Auditorium


Après avoir embrasé le net par le biais d'une démo chatoyante et éminemment poétique, Auditorium nous arrive enfin sous la forme d'un jeu complet, accessible sur le site de ses développeurs contre une petite poignée d'euros. L'occasion était trop belle et nous ne pouvions faire autrement que de vous proposer un petit tour d'horizon de ce soft aussi fascinant que diaboliquement addictif. Auditorium ne propose rien de moins que de contrôler directement des flux d'ondes sonores matérialisées à l'écran par des traînées de lumière, tout cela afin de reconstituer progressivement une jolie mélodie. Joueurs en quête de fraîcheur, préparez-vous à une rencontre du troisième type avec une oeuvre délicate, touchante et sublime.

Auditorium

A l'heure des compétitions multijoueurs acharnées, des frags et des courses endiablées contre des pilotes virtuels avides de podiums, on oublie bien volontiers que le jeu vidéo peut occasionnellement être une source d'apaisement et de calme. Auditorium justement, sous ses airs de puzzle-game illuminé, se trouve être l'un de ces rares titres qui permettent au joueur de se perdre dans la plus reposante des contemplations. Auditorium se regarde et s'écoute autant qu'il se joue. En expliquer le concept avec quelques mots malhabiles jetés tant bien que mal sur une page web représente un challenge que l'auteur de ces lignes ne prétend pas être en mesure de relever convenablement. Aussi, c'est avec au coeur un sentiment d'impuissance mêlé à la honte de ne pouvoir faire honneur à Auditorium que nous allons néanmoins tenter d'en examiner le concept. Seul subsiste l'espoir que ces quelques mots vous donneront envie de tenter l'expérience.

Test Auditorium Web - Screenshot 3Difficile de faire parler correctement des images d'Auditorium...

Le principe d'Auditorium est basé sur le contrôle d'un flux d'ondes sonores matérialisées à l'écran par de petites traînées de lumière. Ce flot peut être manipulé grâce à une petite quantité d'outils spécifiques fournis au début de chaque niveau. L'objectif étant de faire en sorte que tous les "amplis" disposés dans le tableau soient alimentés en ondes sonores. Une fois activé, chaque "ampli" rajoute une strate musicale au morceau en cours. Un peu de piano par-ci, un peu de violon par-là, quelques basses de ce côté... l'ensemble s'associe finalement pour constituer une véritable mélodie, pleine et profonde. Cela dit, le génie du jeu vient en grande partie du fait que chaque strate musicale reste agréable à écouter même prise indépendamment des autres. Quant à la victoire finale, elle ne s'obtient que quand le morceau associé au niveau est joué de manière complète. Au gré de ses 15 chapitres et de 73 stages, Auditorium diffuse ainsi de nombreuses mélopées, souvent lancinantes, toujours enchanteresses et qui se chargent de nous plonger dans un univers paisible et poétique. C'est ainsi qu'une fois un tableau terminé, on passe souvent quelques minutes à écouter le morceau tout juste recréé, même si celui-ci repose évidemment sur des séquences relativement courtes mises bout à bout et répétées en boucle.

Test Auditorium Web - Screenshot 4Un vortex bien placé permet d'activer deux amplis d'un seul coup.

Mais il convient maintenant d'examiner de plus près la façon dont on s'y prend pour manipuler le flux d'ondes sonores. Au début de chaque stage, des curseurs au rôle bien défini vous sont proposés en nombre limité. Vous devrez alors les placer correctement sur l'aire de jeu afin qu'ils orientent, augmentent ou accélèrent le flux d'ondes sonores et abreuvent finalement les "amplis" présents de manière égale. On comptera notamment sur des curseurs de direction qui orientent le flux vers la droite, la gauche, le haut ou le bas, mais aussi sur des aimants capables de drainer les particules pour les concentrer autour d'eux en une sorte de vortex. On pense également à l'accélérateur qui comme son nom l'indique, booste la vitesse du flux et permet ainsi d'atteindre des "amplis" éloignés. Prenez garde cependant, car plus le flux est rapide, plus il vous sera difficile d'en modifier le cours par la suite. On terminera ce petit tour d'horizon par les repousseurs qui renvoient les particules en sens inverse et les boucliers, pratiques pour rediriger votre flux lorsqu'un danger se présente.

Test Auditorium Web - Screenshot 5Au centre du tableau se trouve un objet fixe capable de diviser votre flot de particules en deux flux distincts.

Mais nous reviendrons sur ces obstacles dans quelques secondes. Pour le moment, il nous faut considérer un aspect essentiel d'Auditorium : l'idée qu'orienter le flux n'est pas seulement affaire de placement habile des outils proposés. En effet, chaque objet possède une zone d'influence, une aire d'effet représentée à l'écran par un cercle blanc. Pour progresser, vous devrez continuellement étendre ou réduire la portée de tel ou tel outil en réduisant ou en diminuant le diamètre des cercles avec votre souris. Il vous faut en outre garder à l'esprit que les différentes zones d'influence de vos outils peuvent se chevaucher, générant ainsi des trajectoires très particulières avec lesquelles vous devrez jouer. Associer un accélérateur et un aimant vous permettra ainsi d'obtenir un vortex plus mince et plus allongé. Dans ces conditions, vous parviendrez peut-être à toucher deux "amplis" au lieu d'un alors qu'un flux classique, sans distorsion aucune, n'aurait peut-être pu en toucher qu'un seul. Et c'est là, véritablement que le jeu prend enfin des allures de casse-tête, mais un casse-tête qui ne suscite pas vraiment de frustration puisque la musique est souvent là pour apaiser nos nerfs.

Test Auditorium Web - Screenshot 6Chaque chapitre répond à un thème différent.

Revenons enfin aux fameuses embûches que nous évoquions précédemment. Pour corser leur bébé, William Stallwood et Dain Saint ont inclus quatre petits éléments destinés à modifier radicalement la manière dont vous devrez appréhender un niveau. La première petite subtilité vient du fait que certains amplis ne s'activent que s'ils sont touchés par une des ondes sonores d'une couleur spécifique. Dans les niveaux, vous devrez souvent colorer vos particules initiales en les faisant passer par des zones de couleur. Ceci impliquera alors des trajets alambiqués et tortueux. Vous rencontrerez par la suite le diviseur, un petit cercle blanc inamovible qui divisera votre flux de particules en deux flux distincts. Il ne tiendra alors qu'à vous de jouer de cet élément pour parvenir à vos fins. Vous serez également confronté à des portails de téléportation dont la dénomination même me dispense de me lancer dans des explications inutiles. Reste enfin à voir le trou noir, l'ennemi absolu, qui se chargera de faire disparaître définitivement vos chères petites particules sonores si elles ont le malheur de s'en approcher de trop près. Voilà donc tous les éléments qui associés avec intelligence, permettent à Auditorium de se forger un univers inimitable et dans lequel on se plonge aisément et dont on ressort heureux et quelque peu ému.

Test Auditorium Web - Screenshot 7Une fois chaque "ampli" relié, le soft vous permet de profiter du morceau complet aussi longtemps que vous le souhaitez.

Au fond, le seul petit reproche que l'on peut adresser au jeu ne tient pas à son gameplay, mais à la façon dont s'agencent ses différents niveaux. Ainsi, sachez que pour progresser et découvrir ce qu'ont à offrir les 15 chapitres d'Auditorium, vous devrez impérativement terminer chaque monde avant d'attaquer le suivant. Si vous vous retrouvez coincé, il vous sera donc impossible de changer d'air et de mélodie, à moins que vous ne repartiez faire un niveau déjà terminé. Rien de bien méchant en somme puisque cette pseudo contrainte ne vous empêchera vraisemblablement pas de profiter d'Auditorium. Aussi, nous terminerons ce petit texte en remerciant sincèrement William Stallwood et Dain Saint pour la passion dont ils ont fait preuve et qui nous permet de profiter aujourd'hui de l'une des plus belles créations de ces dernières années. Bref, voilà un titre qui possède ce à quoi beaucoup d'autres jeux aspirent sans jamais l'obtenir : une âme. Encore bravo pour ce jeu qui nous aura fait chavirer le coeur et que nous vous recommandons vivement d'essayer.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×