FIFA 09

FIFA 09

Pour la première fois depuis bien longtemps, la série FIFA se trouve en position de force. La révolution opérée la saison passée se doit d'être confirmée via cet opus 09. Le titre d'EA Sports est redevenu la simulation référence, tant par le soin apporté à la refonte du gameplay que par la marche manquée par PES. Un inversement des valeurs et donc des rôles qui, au vu de la qualité de FIFA 09 ne sera pas remis en question. Au meilleur des cas, PES se hissera à hauteur de FIFA. C'est tout le mal qu'on lui souhaite car, sans hésitation, la simulation du géant américain vient d'atteindre un niveau que l'on n'osait certainement pas rêver il y a de cela 24 mois. Grâce aux bases solides pourtant acquises d'un seul élan l'année dernière, les développeurs ont mis l'accent sur les priorités. Si l'on doit ne retenir que le principal, c'est bien tout le travail qui a été fait d'une part en termes d'animation et de physique et d'autre part la volonté farouche de proposer un jeu en ligne sans égal. Ces deux grands chantiers permettent à FIFA d'être aujourd'hui plus réaliste et plus complet que jamais, le tout, dans l'optique de s'appuyer sur le renouveau de la série. Une série qui s'adresse de plus en plus à un public de connaisseurs. Chronique d'un succès provoqué.

A chacune des sorties promotionnelles du jeu revenaient irrémédiablement ces fameuses 250 améliorations apportées au gameplay. On ne connaîtra jamais la liste complète ni la manière dont ont été comptées ces petites retouches, pour la plupart, imperceptibles de prime abord. Pourtant, après de nombreuses heures de jeu, il apparaît clairement que des choses ont changé. En tête de ces petits perfectionnements qui font toute la différence, l'animation des protagonistes. Plus humains, plus combatifs, plus râleurs, les joueurs sont également moins solides sur leurs cannes, subissant systématiquement les effets d'un duel déséquilibré entre deux gabarits opposés. Le bond en avant opéré est saisissant. Davantage de tirages de maillot, d'échelles sur des duels aériens, de petites poussettes, de protections de balle... Mais aussi des conduites de balle différentes en fonction du possesseur du ballon, de nombreuses façons de tacler ou de pousser son adversaire à la faute, des chutes plus ou moins violentes qui ne nécessitent pas le même effort pour se relever...

Ainsi, jamais un joueur n'en traverse un autre, même lorsqu'il s'agit de coéquipiers ou encore de l'arbitre lui-même. Principale action bénéficiant de tout cela, les duels aériens, jadis très aléatoires. Il ne suffit plus de matraquer la touche passe ou tir pour prendre le dessus sur son adversaire direct. Un bon timing est indispensable. Vous sautez trop tôt, votre joueur va prendre la balle au dessus du crâne ou pendant qu'il retombe. Vous sautez trop tard, il sera lobé ou fera faute. Grisant ! Toutes ces animations ont été mises au service du gameplay. Par exemple, si les joueurs peinaient à mettre la moindre puissance dans leur tête jusqu'à présent, leur timing est désormais tel qu'un bon centre associé à un bon placement peut découler sur un vrai coup de casque qui n'a plus rien à voir avec ce que l'on connaissait de FIFA. Autre évolution notable, le niveau des gardiens. Jusqu'à présent souvent gaffeurs, maladroits en dehors de leur 6 mètres, sans arrêt en difficulté sur les balles à mi-hauteur, ceux-ci offrent des copies bien plus présentables. D'ailleurs, la majeur partie du temps, ils sont exempts de tout reproche.

Ce qui n'est par exemple pas le cas des hommes en noir dont l'aptitude à gérer l'avantage demeure en phase d'apprentissage. En effet, sans raison apparente, ils reviennent quasi-systématiquement à la faute commise, que l'action profite ou non, ce qui peut être parfois très rageant. Particulièrement mal gérée, cette notion d'avantage devra être impérativement corrigée dans le prochain volet, à l'instar du nombre de fautes imaginaires sifflées sans hésitation. Une simple pression suffit à faire craquer l'arbitre et à indiquer le point de penalty. Dans un autre style, si vous taclez proprement un joueur mais que votre glissade déséquilibre un second joueur, totalement involontairement et sans conséquence sur le jeu, vous serez sanctionné. Toujours pour chipoter, notons que la sélection du joueur éprouve quelques difficultés à nous convaincre. Régulièrement, le joueur sélectionné est loin d'être le plus proche du ballon, ce qui contraint à opérer manuellement, en pointant vers le joueur souhaité. On a connu plus intuitif.

Mais le gameplay progresse véritablement à tous les étages. Et il s'ouvre à tous les joueurs. La possibilité de configurer enfin touche par touche ses commandes en est le parfait exemple. Les allergiques aux sticks analogiques pour les déplacements peuvent désormais renouer contact avec cette bonne vieille croix directionnelle. Si certains le voient comme un détail, d'autres n'attendaient que ça pour succomber au charme de FIFA. Tactiquement, le jeu progresse lui aussi pour se rapprocher de l'exhaustivité affichée par un PES. Désormais, via la gestion d'équipe, il est possible d'imprimer sa patte d'entraîneur, quasiment ligne par ligne. Concernant la défense, vous choisissez, sur une échelle de 1 à 100 le degré d'agressivité de vos joueurs, à quel point ils presseront les attaquants, s'ils doivent adopter un placement plutôt large ou plutôt resserré et enfin s'ils jouent le hors-jeu ou non. Plus haut, au milieu de terrain et pour tout ce qui touche à la construction, la variété est aussi au rendez-vous. Optez pour une ligne plutôt organisée ou en perpétuel mouvement, paramétrez le risque pris dans chaque transmission de balle ou encore la fréquence de centres et de frappes dans la surface et en direction des buts.

Enfin, pour ce qui est des attaques et des occasions de buts, ce menu vous propose de définir avec quelle vitesse vos joueurs vont progresser vers le but adverse (par exemple, le Milan AC ou le Barca ont un jeu assez lent et très construit alors que la plupart des clubs anglais misent beaucoup sur la vitesse du jeu pour marquer). Il est aussi possible de privilégier des passes plus ou moins directes et un placement stricte ou libre, au choix. Tout ce côté tactique manquait cruellement à FIFA 08 et contribuait à ce que des joueurs d'un même niveau se neutralisent la majeure partie du temps. Les matches en ressortent alors plus indécis et surtout moins stéréotypés. Ces tactiques ne sont cependant pas forcément figées durant 90 minutes. Si ce que vous avez décidé avant le match ne fonctionne pas, il vous sera toujours possible d'ajuster tout ce que vous souhaitez en cours de match. Mieux encore, vous pouvez attribuer à chacune des 4 directions de la croix directionnelle (ou des sticks analogiques si vous utilisez la croix pour les déplacements) des tactiques standards, basées sur la possession de balle, les contre-attaques ou le pressing.

En termes de modes de jeu et de base de données, FIFA reste complet malgré des oublis récurrents, comme les compétitions internationales ou de clubs européens. La grosse nouveauté est en réalité un développement poussé du mode Deviens Pro. Cantonné à des rencontres uniques dans FIFA 08, il propose désormais d'incarner un joueur durant 4 saisons consécutives. Proche du mode carrière, il met en avant la progression du joueur au fil des matches. Avant chaque rencontre, un certain nombre d'objectifs vous sont fixés. Par exemple, tenter 4 frappes, marquer 2 buts et terminer le match avec une note de 7/10. Chaque objectif atteint débloque de nouveaux points d'expérience qui servent à faire progresser votre poulain dans tous les compartiments du jeu. Via une trentaine d'attributs différents, offensifs, défensifs, techniques, de puissance, de mouvement ou liés à l'état d'esprit, vous corrigez ses faiblesses ou accentuez son talent à votre guise. De quoi ensuite, attirer l'oeil avisé du sélectionneur qui peut faire appel à vous pour des rencontres internationales.

Mais la révolution de FIFA 09 est sans nul doute le mode 10 contre 10 en ligne. Les joueurs ne possédant pas de connexion internet ou d'abonnement en ligne passent à côté du gratin de FIFA 09. Toujours selon le principe du Deviens Pro, le jeu en ligne permet de créer ou de rejoindre des parties où 20 utilisateurs jouent simultanément. Un vrai petit bonheur ! Evidemment, faut-il encore trouver 19 joueurs qui jouent collectivement et possèdent un sens tactique, ce qui, avouons-le, est quelque chose de rarissime selon notre expérience d'une dizaine de matches en ligne. Le joueur hébergeant la partie (ou la rejoignant le premier) devient capitaine de l'une des deux équipes (qu'il choisit évidemment). Ce sera à lui qu'incombera les décisions tactiques durant le match. Une fois 20 joueurs inscrits et prêts à jouer vient alors l'écran de sélection du poste où il faut être plus rapide que tout le monde pour jouer à la position souhaitée. Ce n'est pas une surprise, les postes offensifs sont alors les plus plébiscités.

Mais qu'importe la place occupée, l'expérience de matches sans IA est unique, pour peu que la partie ne rame pas, ce qui peut causer un décalage d'une bonne seconde entre vos actions et les réactions du joueur. Reste alors à trouver des joueurs qui ne gardent pas le ballon jusqu'à le perdre bêtement ou qui sachent ne pas se laisser aspirer par le ballon et maintenir un placement permettant de conserver un équilibre tactique indispensable. Le jeu en ligne est nanti d'une autre grosse feature, la Saison Live Adidas. Sous ce nom barbare se cachent des mises à jour qui permettent d'actualiser les attributs des joueurs en fonction de la saison qu'ils effectuent dans la réalité. Cependant, cette option n'est gratuite que pour un championnat au choix entre La Ligue 1, la Premiere League, la Liga, la Serie A, la Bundesliga et la première division mexicaine. Pour bénéficier de l'option sur chacun d'entre-eux, il faudra mettre la main à la poche.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 64Désormais, le mode Deviens Pro s'étale sur quatre saisons complètes.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 65Certaines compositions d'équipe tournent au grand n'importe quoi en carrière Deviens Pro.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 66Les visages de certains joueurs ont été améliorés mais d'autres demeurent grossièrement modélisés.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 67Frappe enroulée ou frappe en force. Balle piquée ou balle flottante. A vous de choisir.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 68Le moment fatidique de la sélection du poste occupé dans des matches à 10 contre 10 !

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 69La forme et la couleur des tableaux d'affichage change en fonction de la compétition.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 70Les coups de pied arrêtés ont progressé mais restent perfectibles.

Test FIFA 09 Playstation 3 - Screenshot 71Le 10 contre 10 en ligne. Des moments de bonheur, de frustration, de fierté, de honte...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×