Iron Man

Iron Man

Iron Man est un des personnages les plus charismatiques créés par Stan Lee. Il faut dire que les motivations de Tony Stark, l'homme sous l'armure, le rendent particulièrement attachant : cet ex- magnat de l'industrie de l'armement qui cherche désormais la rédemption est un super-héros résolument moderne qui fait écho à des préoccupations très actuelles. Le jeu reprend la trame scénaristique du film actuellement sur les écrans, mais va également au-delà, en incluant notamment des éléments issus des comics-books Marvel. L'histoire débute au fin fond de l'Afghanistan : kidnappé et contraint de fabriquer une arme de destruction massive, Stark préfère inventer une armure révolutionnaire dont il se sert pour s'échapper. Il réalise alors la puissance que cet équipement lui octroie et décide de l'utiliser pour combattre ses adversaires - à commencer par le lobby de l'armement, qui ne voit pas d'un très bon oeil son intention de faire fermer sa compagnie et de quitter le milieu.

S'appuyant sur des scènes cinématiques de bonne qualité, cette mise en place est l'occasion d'un long tutoriel de deux niveaux, dans lesquels le joueur apprend à manier Iron Man, aussi bien au sol que dans les airs. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce didacticiel n'est pas un luxe vu la jouabilité quelque peu délicate des phases de vol. Il faut un certain temps d'adaptation pour parvenir à s'élever, à léviter, à planer ou à fuser sans problème, sans compter les combats aériens que nous évoquerons un peu plus loin. Au sol, pas de souci : le gameplay est typique d'un shoot à la troisième personne. Iron Man dispose d'une arme principale, d'un lance-missile intégré (avec un système de cooldown qui limite son utilisation), et enfin de l'Unirayon pour effectuer un tir aussi dévastateur que gourmand en énergie. Bref, il est équipé pour faire face à ses adversaires. Le problème réside dans un système de lock fort mal fichu. Concrètement, il permet de cibler et d'arroser un ennemi dès qu'on se tourne vaguement vers lui – et ce même si le réticule de visée n'est pas précisément pointé dessus. Cela se révèle très (trop) efficace face aux unités terrestres rencontrées : les chars et les fantassins ne brillant ni par leur dynamisme ni par leur intelligence (il faut les voir parfois se tirer dessus), il en résulte des combats mous et simplistes. A contrario, le même système appliqué aux combats dans les airs les rend particulièrement ardus à négocier. Les chasseurs ennemis, par exemple, sont si rapides qu'il est difficile de parvenir à les cibler tout en gérant sa propre mobilité aérienne. L'absence d'un lock automatique se fait cruellement sentir. Pour pallier en partie à ce défaut, les développeurs ont inclus des quick time events activables dès qu'Iron Man se trouve à proximité d'un ennemi : ils permettent, en martelant une touche, de briser des blindés ou de saisir des missiles pour retour à l'envoyeur.

La palette d'actions disponibles ne parvient toutefois pas à étoffer un gameplay répétitif et peu passionnant, qui rapproche davantage Iron Man d'un Army Men que d'un City Of Heroes. Les objectifs de mission consistent à détruire des caisses d'armement, des usines, des convois, des silos à missiles... Ils sont donc désespérément militaires, tout comme les ennemis rencontrés. Les affrontements contre les boss de fin de niveau (un hélico, un char armé jusqu'aux dents...) manquent cruellement de souffle épique. Quant au plaisir d'incarner un super-héros, il ne se fait ici que peu sentir. Le personnage d'Iron Man est bien modélisé, mais ça s'arrête là. A moins de planer en rase-motte avec la post-combustion activée, l'impression de vitesse est mal rendue. En outre, la sympathique possibilité – de plus en plus courante – d'interagir avec le décor, brille ici par son absence. De toute façon, les environnements de jeu sont réduits à leur plus simple expression. Ils sont vastes et ouverts – ce qui est en soi un point fort – mais ils sont aussi désespérément vides. Du coup, on ne s'extasie qu'un moment sur la remarquable profondeur de champ et la présence agréablement modérée du fameux couple clipping/aliasing. Et on en vient vite à regretter le manque de détails et de personnalité des décors, que l'on croirait sortis d'un générateur aléatoire de paysages à la VistaPro. Il reste bien quelques qualités à Iron Man, qui résident pour la plupart dans la gestion de l'armure : il est possible de l'améliorer avec les fonds obtenus lors des missions, de concentrer son énergie dans un domaine particulier (système vital, réacteurs, armes de mêlée ou à distance), et enfin d'activer une défense spéciale en fonction du type d'armure équipé. Mais ces bonnes idées sont au service d'un gameplay décevant. Iron Man est donc une adaptation vidéoludique médiocre qui peinera même à satisfaire les inconditionnels de Marvel.

Test Iron Man Playstation 3 - Screenshot 23Censé être un moment fort du jeu, le survol de la ville est juste insipide.

Test Iron Man Playstation 3 - Screenshot 24La qualité du rendu du personnage contraste avec celui du décor.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site