Geometry Wars : Retro Evolved

Geometry Wars : Retro Evolved

Lorsque ce matin, j'ai découvert que le test de Geometry Wars Evolved m'attendait, ma réaction a été double. Tout d'abord content de découvrir un titre que j'avais déjà pu apprécier dans le garage de PGR sur ma vieille Xbox souffreteuse, mais également dépité par le fait qu'il me faudrait trouver quelque chose à dire sur un jeu dont le but se résume à dégommer des monstres plus ou moins aérodynamiques par millions. D'autant que la version Xbox Live Arcade du soft se contente d'un mode Retro (qui reprend tout simplement le soft d'origine) ainsi que du mode Evolved où l'on cherchera encore à abattre les vagues successives qui spawnent indéfiniment dans la même aire de jeu, mais en profitant de couleurs plus chatoyantes que jamais.

Test Geometry Wars Evolved Xbox 360 - Screenshot 6C'est ça ouais, restez groupés, ça fera toujours quelques points en plus.

Evidemment, le concept de base de Geometry Wars n'a pas évolué d'un iota, au sens où il s'agira toujours de faire virevolter un frêle petit vaisseau au milieu de monstres colorés, qu'il faudra bien sûr réduire en charpie afin de faire s'envoler votre multiplicateur de score. Tout cela à travers une petite arène rectangulaire dont on ne pourra jamais s'extirper. Tout le sel du combat venant donc de votre capacité à virevolter en plein chaos, tout en identifiant les cibles prioritaires. Car si les monstres que vous affrontez n'ont généralement qu'un seul objectif, à savoir vous foncer dessus, ils n'auront pas tous le même mode opératoire. On partira donc du petit losange bleu, qui se contente d'avancer lentement en ligne droite, puis on passera aux rectangles verts qui évitent vos tirs et qu'il faudra donc acculer contre un bord. On pensera ensuite à ces méchants cubes roses, qui une fois touchés, se divisent en deux cubes plus petits et nettement plus agressifs. Déjà meurtri et pressé de toutes parts, le joueur devra ensuite affronter des serpents lumineux qui ne pourront être vaporisés que s'ils sont touchés à la tête. Plus folkloriques sont les trous noirs qui attirent les ennemis, gonflent et finissent par exploser en projetant des tripotées de missiles à tête chercheuse.

Test Geometry Wars Evolved Xbox 360 - Screenshot 7Quand on vous dit que le jeu peut devenir confus...

Pour survivre, le joueur n'a que ses réflexes, son sang froid, diverses cadences de tirs qui lui seront accordées en fonction de ses performances ainsi que trois bombes servant à vaporiser tout ce qui se trouve à l'écran quand la situation semble sans issue. Côté contrôle, les développeurs de Bizarre ont été bons et grands, voire grands et bons. Ultra simple, le titre se prend en main en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Vous devrez ainsi déplacer votre moucheron de l'espace en usant du stick gauche, tandis que le droit servira à orienter les tirs. Un régal pour les puristes et les chirurgiens intersidéraux. Seul souci, les multiples explosions, les couleurs éclatantes et les tripotées d'étincelles font qu'on ne saura régulièrement plus où l'on se trouve dans l'aire de jeu. Un reproche facile, tant la confusion qui règne en tels moments semble faire partie intégrante d'un gameplay qui ne laisse pas l'ombre d'une chance aux faibles. Geometry Wars Evolved donc, même s'il ne parlera sans doute pas à l'immense majorité du public 360, se révèle être un titre intensément accrocheur, odieusement exigeant mais un petit peu léger en termes de contenu. Cela dit, il ne vous coûte rien de télécharger la version d'essai, de tenter d'illuminer les cieux et enfin de voir si vous aussi, vous avez l'étoffe de héros.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×