Mobile Suit Gundam : Target in Sight

Mobile Suit Gundam : Target in Sight

En un mot comme en cent, Gundam : Target In Sight est l'archétype du jeu bâclé, s'appuyant non pas sur ses qualités, qui se résument de toute façon à peau de chagrin, mais sur son nom qui est le seul argument valable dans le cas présent. Si cette introduction peut choquer par son côté acerbe, je ne vois pas vraiment comment je pourrais mieux vous faire comprendre à quel point cet énième opus des Mobile Suits est à éviter de près comme de loin, la faute en incombe à un temps de gestation a priori trop court synonyme de résultat étonnamment médiocre que ce soit au niveau graphique ou en ce qui concerne la jouabilité. De plus, comme pour faire en sorte que les joueurs détournent le regard, les développeurs ont opté pour une difficulté surhumaine dès le début des hostilités et ce, que vous choisissiez ou non de jouer en Facile. Sombre entrée en matière donc pour les robots de fer blanc et l'occasion pour votre serviteur de poursuivre un peu plus en profondeur sa plaidoirie.

Ainsi donc, en plus du mode Versus idéal pour affronter un ami égaré qui passait par là (le pauvre, le malchanceux, l'idiot), le studio Bec nous offre un mode Histoire dans lequel il est possible d'incarner les forces de Zeon ou celles de la Fédération Terrestre. A partir de là, tout va s'enchaîner très vite car l'aventure se déroulant entre le 4 octobre de l'an U.C. 0079 pour se terminer le 31 décembre U.C. 0079, vous allez devoir gérer votre temps afin d'arriver au terme du conflit en ayant une bonne flotte de mechas puissamment armés. De fait, lorsqu'un Mobile Suit sera partiellement endommagé à la fin d'une mission, vous devrez le laisser dans votre hangar quelques jours, le temps de le réparer entièrement. Dans le même ordre d'idées, lorsque vous voudrez le customiser (en lui achetant des pièces pour augmenter sa défense, son attaque ou ses armes), changer de type de mecha (Normal, Jungle, Désert...) ou en acheter un nouveau grâce aux points obtenus à l'issue d'un objectif réussi, il vous faudra également prendre votre mal en patience. Ma foi, pourquoi pas mais dans l'absolu, cet aspect gestion ne sert à rien si ce n'est à nous faire perdre du temps avant de pouvoir reprendre le combat.

Ceci dit, une fois qu'on débarque sur le champ de bataille, on n'a envie que d'une chose : retourner dans les menus pour essayer de trouver un quelconque intérêt ludique à l'entreprise. Alors, on cherche, on fouille et comme on ne trouve rien, on décide de revenir combattre parce que quand même, c'est Gundam. Malheureusement, rien n'y fait vu qu'en dehors d'une difficulté qui rend les affrontements bien trop ardus à partir de la troisième ou quatrième mission, on est constamment en train de se bagarrer, non pas avec nos adversaires, mais avec cette fichue maniabilité. Entre des déplacements trop lents (oui, je sais, je sais, il s'agit de robots géants mais c'est une fausse excuse), des Mobile Suits aussi fragiles qu'une PLV de Suricate et une imprécision frôlant l'indécence lorsqu'il s'agit d'atteindre un robot ennemi, il faudra vraiment être indulgent pour excuser ses nombreuses tares au jeu.

Certes, on peut utiliser un fusil ou un canon placé sur la tête de votre boîte de conserve mais vu que les munitions filent à la vitesse de la lumière, autant dire qu'on utilise le tout avec parcimonie. Cependant, sachant que les tanks, notamment, ne peuvent être détruits que grâce à ce type d'arme, on nous oblige à passer en vue subjective pour ajuster nos tirs. Pendant ce temps, on se fait canarder de toute part pour en arriver fatalement au Game Over. Reste alors l'épée laser qui est notre joker le plus probant, même si en l'absence d'un véritable lock, il est difficile de faire mouche à tous les coups. La meilleure solution sera alors de détruire des parties spécifiques des robots afin qu'ils ne puissent plus utiliser leurs armes ou d'en appeler à l'efficacité de nos supports (plusieurs mechas pouvant être choisis en renfort avant de débuter une mission). Cependant, les adversaires restent trop nombreux, les objectifs (de protection de zones surtout) invariablement difficiles et après une poignée d'heures de jeu, on pose calmement la manette PS3 sur la table, on extrait la galette de la console et on la lance le plus fort possible en évitant de décapiter Kiki au passage. Décidément, sale temps pour les joueurs, les mechas et les chiens.

Test Mobile Suit Gundam : Target In Sight Playstation 3 - Screenshot 38Attendez, on est en Australie, c'est normal que le désert s'étende à perte de vue... Désolé.

Test Mobile Suit Gundam : Target In Sight Playstation 3 - Screenshot 39La partie customisation est intéressante mais reste assez lourde à gérer à cause de la gestion du temps.

Test Mobile Suit Gundam : Target In Sight Playstation 3 - Screenshot 40De l'importance d'un combat au tracé plat.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×