Art Style : ORBIENT

Art Style : ORBIENT

L'espace, frontière de l'infini... On croit qu'on arrive au bout, et là un gorille surgit et commence à vous balancer des tonneaux ! Non, attendez, ce n'est pas le bon jeu, on recommence... Dans Orbient, vous incarnez un petit astre qui vogue dans l'immensité du vide intersidéral. Enfin pas si vide que ça d'ailleurs, car d'autres étoiles y naviguent, avec leur cortège de satellites, d'astéroïdes et autres corps célestes, tous soumis à de complexes mouvements orbitaux. Votre but dans tout ça ? Tout simplement grossir en absorbant d'autres astres, jusqu'à atteindre une taille suffisante pour attirer l'étoile cible dans votre sillage et ainsi passer au niveau suivant.

Test Art Style : ORBIENT Wii - Screenshot 5Plus il y a de satellites, mieux c'est.

Dans la pratique, vous n'avez prise que sur un seul paramètre : la force d'attraction. En appuyant sur A, vous l'activez et serez alors irrémédiablement attiré par les corps environnants, en fonction de leur masse et de leur distance, la direction et la vitesse finales étant un savant mélange de toutes ces influences. En appuyant sur B, vous déclenchez au contraire la répulsion, qui vous éloigne des sphères potentiellement dangereuses. Car une collision avec un astre plus gros, coloré en rouge, est synonyme de mort. Avec un globe de taille équivalente au vôtre (signalé en bleu), cela se traduit par une absorption, suivie d'une croissance au diamètre supérieur. Enfin, une rencontre avec une étoile grise, plus petite, se terminera par la destruction de cette dernière, ou mieux, par sa satellisation, ce qui confère de précieux points de bonus en fin de niveau. Voilà pour le concept de base, enfantin à assimiler puisque reposant exclusivement sur l'utilisation de deux boutons.

Test Art Style : ORBIENT Wii - Screenshot 6Gare au trou noir, même s'il est rose !

Et pourtant, ce gameplay d'apparence simpliste cache quelques défis redoutables. Il y a d'abord l'inertie à gérer, ce qui exige une bonne dose d'anticipation. On trouve aussi plusieurs dangers au fil de la progression, comme les trous noirs, qui vous happeront inexorablement si vous avez le malheur de passer trop près. Il y a également les astéroïdes, ou encore de curieux astres insensibles aux lois de l'attraction. Certains niveaux recèlent d'étroits passages obligés qui ne donnent pas le droit à l'erreur : il faudra impérativement calculer la trajectoire idéale avant de se lancer en espérant que ça passe. Avec tout ça, Orbient est un jeu d'adresse redoutable, qui parvient sans mal à convaincre. On pourra toujours lui reprocher une certaine austérité, regretter le peu de contenu offert, mais malgré tout c'est bien le plaisir qui l'emporte. Incarner une frêle étoile luttant pour sa survie, esquiver la menace représentée par les corps plus gros avant de les absorber quelques minutes plus tard comme de vulgaires pac-gommes a quelque chose de jouissif. Bref, cet Objet Vidéoludique Non Identifié mérite bien d'être découvert.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site