Kung Fu Panda

Kung Fu Panda

Contrairement aux films d'animation Pixar qui ont tendance à faire l'unanimité, les productions Dreamworks divisent. Pour leurs détracteurs, elles se caractérisent trop souvent par des héros niais, un humour bien lourd et des répliques plus vaseuses les unes que les autres. Celle qui orne la boîte de jeu donne en tout cas le ton. "Qui Nem me suive !", telle est la devise du panda, cet être paresseux et gourmand qui peut toutefois faire preuve d'un grand courage lorsque la jungle chinoise est envahie et ses habitants menacés. Il faut dire que Po, le panda en question, a un rêve : devenir le guerrier Dragon dont parle la légende, un héros qui seul peut s'opposer aux sbires de Tai Lung et ramener la paix. Formé par Maître Shifu et épaulé par les Cinq Cyclones, Po va devoir affronter les pires dangers pour devenir le légendaire guerrier Dragon.

Kung Fu Panda Le Jeu reprend donc la trame scénaristique du film, qui sert de fil conducteur à une succession de niveaux combinant séquences de plates-formes et de combat. Un cocktail d'action ininterrompue à l'attention des plus jeunes si l'on en juge par le challenge quelque peu décevant, qui laissera les joueurs confirmés sur leur faim. C'est d'autant plus dommage que le titre bénéficie d'un aspect beat'em all propre à satisfaire les plus gros fans du genre : Po a de nombreuses techniques de base à sa disposition, ainsi que plusieurs combos facilement exécutables, qui peuvent toutes être améliorées au fil des niveaux. Son agilité naturelle octroie également à notre panda des possibilités de saut, d'esquive et de parade. Il peut enfin saisir des objets pour les projeter sur ses adversaires, et utiliser à l'occasion les éléments destructibles du décor. Cette panoplie de coups et de mouvements rend les affrontements particulièrement dynamiques et fun. Pour ne rien gâcher, l'action reste lisible et fluide en toutes circonstances et n'est entachée par aucun problème de caméra. Cerise sur le gâteau : bien que le joueur garde essentiellement le contrôle de Po durant l'aventure, il est parfois amené à diriger, de façon occasionnelle et temporaire, un des Cinq Cyclones, ou encore Maître Shifu lui-même. Chacun dispose de techniques de combat spécifiques, qui apportent aux affrontements une diversité appréciable.

En réalité, le système de combat est si convaincant que l'on comprend mal un certain nombre de choix effectués par les développeurs. Le premier, que nous évoquions plus haut, tient à la difficulté. Il est particulièrement appréciable que le jeu soit si maniable et si accessible, ainsi que doté d'un bout à l'autre d'indications parcheminées qui guident le joueur. Mais pourquoi avoir opté pour une difficulté qui, bien que paramétrable et progressive, ne permet pas à Kung Fu Panda de proposer un challenge suffisant au commun des mortels ? Le deuxième choix hasardeux tient à la résolution des affrontements contre les boss majeurs sous forme de Quick Time Events : en lieu et place d'un bon gros combat épique faisant appel à sa maîtrise des techniques du kung-fu, le joueur se voit donc contraint d'appuyer le plus rapidement possible sur la série de boutons qui s'affiche à l'écran. Simplistes, frustrantes, d'une interactivité plus que limitée, ces phases ont pour seul mérite de renforcer l'aspect cinématographique du titre. En réalité, il semble évident à mesure que l'on progresse que les développeurs n'ont pas voulu mettre les combats au centre du jeu. Ils ont au contraire pris le parti de diversifier le gameplay le plus possible, en commençant par introduire dans les niveaux de nombreuses séquences de plates-formes.

Celles-ci se révèlent hélas simplistes et insipides (sauter de nénuphar en nénuphar est une activité bien peu motivante pour qui vient de défendre un palais assailli par des hordes d'ennemis), et souffrent surtout d'un level design peu inspiré. Ce dernier point est d'autant plus dommageable que Po se voit parfois proposer des missions secondaires, du type "sauver X villageois", dont l'intérêt se trouve anéanti par la linéarité des niveaux. A l'occasion, notre panda peut également prendre le contrôle de certains engins : une arbalète géante pour nettoyer le décor, une barque pour traverser une rivière... Ce n'est pas la variété des phases de jeu qui manque, mais l'aspect générique et l'intérêt très relatif des séquences de plates-formes les rendent vite lassantes, à la différence des combats. Rappelons toutefois que le jeu s'adresse aux plus jeunes : l'indulgence est donc de mise. D'autant que la durée de vie de Kung Fu Panda, assez limitée à la base, se voit renforcée par la présence d'un mode multijoueur. De 1 à 4 joueurs peuvent prendre part simultanément à des épreuves variées et amusantes (qu'il faut préalablement débloquer), mais qui en termes de plaisir de jeu n'arrivent pas à la cheville d'un Kung Fu Chaos. Dans tous les cas, Kung Fu Panda pourra au minimum s'appuyer sur son aspect graphique : bien qu'inégal, il fait dans l'ensemble honneur au long métrage d'animation de DreamWorks, surtout en ce qui concerne le rendu des personnages. C'est un argument solide auprès de tous ceux qui auront apprécié le film. Les autres peuvent passer.

Test Kung Fu Panda Playstation 3 - Screenshot 19Les effets de fourrure des personnages sont très réussis.

Test Kung Fu Panda Playstation 3 - Screenshot 20Techniquement perfectible, le jeu n'en possède pas moins un certain charme.

Test Kung Fu Panda Playstation 3 - Screenshot 21Po parvient toujours à se mettre dans les situations les plus compromises.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site