depuis qu'il a posé ses pattes de hérisson dans l'univers de la 3D. On a l'impression qu'au fil des épisodes, la licence se cherche, explorant de multiples voies dans l'espoir de retrouver un peu de son aura. Mais c'est au risque de perdre son identité à travers un gameplay qui part parfois dans tous les sens. On avait fini par se faire à l'idée que Sonic soit devenu un jeu de course et un jeu d'aventure tout autant qu'un jeu de plates-formes, mais Unleashed rajoute encore à la confusion en saupoudrant le tout d'une bonne dose de beat'em all. Eh oui, Sonic est désormais capable de rendre les coups pris autrement qu'en se roulant en boule : il tape, et tape même très fort.

Test Sonic Unleashed Xbox 360 - Screenshot 148La cinématique d'intro est aussi réussie que celle de l'épisode précédent.

L'explication de cette évolution - qui ne manquera pas de choquer les puristes - se trouve dans la dernière exaction en date du Dr. Robotnik. En utilisant la puissance des Chaos Emeralds pour alimenter un énorme canon spatial, la malotru a fracassé la Terre en plusieurs morceaux et réveillé Dark Gaia, le monstre qui se terre au centre de la planète depuis des millénaires. Il y a même plus grave : lorsque le soleil se couche, des monstres sortis des profondeurs menacent les habitants. Sonic lui-même semble affecté par ces phénomènes étranges : désormais, dès la tombée de la nuit, il se transforme en Werehog, une espèce de hérisson-garou au physique impressionnant. Sous cette apparence, il est moins agile mais beaucoup plus puissant : taillé pour le combat, il peut frapper lourdement ses ennemis ou les déchirer de ses griffes. Heureusement, même dans sa forme monstrueuse de Mr. Hyde, Sonic conserve son esprit de Dr. Jekyll. Il va donc essayer de contrecarrer les plans du Dr. Robotnik et de sauver la planète. Il bénéficiera pour cela de l'aide de Chip, un petit animal volant amnésique rencontré par hasard, mais aussi de celle de tous ses amis (Tails, Amy...), dont il ne manquera pas de croiser la route au cours de son périple.

Test Sonic Unleashed Xbox 360 - Screenshot 149Pour peu, on aurait envie de rentrer dans ces boutiques et d'y flâner.

Sonic Unleashed reprend un système de progression déjà vu dans les épisodes précédents : on n'a pas affaire à une succession linéaire de niveaux, mais à une aventure découpée en différentes étapes. Sonic devra visiter plusieurs continents à la recherche des temples de Gaïa qui s'y trouvent, et placer dans chacun une des sept Chaos Emeralds. Chaque étape débute par la visite d'une ville, peuplée d'habitants avec lesquels il est possible (mais rarement obligatoire) de tailler une bavette, et munie d'un hub à partir duquel on accède aux différents niveaux de la zone. Centré autour de la capacité de métamorphose de Sonic, le jeu vous propose de contrôler alternativement le hérisson bleu et sa version bestiale. Concrètement, il faut au minimum s'acquitter d'un niveau de jour et d'un niveau de nuit afin d'y récupérer les deux clés qui y sont cachées et de pouvoir ouvrir la porte du temple de la zone (ce qui ne pourra se faire qu'après s'être débarrassé du boss qui la garde). Mais les joueurs qui le souhaitent peuvent aller plus loin : lors de leurs pérégrinations, ils mettront la main sur des médaillons du jour et des médaillons de la nuit dont la collecte minutieuse permet d'accéder à des niveaux supplémentaires.

Test Sonic Unleashed Xbox 360 - Screenshot 150Les médaillons sont généralement bien cachés ou difficilement accessibles.

On ne sait trop que penser de ce système de progression et de cet enrobage scénaristique, si ce n'est qu'ils sont aussi sympathiques qu'inutiles. Le découpage prononcé de l'aventure, couplé à des cut-scenes fréquentes et bien trop longues, nuisent pas mal au rythme du jeu. A côté de ça, on constate rapidement, avec grand plaisir, que de nombreux défauts qui avaient entaché la précédente apparition de Sonic sur Xbox 360 ont été corrigés. La maniabilité est meilleure, la gestion de la caméra est beaucoup plus convaincante, les temps de chargement ont été optimisés et les petites missions contraignantes et sans intérêt ont été laissées de côté. Par contre, la sensibilité de Sonic est toujours aussi prononcée, conduisant parfois à d'irritants ratés lors des déplacements. Ce qui est certain, c'est que devant le rendu visuel de Sonic Unleashed, on est prêt à pardonner à la Sonic Team ses errements sur l'épisode précédent : les différents environnements (Pôle Nord, Afrique, Chine...) sont magnifiquement modélisés et l'action conserve une fluidité exemplaire même lorsque la vitesse d'animation est à son apogée. C'est donc un sans-faute sur le plan de la réalisation, d'autant que l'ambiance sonore est pour sa part toujours aussi convaincante.

Test Sonic Unleashed Xbox 360 - Screenshot 151La caméra offre parfois une représentation en 2D de l'action.

En ce qui concerne le gameplay, tout n'est pas aussi rose. L'alternance de phases de courses (le jour) et de phases de beat'em all (la nuit) ne convainc pas vraiment. Ce sont les premières qui se montrent les plus amusantes, mais ce sont aussi les plus courtes. Les niveaux ont beau être étendus, Sonic les parcourt plus que jamais à cent à l'heure, balisés qu'ils sont de bumpers, de loopings et de robots du Dr. Robotnik sur lesquels il est possible de s'appuyer pour aller encore plus vite. Le boost activable de Sonic lui permet même de conserver en toute situation une vitesse vertigineuse, si bien que le Spin Dash, sans doute jugé obsolète, a ici disparu au profit de mouvements d'esquive (glisse, pas de côté) permettant d'éviter certains obstacles. Le problème, c'est que tout aussi grisantes et spectaculaires que soient ces phases, elles manquent de possibilités d'interactions et rendent le joueur plus spectateur qu'acteur. On est trop souvent confronté à des courses à pleine allure durant laquelle la moindre prise d'initiative se solde par une mort assurée : le mieux est encore de se laisser porter. Ce qui a toujours été plus ou moins le fondement du gameplay de la série est ici poussé à son apogée.

Test Sonic Unleashed Xbox 360 - Screenshot 152Les actions contextuelles sont servies à toutes les sauces.

En outre, comme il a été dit plus haut, ces phases de course sont bien trop brèves. Bien trop brèves en regard des longs préliminaires cinématiques qui les précèdent ; bien trop brèves en comparaison des phases en hérisson-garou. Ces dernières se résument à une succession de combats contre les créatures sorties de l'ombre. Werehog peut propulser ses bras "élastiques" sur elles ou encore utiliser ses griffes à courte portée. Bien que ces deux coups lui permettent de se débarrasser de la plupart des ennemis, il est doté d'une palette de mouvements assez étoffée qui lui permet de les attraper et de les lancer, d'effectuer des combos divers et variés ou encore de libérer toute sa puissance une fois sa jauge de rage remplie. Werehog peut même asséner un coup critique à un adversaire affaibli à l'occasion d'une série de quick time events (actions contextuelles). Ces QTE sont d'ailleurs une véritable plaie tant ils parasitent le gameplay de Sonic Unleashed. Outre leur présence dans les combats et lors de l'affrontement contre certains boss, on les retrouve dans les phases de courses pour activer des turbos, mais également dans des niveaux qui leur sont spécialement dédiés. On pense plus particulièrement à cette lourdissime séquence de shoot'em up dans laquelle Sonic et Tails, embarqués sur un vieux coucou, affrontent des vagues d'ennemis prenant tous la forme... de QTE.

Test Sonic Unleashed Xbox 360 - Screenshot 153Les points d'expérience gagnés permettent d'améliorer les capacités de Sonic.

Pour ceux qui se poseraient la question, précisons enfin que les séquences de plates-formes n'ont pas totalement déserté Sonic Unleashed. Elles ont simplement été retirées des phases de course pour venir agrémenter les phases de combat. Ainsi, les bras étirables de Werehog lui permettent de s'accrocher à des éléments du décor et d'évoluer le long d'un rebord ou de liane en liane. Mais attention : uniquement là où c'est prévu. Même si la plate-forme qui vous fait face vous paraît pouvoir être atteinte en étirant les bras, si les développeurs ont décidé qu'il fallait y monter en poussant une caisse, c'est comme ça et pas autrement ! Du coup, nul besoin de vous dire qu'entre les combats répétitifs et les séquences de plates-formes convenues, les niveaux en hérisson-garou deviennent vite soporifiques. Et pour ne rien arranger, ils sont parfois trop difficiles. Non qu'ils soient beaucoup plus ardus que les phases de course, mais ces dernières se révélant moins longues et plus amusantes, il est moins contraignant d'en recommencer plusieurs fois certains passages délicats. En somme, la variété des situations de Sonic Unleashed (aventure, course, beat'em all, affrontements contre des boss...) desservent le titre plus qu'elle ne le servent. On y vit le meilleur comme le pire et on en sort diablement frustré par l'inconstance du plaisir de jeu. Dommage.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site