Dynasty Warriors : Gundam

Dynasty Warriors : Gundam

Les carambolages, même volontaires, n'offrent généralement pas une vision des plus agréables à ceux qui débarquent sur les lieux en premier. On pensera notamment à ces quelques tentatives de cross-over auxquelles les cinéastes se livrent régulièrement. Freddy contre Jason, Aliens Vs. Predator, Micheal Youn dans un thriller, sont autant d'exemples inquiétants, voire même pour ce dernier cas, franchement dérangeants. Bon, à défaut de grandes réussites, on tombera parfois sur quelques productions divertissantes et suffisamment inspirées pour ne pas nous faire regretter les quelques deniers lâchés dans un moment d'égarement. Mais dans le cas d'un jeu à 60 euros, le problème prend une toute autre ampleur. Allez, cessons tout de suite de tourner autour du pot et déclarons-le d'emblée, Dynasty Warriors : Gundam ne vaut que par la licence pleine de boulons qu'il met en scène. Gundam, série mythique, déclinée et étendue par une profusion d'animes et de produits dérivés subit ici l'influence néfaste de Dynasty Warriors et de ses rouages poussiéreux. Tous les qualificatifs qu'on applique sans vergogne à la série de Koei depuis quelques épisodes pourraient tout aussi bien être employés pour décrire ce Dynasty Warriors : Gundam. Mou, répétitif, confus et finalement médiocre.

Test Dynasty Warriors : Gundam Xbox 360 - Screenshot 5Aux côtés de Roberto, on se sent tout de suite plus fort.

Si le titre semble vouloir s'attirer les bonnes grâces des fans de DW et de Gundam, c'est en fait à ces derniers qu'il s'adresse surtout. Et cela pour une très bonne raison : le, ou plutôt les scénarios proposés ici piochent allégrement dans toutes les séries estampillées Gundam. On attendra donc de vous que vous connaissiez tous les personnages sur le bout des doigts, car rien ne sera fait pour permettre au néophyte de piger ne serait-ce qu'un dixième de tout ce fatras métallique. A l'inverse, si vous êtes un fanatique de Gundam, vous risquez bien de vous faire pipi dessus tant tout semble avoir été fait pour vous plonger dans les meilleurs moments de l'anime. Nombreux Mobile Suits, personnages et séquences cultes se retrouvent en effet mixés ici pour le plus grand plaisir du connaisseur. Mais quel que soit votre camp, vous risquez fort de souffrir au contact d'un jeu rigide et franchement lassant.

Test Dynasty Warriors : Gundam Xbox 360 - Screenshot 6Les finish moves sont spectaculaires. Dommage qu'on ne puisse en dire pas autant du reste.

Le jeu se divise en fait en deux parties, parties auxquelles vous aurez directement accès à partir du menu principal. On se retrouve donc avec un mode Officiel qui nous fera prendre le contrôle d'un des personnages des séries U.C. Gundam, Zeta Gundam et Gundam ZZ pour des bastons largement (et heureusement) inspirées de ces séries. L'autre mode, nommé Original, regroupe les héros des séries citées précédemment et y ajoute les personnages et les robots de Gundam Wing, G Gundam et Turn A Gundam. Le tout afin d'empêcher une mystérieuse planète "météoritique" de percuter la Terre. Une histoire inédite qui permettra aux fans de mêler tous leurs personnages préférés. Durée et nombre de missions varient en fonction du pilote choisi (seize en tout) ce qui laisse manifestement présager d'une bonne durée de vie. Quel que soit votre choix, le but restera invariablement le même : la vaporisation méthodique de légions de robots impotents, seulement présents pour que vous puissiez vous essuyer les pieds sur leur visage et enchaîner des combos. Le jeu aura beau tenter de donner une justification à cette pluie de boulons en vous imposant des objectifs précis, comme le sauvetage d'un pote et l'équarrissage d'un ennemi précis, il n'en restera pas moins que c'est la loi des tatanes qui prime et rien d'autre. Même la division du territoire en petites zones qu'il faudra pacifier progressivement en détruisant un nombre spécifique d'ennemis pour chacune d'entre elles, n'apporte rien de tactique, comme on aurait pu le croire au premier abord.

Test Dynasty Warriors : Gundam Xbox 360 - Screenshot 7Les maps dans l'espace sont un bon moyen de ne pas s'embêter à créer de véritables décors.

Bref, pas de surprises, les combats se jouent à peu de choses près de la même manière que dans un Dynasty Warriors classique. Beaucoup d'emphase sur le corps-à-corps et les mandales en général, quelques tirs inefficaces (qu'on tentera de booster, sans que ceux-ci gagnent en efficacité) et une caméra en mousse qui vous donnera envie de vomir lorsqu'il faudra oeuvrer en intérieur. On se contentera donc de matraquer sans cérémonie les deux boutons d'attaque, en attendant qu'une jauge se remplisse et vous permette de lancer une offensive spéciale et scintillante. Et si tous les personnages jouables ont une manière différente de distribuer des baffes, les combats n'offrent aucune variété et se ressemblent tous. Ne comptez par sur les récompenses que vous obtiendrez après chaque mission pour égayer tout ça. Capacités spéciales ou nouvelles pièces pour vos Mobile Suits n'apporteront effectivement rien de notable à l'aventure.

Test Dynasty Warriors : Gundam Xbox 360 - Screenshot 8Observez la nonchalance de mon robot. Ca, c'est la classe !

Dynasty Warriors : Gundam ne profite même pas vraiment des capacités de la PS3 ou de la Xbox 360. Si les robots sont relativement bien modélisés et présents en nombre, sans qu'aucun ralentissement ne vienne jouer les trouble-fêtes, les environnements sont toujours aussi moches et désespérément vides. Les affrontements s'illuminent parfois grâce à quelques effets next-gen, mais le tout reste tout de même très plat, à l'image du gameplay. Bref, rien de spectaculaire à attendre de cette improbable croisée des mondes. Le titre du jeu représente bien ce que vous trouverez au final sur cette galette : un Dynasty Warriors de plus avec un habillage certes différent, mais des rouages qui méritaient d'être sérieusement graissés. A éviter, à moins d'être un mordu de Gundam, et encore.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site