Banjo-Kazooie : Nuts and Bolts

Banjo-Kazooie : Nuts and Bolts

Incontournable de la plate-forme, les compères Banjo et Kazooie ont laissé leur marque dans l'histoire ludique en prouvant l'incroyable savoir-faire de Rare sur Nintendo 64. Pourtant, on avait perdu de vue ce sympathique duo et le départ de Rare chez Microsoft aurait pu laisser penser que leur disparition risquait de se prolonger. Que nenni puisque les revoici plus en forme que jamais et surtout prêts à explorer de nouveaux horizons. Ainsi, Nuts & Bolts est un mélange habile des éléments qui ont fait le succès de Rare dans le domaine de la plates-formes et d'une nouvelle composante inédite : les véhicules. Design, atmosphère, les fans seront vite en terrain connu dans ce nouvel épisode qui se déroule quelques années après la dernière défaite de Grunty la sorcière. C'est donc en présence d'un Banjo empâté par l'inactivité regardant Kazooie jouer sur son écran que l'on débute cette aventure. Alors que Grunty trouve le moyen de ressusciter (ou du moins sa tête), voilà que l'esprit créateur des jeux vidéo se penche sur le cas de ces trois retraités et les envoie dans son nouveau monde Duelville, où ils devront une fois de plus s'affronter. Une décision prise à l'issue d'une introduction drolatique qui ne se prive pas de références ludiques allant de l'échec commercial du jeu Grabbed by the Goulhies à la concurrence avec les plombiers italiens. Un humour qui perdure dans la suite du jeu, notamment dans le générique qui introduira chacun des mondes une fois qu'on les aura débloqué. Une séquence au cours de laquelle les protagonistes classiques de la série (et des petits nouveaux) seront présentés dans le rôle d'un nouveau personnage à la manière d'une sitcom ou d'un soap opera. On a même l'occasion de reconnaître une variante du thème de la Croisière S'Amuse.

Test Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts Xbox 360 - Screenshot 72Kazooie peut transporter des objets avec la clef magique que vous a offert le dieu des jeux vidéo.

Duelville est donc le nouveau point central du jeu, un hub comme on dit dans le jargon. Il s'agit d'une ville de fort bonne taille divisée en 6 quartiers et dans laquelle vous trouverez de quoi vous occuper puisqu'on y trouve, par exemple, une salle de jeu qui vaut le détour. Plus important, c'est d'ici que vous accèderez aux différents mondes du jeu selon un système bien classique : à l'issu de chaque défi, vous remportez une pièce de puzzle qui vient s'ajouter à votre collection, les mondes suivants s'ouvrant une fois un certain seuil atteint. Une progression traditionnelle dans la plate-forme en somme.

Test Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts Xbox 360 - Screenshot 73On ne manque pas d'auto-dérision chez Rare.

Car contrairement à ce qu'aurait pu nous faire croire l'intégration des véhicules, Nuts & Bolts est construit comme un jeu de plates-formes, du moins dans l'architecture de ses niveaux et dans l'aspect fouillé et truffé de bidules cachés des lieux visités. En clair, non Rare n'a pas cédé à la tentation du GTA-like transposé dans leur univers. Simplement, on ne se déplace plus à pied mais à bord de véhicules improbables construits par nos soins ou bâtis à partir de plans achetés. Plus question alors de sauter dans tous les sens et de se suspendre mais de participer à une longue liste de défis. Chaque niveau en contient un nombre variable permettant de remporter une pièce de puzzle. Dans le lot, on trouve de tout. Ici, il faudra collecter des objets et les rapporter à un point précis, là il faudra au contraire faire une distribution ou encore escorter un autre personnage mais préparez-vous également à devoir vous lancer dans une multitude de courses. Ensuite, il y a les épreuves les plus originales qui mettront non seulement vos talents à l'épreuve mais aussi votre imagination afin de faire chuter un maximum de dominos en un mouvement, de jouer au foot sur un terrain accidenté ou de réaliser le meilleur saut en longueur. La seule indication qu'on vous donnera sera souvent concise et du genre « il vous faut un véhicule lourd et capable de projeter un objet ». A vous de vous débrouiller pour le reste pour trouver une solution au problème qui vous est posé. Bien souvent, on s'acharnera dans nos tentatives pour réaliser plus tard que l'on manquait simplement des pièces nécessaires ou de l'idée originale susceptible de nous débloquer.

Test Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts Xbox 360 - Screenshot 74Duelville est déjà un gros morceau d'exploration blindé de coins et de recoins.

Car sous ses airs un peu naïfs, Banjo-Kazooie Nuts & Bolts est plus retors qu'il y paraît. On le comprend déjà en constatant à quel point atteindre certains points bien précis de Duelville peut être difficile mais surtout quand on découvre la richesse de l'éditeur de véhicules. Pas évident à maîtriser, il est pourtant la clef de voûte du jeu et si on vous offre souvent la possibilité de faire l'impasse sur la création personnelle, ce ne sera pas pour autant toujours suffisant. En collectant des pièces aux quatre coins de Duelville vous pourrez enrichir votre garage et vous lancer dans de biens étranges projets ou chaque détail compte. Poids, répartition et type de pièces, taille du moteur, des roues etc. Vous pourrez aussi bien fabriquer un engin terrestre qu'un avion, un hélicoptère, un bateau ou même une voiture équipée de flotteurs pour l'eau et d'un ballon pour l'air ou encore de ressorts ou de réacteurs placés dans les positions les plus incongrues. Parfois vous aurez besoin d'un plateau pour transporter du matériel, parfois de sièges pour un passager.

Test Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts Xbox 360 - Screenshot 75L'atelier n'est pas évident à maîtriser si on cherche à se montrer créatif.

Ajoutez encore des armes pour lesquelles il faudra un chargeur ou même des mécanismes inutiles en apparence mais qui prouveront leur utilité dans les épreuves les plus tordues. Si bâtir un engin rapide et stable est simple et passablement évident, avoir l'idée de construire un appareil capable de vous éjecter demande déjà plus d'imagination, surtout quand il s'agit de lui trouver une application. Et que dire d'un fou qui pose des réacteurs selon un mouvement circulaire ? Certains véhicules seront en fait presque à usage unique et vous les mettrez au point afin de répondre aux exigences d'un défi particulier. Sans oublier que même les véhicules dont vous aurez acheté les plans profiteront toujours de quelques améliorations personnelles, ne serait-ce que l'ajout d'une paire de roues offrant une meilleure tenue de route ou l'adjonction d'un second moteur histoire de gagner un peu en vitesse.

Test Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts Xbox 360 - Screenshot 76Chaque monde est présenté à la manière d'une série télé de seconde zone.

De plus, Rare a gardé une botte secrète qui poussera les joueurs avides à passer quelques heures dans leur garage à mettre au point ce qui sera finalement leur aptitude spéciale, leur propre « double saut ». Chaque défi du jeu comprend 3 niveaux de réussite. Le premier est en fait un échec déguisé et ne vous rapportera qu'une note de musique - la monnaie de Nuts & Bolts - alors que le second permet de remporter une pièce de puzzle. Parvenir à ce résultat ne pose généralement pas trop de problèmes même si certains challenges sont nettement plus corsés que d'autres. Mais il reste surtout le troisième niveau, celui qui nous récompense par un trophée. Si dans Viva Pinata Rare avait du mal à ne pas induire les joueurs en erreur avec son design enfantin servant un gameplay corsé, dans Nuts & Bolts, ils parviennent à faire coexister tout le monde. Par ailleurs, la prise en main de certains engins n'est pas toujours évidente et selon leurs spécifications ils se révéleront plus ou moins faciles à conduire. A titre d'exemple, citons l'espèce de train à roulettes qu'on aura l'occasion d'employer pour faire du ramassage d'ouvriers. Toutes ces difficultés devant être gérées sur un terrain plus qu'accidenté, en temps limité et au milieu des Gruntybots, émissaires robotiques de Grunty.

Test Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts Xbox 360 - Screenshot 77Séance de distribution de pizzas en appareil terre/air.

Rare nous livre donc un jeu d'un genre assez nouveau, un mélange audacieux de plates-formes et de véhicules qui donne naissance à un gameplay déconcertant. Bien sûr, comme tout coup d'essai il a ses ratés. Certains défis sont moins réussis que d'autres et on doit parfois faire une pause pour ne pas trop saturer, il faut même accepter un comportement assez irritant des autres coureurs lors des courses qui semblent plus intéressés par notre défaite que par leur victoire et qui, lorsqu'ils nous rentrent dedans, ont la fâcheuse manie de rester collés à nous. Mais ces défauts sont largement compensés par la richesse de l'univers et la mise en œuvre de la créativité du joueur dans l'atelier. De plus, l'univers enchanteur de Banjo-Kazooie fait toujours effet. L'humour omniprésent, pas toujours efficace mais souvent, fait écho à une réalisation magnifique qui nous ferait presque oublier quelques modèles 3D un peu grossiers. La bande-son joue elle aussi un grand rôle avec ses accents parfois grandiloquents et des notes quelquefois étonnamment proches d'une BO de Tim Burton. En résumé, Rare signe un retour réussi de ses deux lascars de Banjo et Kazooie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site