A-Train HX

A-Train HX

La longévité de la licence A-Train et son succès (au Japon surtout) défient l'entendement. Voilà plus de 20 ans que cette simulation ferroviaire sévit sur nos machines alors même que son retard technique et son conformisme auraient dû la reléguer au placard depuis bien longtemps. Déjà en 2004, A-Train 6 semblait avoir touché le fond avec une adaptation PS2 ignoble. Pourtant, Artdink persiste et signe en sortant aujourd'hui cette édition HD pour Xbox 360. Mix improbable entre Railroad Tycoon et Sim city, ce jeu de gestion mal inspiré ne parvient à aucun moment à se rapprocher un tant soit peu de ses illustres modèles. Et bienheureux celui qui pourra m'expliquer comment on peut dépenser 60 euros pour acquérir ce titre d'un autre âge.

Test A-Train HX Xbox 360 - Screenshot 1C'est vilain, mais vilain... à faire rougir de honte une PS2 !

Le concept bâtard de A-Train HX combine d'une part la gestion d'un réseau ferroviaire, et d'autre part la construction d'une ville entière. Le problème, c'est qu'il ne creuse ni l'un ni l'autre de ces deux aspects. De plus, les buts à atteindre sont tellement flous que, dès le départ, le joueur le mieux disposé se retrouve vite perdu dans une forêt de menus hermétiques. En l'absence d'un tutoriel, il devra donc se plonger dans le manuel pour découvrir que son objectif principal est d'accumuler un trillion d'euros. Seule l'expérience l'aidera ensuite à maîtriser les mécanismes du jeu. Mécanismes simples au demeurant mais ennuyeux à mourir. Il s'agit grosso modo d'acheminer des ressources près des lieux de constructions et de transporter des passagers d'un point à un autre de la ville. Pour cela, il suffit juste de poser une loco sur une voie, de régler ses horaires comme on peut, et le tour est joué. Détail qui tue : les locomotives mal modélisées incluses dans le DVD sont toutes fictives. On nous propose donc sans rougir de bien vouloir télécharger les modèles réalistes via un service payant du Xbox Live. Mort de rire !

Test A-Train HX Xbox 360 - Screenshot 2L'éditeur de carte ne casse pas trois pattes à un canard.

Contrairement au volet précédent, le développement de votre cité n'est plus assisté par l'ordinateur. Il vous incombe donc de choisir l'emplacement et les types de bâtiments qui vont sortir de terre. Peu nombreux, ces derniers sont répartis en diverses catégories (loisirs, commerces, usines, ports, etc). Selon notre objectif immédiat, on favorisera donc l'attractivité de la ville, son industrie, ses transports ou son parc de logement. Tout cela n'étant pas sans rappeler un certain Sim City. Sauf que Sim City est sorti en 1989. Depuis les jeux vidéo ont évolué. Pas A-Train cependant puisque son approche de la simulation urbaine date bien des années 90. Et que dire de l'éditeur de cartes pitoyable fourni avec le reste ? En proposant seulement quelques dizaines d'objets affreusement moches et des outils préhistoriques, il a de quoi susciter l'hilarité de tout joueur s'étant essayé de près ou de loin à un Rail Simulator ou à un Trainz.

Test A-Train HX Xbox 360 - Screenshot 3A-Train HX reste un jeu de gestion avec ses diagrammes austères.

A part ça, il n'y a pas grand chose à faire dans A-Train. Les plus audacieux se lanceront dans des projets futuristes comme le fameux Bullet Train. Les traders perspicaces tenteront leur chance à la bourse. Les autres courront peut-être après les succès Xbox 360. Point. Et ne comptez pas sur une réalisation époustouflante pour faire passer la pilule. C'est tout le contraire. Bienvenue sur PS2 ! Enfin je veux parler du tout début de la programmation sur PS2. C'est laid, c'est buggé, c'est triste. Ce qui n'empêche pas Artdink d'annoncer fièrement sur son site "des paysages réalistes et magnifiques en 3D comme seule la Xbox 360 peut en produire". Doit-on en rire ou en pleurer ? C'est bien toute la question que l'on se pose lorsqu'on se retrouve avec un titre pareil entre les mains...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site