Devil May Cry 4

Devil May Cry 4

Pour son entrée dans le monde merveilleux de la haute définition, Capcom n'aura pas lésiné sur les moyens en nous sortant presque coup sur coup trois killer'app. Ainsi, après Lost Planet et Dead Rising, la société nous offre un Devil May Cry 4 nous faisant quelque peu oublier le manque de communication, un peu inquiétant, à propos de Resident Evil 5. DMC 4, donc, montre à nouveau le savoir-faire de la firme japonaise quand il s'agit de nous exploser les mirettes tout en ne laissant pas une seconde de répit au joueur. Vous me direz, c'est un peu ce qu'on recherche quand on se penche au dessus d'un épisode de la saga. Sans renouveler le genre ni même la série, ce quatrième segment prend le pari de s'ouvrir au plus grand nombre en ne délaissant pas pour autant les fans de la première heure recherchant avidement un challenge à leur hauteur. Sur ce point, Capcom a su trouver le juste équilibre, cet élément étant souvent laissé à l'abandon par nombre de sociétés nipponnes. Devil May Cry 4 est bel et bien un beat'em all s'inscrivant dans la continuité des précédents et forçant le respect à plus d'un titre en cela que derrière cette surenchère technique, se cachent des trésors de sensations fortes.

Test Devil May Cry 4 Xbox 360 - Screenshot 180En un plan, l'ambiance gothique du jeu est posée.

Tout débute par le choix du héros et quitte à plaire à tout le monde, pourquoi ne pas en choisir deux ? Bingo. De fait, l'aventure principale s'étalant sur une vingtaine de chapitres, nous convie à diriger dans un premier temps le dénommé Nero qui laissera sa place en milieu de parcours à un Dante de plus en plus décontracté devant l'adversité. Excellent choix de la part des développeurs vu que les deux démons sont, l'un comme l'autre, agréables à prendre en main, leurs styles de combat étant aussi distincts que leur différence d'âge. Alors que Nero, au look fashion et au visage d'ange, mise principalement sur son bras droit répondant au nom de Devil Bringer pour propulser ses adversaires dans la stratosphère, Dante se reposera une fois de plus sur un beau panel d'armes, de styles et de mouvements associés. Au final, le tour de force n'est donc pas d'avoir réuni deux personnages au sein d'une même aventure mais bel et bien d'avoir réussi à trouver une façon de se battre correspondant à la personnalité du héros, et inversement.

Test Devil May Cry 4 Xbox 360 - Screenshot 181Les décors se montrent très éclectiques durant la première moitié de jeu.

Pour la peine, rendons hommage à ces deux combattants de l'impossible à travers quelques lignes bien senties. Honneur au plus ancien, à notre démon au grand coeur, Dante. Comme je le disais plus haut, le Devil hunter n'apparaît qu'à partir de la mission 12 mais rattrape rapidement son retard grâce aux styles dont il pouvait déjà bénéficier dans Devil May Cry 3. On retrouve avec délice Gunslinger, Swordmaster, Trickster et Royal Guard auxquels s'ajoute la technique, cachée, Dark Slayer. Pour les nouveaux venus, sachez que chaque style vous permet de profiter de mouvements différents liés aux armes que vous utiliserez. A ce sujet, en plus de Ebony & Ivory, on pourra profiter du fusil à pompe mais aussi et surtout d'un attirail nous permettant d'utiliser pieds et poings (l'ancêtre de Beowulf), de Lucifer (une arme futuriste lançant des lames énergétiques) et de Pandora, une mallette transformable en arc (à flèches explosives), en véritable machine de guerre, etc. Plus souples d'utilisation, les styles peuvent maintenant être choisis par le biais de la croix de direction, les armes étant toujours associées aux boutons RT et LT. L'astuce sera alors d'en changer en pleine action pour prolonger les combos et ainsi gagner davantage d'orbes rouges pour acheter des items de soin ou des étoiles démoniaques servant à remplir votre jauge de transformation. Cette évolution de gameplay devient alors synonyme de joutes plus explosives et jouissives, ce qui n'est pas peu dire d'autant que les problèmes de caméra sont moins nombreux.

Test Devil May Cry 4 Xbox 360 - Screenshot 182Le débloquage de toutes les techniques ne nous oblige plus à reprendre le jeu, encore et encore.

Attention tout de même car ils sont une fois de plus au menu malgré la possibilité de bouger l'objectif de façon plus significative que dans DMC 3. Quoiqu'il en soit, vous ne vous sentirez pas vraiment brimés durant les 10, 12 heures nécessaires pour boucler l'aventure principale, ceci valant aussi bien pour Devilboy que Nero. En parlant de lui, notre première impression est de se dire qu'il semble bien moins équipé que le fils de Sparda dans le sens où il ne peut profiter que de Blue Rose, un gros calibre que n'aurait pas renié l'inspecteur Harry, de Red Queen, d'une épée high-tech et d'un bras droit peu avenant. Détrompez-vous, sa panoplie de super héros (qui comprendra un peu plus tard l'épée Yamato) est bien suffisante pour terrasser le superbe bestiaire du jeu et les multiples boss tous plus réussis les uns que les autres. Tout d'abord il faut savoir que ce fameux bras a plusieurs fonctions. La première vous servira à attraper les monstres à distance pour leur foutre une rouste titanesque. Vous pourrez alors combiner Devil Bringer, épée et flingue pour améliorer vos enchaînements ou passer dans le dos des ennemis afin de contourner leurs défenses. La seconde utilité de votre membre sera mise en exergue pour atteindre des prises lumineuses servant à s'élever vers des endroits inaccessibles. Ensuite, sachez qu'en sus et place de la transformation démoniaque, Nero pourra faire appel à une sorte d'esprit guerrier qui viendra combattre à ses côtés durant un certain laps de temps.

Test Devil May Cry 4 Xbox 360 - Screenshot 183Chaque choppe est différente selon les ennemis.

Si vous aurez bien compris qu'il faut dès le départ laisser tomber le mode Facile afin de faire durer le plaisir, disons que Devil May Cry 4 reste plus accessible que le précédent opus. Ceci est en grande partie dû au système de customisation des personnages. Comme dit précédemment, les orbes rouges répondent présents et sont toujours synonymes d'achats d'objets mais la nouveauté est ici liée aux âmes fières. Qu'est-ce donc ? Me direz-vous, le regard chargé d'une interrogation faisant froid dans le dos. Eh bien, ces fameuses âmes vont vous permettre d'acheter des techniques spéciales pour vos armes ainsi que des aptitudes. Le petit plus est que si vous vous rendez compte qu'une technique ne sert pas à grand-chose, il ne tiendra qu'à vous de la "revendre" afin de récupérer vos âmes fières que vous pourrez ensuite réinjecter dans une autre technique. On sent ici la volonté de Capcom de ne pas frustrer le joueur qui n'aura donc plus à terminer plusieurs fois le titre pour voir l'ensemble des aptitudes. C'est encore plus flagrant lorsqu'on se rend compte qu'on obtient également des âmes fières après un game over.

Test Devil May Cry 4 Xbox 360 - Screenshot 184A divers endroits, Nero devra utiliser son Devil Bringer afin de progresser.

Finalement, si d'un point de vue jouabilité, on sent une véritable amélioration, et dans les possibilités offertes et dans le rendu des coups alliant rapidité et puissance, Devil May Cry 4 échoue simplement au niveau du scénario. Eternel soucis qui démontre bien que malgré de nouveaux personnages et un univers plus expressif que jamais, la saga de Capcom semble vouée à ne jamais décoller sur ce point-là. En somme, c'est une fois de plus la mise en scène ébouriffante et des chorégraphies hallucinées qui masquent la pauvreté d'un synopsis s'étalant inutilement jusqu'à la fin, à grand renfort de cinématiques inutiles revenant à intervalle régulier sur l'amourette insignifiante entre Nero et une donzelle du nom de Kyrie. Si la relation entre Nero et Dante est davantage perçue comme un rapprochement père/fils plutôt que fraternel, elle ne débouche sur rien de concret si ce n'est une sorte de passation de pouvoir via Yamato. Bref, hormis quelques guest star du nom de Trish et Lady (effacées au possible) et deux ou trois révélations qui ne feraient même pas frétiller le fan endurci d'Ed Wood, cet épisode ne marquera pas encore la rencontre entre la série et un scénario de qualité.

Test Devil May Cry 4 Xbox 360 - Screenshot 185Fixation sur l'astre lunaire de la part du rédacteur ou image se passant de commentaires ?

Celà dit, si Devil May Cry 4 tient plus du mauvais roman de gare que du best-seller, il se rattrape en multipliant les passages d'anthologie. Ceux-ci doivent bien entendu au charisme des personnages centraux mais aussi et surtout aux affrontements utilisant pleinement toutes les capacités de la Xbox 360. Difficile en effet de ne pas être pantois devant ce déferlement de puissance lorsque Dante assène un punch ou quand Nero utilise son Devil Bringer pour placer une choppe (différente selon les ennemis), spectaculaire à plus d'un titre. De plus, si réussir des combinaisons, basées sur le matraquage de la touche Y et le respect d'un timing bien précis, peut demander un temps d'adaptation, tout ceci se fait dans la joie, la bonne humeur et surtout la satisfaction de savoir que tout le jeu reste à portée de pad. De plus, il est étonnant de constater que les temps de chargement sont à peine plus longs sur la machine de Microsoft que sur celle de Sony où le jeu est à installer sur le disque dur. Au final, si on pourra sévèrement critiquer la seconde moitié de l'aventure nous demandant de revenir dans des décors déjà visités, il est difficile de ne pas encenser ce jeu qui milite pour l'action avec un grand A. L'arrivée sur new-gen de la série est donc une vraie réussite qui, nous l'espérons, marquera une étape charnière dans la saga après avoir toutefois gommé quelques défauts pour prétendre à son statut de meilleur beat'em all actuellement disponible sur Xbox 360 et PS3.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×