PixelJunk Monsters

PixelJunk Monsters

Pixeljunk est le second jeu téléchargeable développé par Q-Games. Avec très peu de moyens et un concept ultra-minimaliste basé sur la stratégie en temps réel, il réalise la prouesse trop rare d'hypnotiser littéralement le joueur. Et bien qu'il tourne sur l'une des machines les plus puissantes de notre époque, Pixeljunk Monsters se contente de graphismes 2D dignes d'une 16-Bits pour mettre en valeur son gameplay proche de la perfection. A mi-chemin entre Lemmings et Command&Conquer, il séduira tout autant les amateurs de stratégie que les joueurs occasionnels en mal d'originalité.

Le but du jeu est tout simple : il s'agit d'empêcher des hordes de créatures d'atteindre un village pour en massacrer les habitants. En tant que chef de cette petite communauté, le joueur a le devoir de tout mettre en oeuvre pour stopper les vagues d'invasions successives dirigées contre son territoire. Malheureusement, il n'est pas expert en kung-fu ni porté sur les armes automatiques. Tout ce qu'il sait faire, en vérité, c'est construire des tours défensives dans les arbres. Il en existe en tout une dizaine à déverrouiller. Bien entendu, chacune d'entre elles dispose d'une portée et d'une puissance de feu spécifiques. Comme dans un RTS classique, il faut tenir compte du coût de la structure et du temps qu'elle met à surgir de terre. La carte n'est pas très vaste. En fait, elle tient sur un écran. Mais cette surface est déjà largement assez vaste pour vous donner quelques sueurs froides. Les ressources, en effet, sont limitées et défendre efficacement chaque parcelle de son territoire tient parfois du casse-tête.

Les monstres progressent inexorablement en direction du village sous le feu nourri des bâtiments. Que ce soit en volant ou en rampant, ils avanceront jusqu'à rendre leur dernier soupir. Lorsque l'un d'eux meurt, il laisse généralement de l'argent mais aussi des gemmes derrière lui. Et ces gemmes sont vitales puisqu'elles permettent non seulement d'améliorer les tours mais aussi et surtout d'en déverrouiller de nouvelles au cours de la partie. Sans gemmes, impossible de construire une tour Tesla ou une tour Glace. Or, il sera vital d'accéder aux technologies avancées si l'on veut avoir une chance de stopper les monstres les plus résistants. D'autant qu'un boss pour le moins coriace apparaît à la fin de chaque tableau.

Bénéficiant d'une interface parfaite, Pixeljunk s'apprivoise en une dizaine de minutes. Après, c'est l'addiction assurée. Au fur et à mesure des niveaux, on découvre de nouveaux monstres, de nouvelles cartes, et des défis toujours plus relevés. Certaines zones ne sont accessibles qu'après avoir rempli des conditions bien précises (sauver tous les habitants du village sur trois tableaux différents par exemple). Il existe aussi des forêts spéciales particulièrement difficiles qui récompenseront le joueur avec un talent permanent comme la Course. Pour couronner le tout, on peut jouer en coopération sur la même console. Bien sûr, il faut adhérer au concept et l'esthétique old-school peut rebuter les plus jeunes, mais globalement, Pixeljunk Monsters est un titre passionnant à tout petit prix que l'on aurait tort de bouder.

Test Pixeljunk Monsters Playstation 3 - Screenshot 4Les tours vont-elles venir à bout de cette déferlante de monstres ?

Test Pixeljunk Monsters Playstation 3 - Screenshot 5La tour Tesla cause de lourds dégâts mais sa portée est faible.

Test Pixeljunk Monsters Playstation 3 - Screenshot 6Il y a une vingtaine de missions jouables.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×