Cranium Kabookii

Cranium Kabookii

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Cranium Kabookii ne croule pas sous les options. L'absence d'un mode solo n'est pas un problème en soi, tant son intérêt est habituellement inexistant dans tout party-game digne de ce nom. Mais on peut regretter que le jeu ne s'adapte pas au nombre de participants potentiels : il vous impose de jouer au minimum à 4, avec dans tous les cas un nombre pair de joueurs. Le principe de Cranium Kabookii est en effet d'opposer 2, 3 ou 4 équipes de 2 joueurs ou plus dans des mini-jeux divers et variés, l'équipe gagnante étant la première à remporter 24 jetons. Ce dernier nombre est également non paramétrable, provoquant des parties particulièrement longues dans le jeu à 3 ou 4 équipes. Il aurait été vraiment judicieux de permettre aux participants de choisir la durée maximum d'une partie. Cette rigidité dans le concept est d'autant moins pardonnable que ni le nombre minimum de joueurs, ni la durée minimum d'une partie ne sont indiqués sur la boîte de jeu.

Test Cranium Kabookii Wii - Screenshot 6Les explications qui précèdent les mini-jeux sont plutôt confuses.

Dès les premiers écrans, le design très épuré, aux formes enfantines et aux couleurs vives, risque de vous égratigner un peu la rétine. Le jeu prétend être destiné aux 7 à 77 ans, mais il y a de fortes chances que mamie lâche l'affaire face aux petits monstres cel shadés qui s'agitent dans tous les sens comme des demeurés... A moins qu'elle ne soit une inconditionnelle d'Oggy et les cafards ou de Bob l'éponge, auxquels font inévitablement penser ces quatre petits personnages qui illustrent les mini-jeux : Chat d'Oeuvre pour les épreuves de dessin, Neuro Naute dans les quiz, Vocabu Ver lors des jeux de mots et de lettres, et enfin Etoile Montante pour le mime et les épreuves musicales. Le principe est le suivant : chacune à leur tour, les équipes font tourner une roue pour déterminer l'épreuve à laquelle elles vont participer, parmi 15 possibles. En cas de victoire, l'équipe se voit créditée d'un certain nombre de jetons. Puis c'est au tour de l'équipe suivante, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'une des équipes ait atteint les 24 jetons requis pour l'emporter.

Test Cranium Kabookii Wii - Screenshot 7La Wiimote ne permet pas la précision requise par ce type d'épreuves.

L'une des originalités de Cranium Kabookii réside dans l'utilisation de lunettes spéciales, incluses avec le jeu. Elles permettent à l'un des joueurs d'une équipe de lire des mots affichés à l'écran à l'insu des autres (pour qui ils restent indéchiffrables). Par exemple, dans le jeu "Crayonnades", le mot lu est une chose que vous devez faire deviner aux autres membres de votre équipe par l'intermédiaire d'un dessin. Dans "Soloxylo", c'est la partition d'un air connu qu'il vous faut jouer et faire trouver. Tous les mini-jeux ne requièrent pas l'utilisation de ces lunettes, mais tous mettent à contribution la Wiimote : pour manipuler la Terre dans "Globe Trotter", pour mimer une action dans "Mimétix", pour faire tourner un cadran dans "Fragmots", pour assembler des formes dans "Collimage"... Les mini-jeux sont suffisamment variés et font appel à votre adresse autant qu'à votre culture générale ou à votre mémoire. Reste que tomber plusieurs fois consécutivement sur la même épreuve provoque inévitablement un pic de lassitude. On regrette également que le principe même du jeu ne le rende pas aussi convivial qu'attendu : d'un bout à l'autre des parties, vous n'interagissez qu'avec les membres de votre équipe, l'affrontement avec les autres se réduisant à une bête course au score. Sans compter les temps d'attente pour voir revenir votre tour de jouer.

Test Cranium Kabookii Wii - Screenshot 8Un enfant de 7 ans aura bien du mal à répondre à ce genre de questions.

Mais le plus gros problème de Cranium Kabookii, c'est sa jouabilité absolument désastreuse dans la plupart des épreuves, pour lesquelles le contrôle à la Wiimote se révèle inadapté. A commencer par le dessin, où vous aurez bien du mal à crayonner quelque chose d'un tant soit peu précis, malgré un réglage possible de la sensibilité de la télécommande. D'autant que les mots à trouver ont la fâcheuse tendance d'être particulièrement retors. Essayez de dessiner un "saumon fumé" à la Wiimote en moins d'une minute, et vous comprendrez de quoi il en retourne. Les épreuves de mime, où il s'agit de reproduire un mouvement donné avec votre télécommande, se révèlent encore plus catastrophiques : une fois sur deux le jeu ne parvient pas à identifier votre action, que vous vous escrimez pourtant à essayer de réaliser correctement face à votre téléviseur. Les mini-jeux où le temps joue contre vous sont particulièrement agaçants étant donné que les soucis de maniabilité sont en grande partie responsables de vos échecs. Les épreuves de quiz et de jeux de lettres restent plus convaincantes, bien qu'elles ne soient pas exemptes de tout reproche : leur difficulté intrinsèque les rend clairement inaccessibles aux plus jeunes, alors même qu'il s'agit du type de public visé par le jeu. Conséquence : les problèmes de jouabilité associés à la difficulté de certaines épreuves amènent les parties à durer bien trop longtemps, et à ôter toute envie d'y revenir une seconde fois.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×