NBA Ballers : Chosen One

NBA Ballers : Chosen One

Déjà rares dans le paysage vidéoludique sportif actuel, les jeux de basket le sont doublement lorsque, comme NBA Ballers : Chosen One, ils font l'impasse sur des supports comme la PS3 ou la Wii. Raison de plus pour se laisser tenter par quelques tricks humiliants et des envolées spectaculaires dans des environnements dépaysants, loin des parquets de la NBA. De l'arcade à souhait donc, tournant autour d'affrontements entre deux, trois ou quatre basketteurs de rue et 80 stars de la NBA, de Kobe Bryant à Tony Parker en passant Tim Duncan. Au diable le réalisme, place à des contres qui dépassent la hauteur du panier, à des dunks acrobatiques et à des enchaînements techniques dignes des Harlem Globetrotters. Toutefois, si les idées sont là, leur réalisation s'avère moins convaincante, la faute à des commandes approximatives et peu intuitives et à une IA d'une irrégularité déconcertante. Comprenez qu'il faut soigneusement vous préparer à étudier la configuration de touches en détail et à miser sur une rejouabilité importante qui découle des échecs dus à certains gros loupés et à une IA alliée relativement inefficace.

Test NBA Ballers : Chosen One Xbox 360 - Screenshot 35Certaines parties se déroulent quasi-exclusivement sous le panier...

NBA Ballers permet tout d'abord de créer son basketteur à l'aide d'un éditeur qui, avouons-le, manque de profondeur et de possibilités si on le compare à ceux de NBA 2K8 et NBA Live 08. Quoi qu'il en soit, on parvient à modéliser un avatar à sa convenance avec le peu d'options au rendez-vous, et surtout, à lui donner un style de jeu en répartissant à notre guise des points de compétence dans chacune de ses aptitudes. A vous de choisir si votre star sera plutôt un maître des raquettes qui excelle au rebond ou un shooteur à trois points adroit loin du panier. Des compétences qui évolueront d'ailleurs tout au long du mode Story qui se présente comme un enchaînement de mini-matches aux règles très aléatoires. Un-contre-un, un-contre-un-contre-un, deux-contre-deux... Prise en compte ou non des fautes, obligation ou non de ressortir le ballon de la raquette lors d'une possession, durée variable... Certaines rencontres se transforment même en défi contre-la-montre lorsque l'on exige de vous de remonter un handicap de 25 points en deux petites minutes. Le cas échéant, le joueur utilisera le système de combos qui permet de multiplier les points marqués.

Test NBA Ballers : Chosen One Xbox 360 - Screenshot 36Un shoot à 8 points. S'il rentre, c'est le jackpot.

Pour se faire, l'utilisateur doit s'approcher de son vis-à-vis et maintenir LB et X enfoncés. Un gros plan valide l'action et les combos peuvent commencer. Des icônes de touches apparaissent à l'écran et correspondent à des mouvements spéciaux. Il suffit de presser la bonne touche au bon moment pour réussir sa série et faire grimper son multiplicateur. Un principe tout aussi utile en défense puisqu'il permet de prendre la balle à un adversaire ou de contrer ses combos. Le véritable souci de cette subtilité de gameplay est que le joueur dispose de très peu de temps pour appuyer sur les bonnes touches dont l'ordre est totalement aléatoire. De votre réussite à cet exercice dépend grandement le résultat des matches, notamment lorsque le niveau de difficulté commence à grimper (trop rapidement d'ailleurs) après les premiers épisodes et les premiers chapitres du mode Story. En parallèle de ce mode, le titre propose des matches plus classiques, mais reprenant les mêmes règles, ainsi qu'un multijoueur sur le Xbox Live. Celui-ci ne comprend en revanche que des un-contre-un. Un contenu très succinct qui doit en grande partie sa longévité aux parties recommencées... Et ça, ce n'est pas bon.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×