Baby Foot

Baby Foot

Il y a des jours comme ça où l'on a envie de dire stop. Stop à la drogue, stop à l'alcool, stop aux excès de vitesse, stop à la nourriture trop grasse. Mais aussi stop à l'acharnement de certaines équipes à considérer la Wii comme une machine bonne à accueillir toutes les saletés du marché. Ces titres dont personne ne veut mais dont le concept colle trop bien au support en question pour atterrir ailleurs que sur la console de Nintendo. Et ce n'est pas un hasard si ce jeu, ancien de plus d'un siècle, n'a guère fait le fruit d'expériences sur nos machines, à quelques exceptions près, tout juste connues de joueurs vieux comme des dinosaures, sur PC ou Odyssey. C'était nous épargner une douloureuse épreuve telle celle que nous impose Baby Foot. A moins d'être suffisamment en pétard contre son rejeton, même un parent de famille ne s'y trompera pas, un coup d'oeil sur la jaquette suffit à déceler l'arnaque. Un foutage de gueule du consommateur caractérisé qui se traduit par l'envie de brûler la galette et de courir vite au premier bar du coin retrouver les joies d'une vraie partie entre amis.

Test Baby Foot Wii - Screenshot 1Devant la morosité de leur jeu, les développeurs ont ajouté un effet aux frappes de balle...

Baby Foot fait partie de ces jeux qui misent tout sur leur singularité pour se faire une petite place dans les étalages dégarnis de commerces à pigeons. Un pari comme un autre qui consiste grossièrement à donner zéro moyen à des développeurs dépassés et à attendre patiemment que des joueurs mal informés commettent l'irréparable. Car à 45€ pièce, la plaisanterie donne rapidement mal à l'estomac, que ce soit par des fous rires ou après s'être rendu compte du côté grotesque de la chose. Baby Foot est censé vous proposer deux visions, l'une arcade, l'autre simulation (on cherche encore les différences significatives...), du célèbre jeu de table, via des règles avancées comme officielles. Il faudra simplement qu'on nous dise où ces règles ont été pêchées si ce n'est au fond d'un esprit torturé et sans doute peu coutumier du genre en question. Toutefois, une brève éclaircie attire l'oeil dans les menus lorsqu'apparaît l'option "règles personnalisées". Chic se dit-on, ils ont tout de même eu vent que tout le monde faisait grossièrement sa tambouille autour des règles. Que nenni. Ce qui est appelé règles ici est le temps de jeu, le nombre de buts à marquer et le nombre de manches à disputer (!!!).

Test Baby Foot Wii - Screenshot 2La difficulté va être de passer la balle au centre pour éviter une pissette. Tout un art.

En dehors de toutes ces considérations de philosophie et de contenu, Baby Foot a un défaut majeur, celui d'avoir été développé par une équipe à la ramasse en termes de reconnaissance de mouvements. Dommage, on est sur Wii. Du coup, on balaye du revers les commandes qui proposent de tout contrôler par des rotations de poignet tant ce gameplay est poussif et imprécis, parfois même frustrant. A partir de là, le jeu n'a déjà plus d'intérêt puisqu'on se contente d'appuyer sur A pour switcher d'une barre à l'autre, d'utiliser le stick du Nunchuk pour les faire glisser et d'appuyer sur C pour shooter et multiplier sauvagement les roulettes. En découlent alors des parties bordéliques où il n'est même pas possible de bloquer la balle et où les passes latérales sont quasi irréalisables. Pas la moindre tactique, pas la moindre sensation, juste des buts gags et chanceux à la pelle, tout ce qu'on déteste dans le baby-foot. On se console tout de même en remarquant que l'IA, pourtant développée pour le jeu, semble elle aussi éprouver les pires difficultés à contrôler la balle et à sortir autre chose que de vieilles frappes des demies. Du grand n'importe quoi.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site