Samurai Warriors 2 : Empires

Samurai Warriors 2 : Empires

L'arbre généalogique de la saga comporte à présent tellement de ramifications qu'il est bien facile de s'y perdre. Heureusement pour nous, Koei ne fait pas les choses n'importe comment et on peut déjà distinguer deux grandes familles, celle des Dynasty Warriors et celle des Samurai Warriors. Si la première est dédiée exclusivement aux fresques épiques de la Chine ancestrale, la seconde, plus récente et moins connue des joueurs, se focalise sur l'histoire du Japon. Chacune des deux séries comporte également des épisodes annexes, dont les fameux "Empires" qui ont la particularité d'introduire des notions de stratégie dans le chaos guerrier que constitue la saga depuis ses débuts. Le soft en question peut donc être assimilé au produit de l'alliance consanguine entre Samurai Warriors 2 et Dynasty Warriors 5 : Empires, dans le sens où il propose un mélange équilibré entre l'action et la stratégie, le tout dans un cadre purement japonais.

Test Samurai Warriors 2 : Empires Xbox 360 - Screenshot 33Le calme avant la tempête pour ce cher Oda Nobunaga.

Tout ça se traduit au niveau du contenu par l'abandon du mode Duel au profit du mode Empire où on trouvera une pléthore de campagnes historiques telles que l'incident d'Honnôji ou la bataille de Kawanakajima. Un éditeur nous permet par ailleurs de créer notre propre héros personnalisé pour l'utiliser ensuite dans les autres modes de jeu. Des modes qui ne brillent pas vraiment par leur nombre, puisqu'en dehors des scénarios de la campagne solo, on ne trouve qu'un mode Libre ayant quand même le mérite de se lancer dans une partie rapide, seul ou en coopération avec un deuxième joueur en écran splitté. La phase de stratégie propre au mode Empire disparaît alors complètement, de même que la notion de conquête de fiefs, mais vous pourrez toutefois choisir de livrer des batailles offensives ou défensives à la tête de dix mille soldats et aux côtés de 8 officiers pré-sélectionnés. Le coeur du jeu réside donc clairement dans le mode Empire qui a pour ambition de revenir sur les grandes étapes ayant conduit à l'unification du Japon. Rappelons qu'à cette époque féodale, le pays était divisé en une multitude de clans rivaux avides de puissance et de conquête. C'est dans ce contexte que vous devrez choisir dans un premier temps le scénario auquel vous souhaitez participer, le clan que vous voulez rallier ainsi que votre fief de départ. La campagne se déroule en trois phases successives : la stratégie, les préparatifs de bataille et le combat. L'histoire évolue entre chaque conflit livré au moyen de courtes cut-scenes qui ont pour but de créer un lien entre les différentes missions. Le soft comporte ainsi une bonne dizaine de campagnes d'unification régionales puis nationales, si tant est que vous soyez capable de tenir les conditions relatives au temps qui s'écoule, histoire de ne pas saboter la crédibilité du background basé sur des faits réels.

Test Samurai Warriors 2 : Empires Xbox 360 - Screenshot 34C'est le moment de faire grimper le nombre de kills.

Si vous n'affectionnez pas la stratégie et les éléments d'ordre diplomatique et que vous ne jouez que pour en découdre avec l'ennemi, abandonnez tout de suite l'idée d'acheter ce jeu et tournez-vous de préférence vers Samurai Warriors 2. Le volet Empires s'efforce en effet de prendre en compte un maximum d'éléments tactiques pour laisser une place importante à la gestion pure et dure. Même si elle ne prend généralement pas plus de quelques minutes, cette première phase fait donc intervenir quantité de notions avec lesquelles il faut apprendre à se familiariser. C'est là que vous pourrez déployer vos lieutenants pour tenter d'envahir les territoires limitrophes. A vous de choisir de quelle manière vous souhaitez aborder votre conquête du pays, en jouant les tyrans avides de pouvoir ou en visant l'unification pacifique en limitant les conflits inutiles. Il faudra parfois tisser des alliances avec les clans rivaux pour repousser le moment où vous devrez les affronter, mais quoi que vous fassiez vous devrez assumer les conséquences de vos actes en participant aux batailles sur le terrain. En termes de diplomatie, vous pourrez consulter vos officiers pour établir de nouveaux plans d'action, selon que vous vouliez forger de nouvelles armes, capturer des chevaux sauvages qui vous serviront de montures, inspecter vos territoires, augmenter les taxes, etc. Vous pourrez aussi confier une mission à un officier qui accomplira une tâche en votre nom, modifier vos tactiques et vos formations, mais aussi répartir vos hommes dans les fiefs qui sont sous votre contrôle. Inutile d'espérer triompher si vous ne mettez pas toutes les chances de votre côté en obtenant de nouvelles formations ou en libérant les prisonniers de guerre pour les rallier parmi vos généraux. En plus d'assurer une bonne gestion financière de la campagne, vous serez probablement amené à gérer tout un tas d'éléments divers allant de l'exploitation des mines à l'entraînement des généraux. Chacune des actions que vous effectuerez passera simplement par le biais de menus et de cartes avec des textes non traduits en français, ce qui vous obligera à passer outre l'austérité de la présentation pour apprécier la richesse du contenu au niveau stratégique.

Test Samurai Warriors 2 : Empires Xbox 360 - Screenshot 35Une image qui traduit bien les gros soucis de lisibilité.

La deuxième phase qui rentre en jeu se résume aux indispensables préparatifs de bataille. C'est le moment de désigner le fief que vous souhaitez envahir, ou celui que vous voulez défendre contre l'assaillant. Vous pourrez également choisir d'envoyer des renforts pour aider un allié si la situation se présente. Même si vous êtes pressé d'en découdre, prenez quand même le temps de consulter la carte du conflit et surtout de sélectionner les officiers qui participeront à la bataille, avec un maximum de 3 généraux, 3 lieutenants et un de chaque en renfort. N'hésitez pas non plus à modifier l'équipement de votre héros et à lui choisir une bonne monture avant de sélectionner une formation pour vos régiments de fantassins. Un coup d'oeil sur les conditions de victoire et de défaite, et le combat peut débuter.

Test Samurai Warriors 2 : Empires Xbox 360 - Screenshot 36En mode Libre, la phase stratégique passe à la trappe.

Le soft rejoint l'essence de la série avec cette troisième phase orientée beat'em all. Comme toujours, il est vain de foncer tête baissée sans consulter les indications visibles sur la carte de la zone, l'objectif étant de capturer les bases ennemies en éliminant un à un tous les commandants au détriment de la piétaille pour conquérir le camp principal ennemi. Le fait de décimer les troupes d'un général ennemi avant de le vaincre devrait vous permettre de le capturer par la suite, ce qui n'est pas négligeable. La croix directionnelle trouve son intérêt dans l'assignation des ordres destinés à vos officiers en cours de bataille. Des directives qui se limitent toutefois à l'attaque, la défense et le rassemblement. L'action brille toujours par son côté épique, même si le nombre impressionnant d'unités présentes à l'écran ne suffit pas à compenser les énormes faiblesses graphiques de cet épisode. Aux combos de base s'ajoutent quelques coups spéciaux propres à chaque personnage, sans oublier la désormais classique jauge Musou. A noter que cette dernière vous permet de placer des attaques pures si votre jauge de vie est dans le rouge, mais surtout des attaques-multi faisant intervenir jusqu'à quatre généraux. A vous de faire en sorte de favoriser les liens d'amitié entre eux et de les rassembler près de vous pour réunir les conditions nécessaires à la réalisation de ces attaques combinées. L'expérience acquise vous servira ensuite à optimiser les performances de vos hommes et à améliorer vos armes en leur octroyant des effets bonus.

Test Samurai Warriors 2 : Empires Xbox 360 - Screenshot 37Les techniques de chaque unité évoluent au fil des missions.

Maintenant qu'on a fait le tour de ce que nous offre cet énième épisode, on ne peut pas conclure sans montrer du doigt les choses qui fâchent. Au niveau du gameplay, on ne peut pas dire que le plaisir de jeu soit optimal, ne serait-ce que parce que l'évolution des capacités ne suffit pas à renouveler une action qui perd de son intérêt au fil des épisodes. Les phases de beat'em all sont d'ailleurs entachées par de gros soucis de lisibilité dus à l'apparition intempestive de messages qui masquent une bonne partie de l'écran. C'est d'autant plus pénible que ces répliques ne font que répéter x fois la même chose, souvent à moins de trois secondes d'intervalle. La confusion générale inhérente aux combats de masse finit par exaspérer d'autant plus que la caméra, trop proche du héros, n'est jamais positionnée correctement. Les phases de stratégie, bien que non traduites, rattrapent un peu le niveau, mais encore faut-il y adhérer. On regrettera aussi la disparition du mode 4 joueurs par rapport au volet précédent, et l'absence de fonctions online. Autant de raisons qui risquent de dissuader les fans de continuer à soutenir une série qui se contente d'offrir le minimum de renouveau d'un opus à l'autre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site