Cooking Mama

Cooking Mama

L'intention de Cooking Mama est moins d'apprendre à cuisiner que d'inciter la pratique. Vous devez mener à bien des recettes avec différentes manipulations rigolotes, qui seront autant de mini-jeux très courts, dans la veine d'un party-game classique. Comme dans Wario Ware : Smooth Moves, la télécommande Wii change de fonction au gré des manoeuvres culinaires. Par rapport à la version DS, le fameux périphérique apporte évidemment davantage de possibilités et de dynamisme. Il vous faudra ainsi le faire rouler, le pencher doucement, le secouer sèchement, le retourner etc... Les mouvements demandés sont simplistes mais toujours cohérents avec l'action. Par contre, le périphérique n'est pas aussi précis et docile qu'un stylet. Qu'il s'agisse de l'incliner doucement (pour casser des oeufs) ou de passer rapidement d'un mouvement circulaire, la Wiimote tournée vers le bas, à une séquence de pointage, on tâtone un peu avant de prendre le coup de main. Il arrive même que certaines manipulations un peu plus sophistiquées que la moyenne nous échappent complètement dans les premiers temps. Les explications et les schémas se montrent trop vagues pour que l'on comprenne instantanément. Rien de bien méchant cependant, on finit par découvrir par soi-même ce qu'on attend de nous.

Test Cooking Mama Wii - Screenshot 17Voici une paela alsacienne, construite sur le modèle de la choucroute. C'est très goûtu.

Taito semble avoir concentré son travail sur une difficulté plus accrue. Outre le mode Cuisine, qui consiste simplement à exécuter au mieux les différentes recettes et récupérer des médailles pour obtenir, au compte-goutte, les 300 formules appétissantes du menu, on note l'apparition de modes Défis et Amis. Le premier est une variante sous forme de Time Attack : nulle médaille, mais un classement des meilleurs temps pour chaque recette. Les modes amis sont tout simplement des joutes culinaires, soit contre l'ordinateur, soit un autre joueur, en écran splitté. La règle est d'obtenir le meilleur score à l'issue d'une recette. Cette évalutation est établie sur les mêmes critères que le mode standard : votre rapidité et le nombre d'erreurs que vous avez commises. Avec ces challenges supplémentaires, le titre ne s'épuise pas aussi rapidement que son prédécesseur. Malgré tout, il est difficile de rester suspendu plus d'une heure sans ressentir une vive lassitude. Trop de répétitions dans les manips, pas vraiment de difficulté à les répéter, des enchaînements trop mous, des mini-jeux trop longs : comme tant d'autres sur DS ou Wii, le gameplay reste cantonné à des petites sessions, juste le temps de faire deux ou trois recettes avant de s'ennuyer. A moins que vous ayez une passion naissante pour la cuisine...

Test Cooking Mama Wii - Screenshot 18Ou est le plaisir d'en avoir plein les mains (de chocolat) ??

Pour ceux-là, Taito a pensé à étendre son catalogue de recettes en l'internationalisant. Si la liste de la version DS était plutôt de consonance asiatique, on retrouve ici une part égale entre les différentes patries culinaires les plus connues ou répandues : Italie, France, Etats-Unis, Chine, Espagne... Cette variété se retrouve même dans les types de recettes. Certaines semblent sorties du guide de l'étudiant fauché, d'autres seront à réserver aux grands soirs. Le titre ne vous épargne pas les plats les plus classiques (pâtes en tout genre, truffes au chocolat, sushis), mais sait également verser dans l'exotisme mi-répugnant mi-attirant. On retiendra particulièrement les différentes compositions à base de crustacés, brillamment mises en valeur par des bruitages particulièrement convaincants.

Test Cooking Mama Wii - Screenshot 19Ah ! Beurk ! Bouh ! Pouah ! Et pourtant, je suis sûr que c'est succulent.

A ce titre, la mise en forme est exactement similaire à la version DS. Si l'aspect sonore est proche de l'excellence, avec notamment de jolies musiques printanières et des gloussements de Mama assez craquants, le manque d'ambition visuelle est navrant. Ce n'est pas tant le rendu toujours 2D et assez fauché qui gêne, mais le manque de conviction, certains diront "de folie", des animations et des effets spéciaux. Même lors des erreurs de manipulation, votre plan de travail reste immaculé et ne déplore aucune projection de sauce. La farine reste bien sage, les viandes ne "jutent" pas, les instruments sont toujours clean. On a l'impression d'en rester aux petits assemblages de pâtes à sel façon Playschool. C'est dommage. Pour reprendre le slogan malin de 505 Games "Faites la cuisine, pas la guerre !", Cooking Mama reste effectivement un jeu paisible et agréable mais aussi trop timide dans sa représentation et son contenu. S'il ne me plaît pas d'évoquer une nouvelle fois l'aspect financier dans l'achat d'un jeu, celui de Cooking Mama est tout de même à considérer avec sagesse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×