Battlefield 1943

Battlefield 1943

Premier épisode de la célèbre série de FPS multijoueurs à être proposé uniquement en téléchargement, Battlefield 1943 reprend sans trop se fouler les ficelles de ses ancêtres PC tout en usant avec bonheur d'une version boostée du moteur de Bad Company. Proposé à un prix somme toute raisonnable, le dernier bébé de DICE nous invite ainsi à venir couvrir de sang et de débris trois petites îles du Pacifique. Une offre difficile à refuser.

Battlefield 1943

Pour ceux qui l'ignorent encore, précisons tout d'abord que Battlefield 1943 est une sorte de remise à jour de BF 1942, saupoudrée de surcroît d'une bonne pincée de Bad Company. Du coup, pas de surprise, on se retrouve là en terrain connu. Le soft réunit d'ailleurs trois cartes qui rappelleront sans doute quelques souvenirs aux vieux de la vieille : Wake Island, Iwo Jima et Guadalcanal, chacune représentant un lieu de hauts faits de l'armée américaine dans le Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale. Une quatrième, exclusivement consacrée aux combats aériens, devrait en outre être débloquée lorsque les joueurs seront parvenus à totaliser 43 millions de frags en ligne. Car le fait est qu'en tant que petit soft téléchargeable Battlefield 1943 ne prend même pas la peine de nous proposer un semblant de solo et ne s'oriente que vers le multijoueur. On devra effectivement se contenter d'un simple tutoriel bien basique qu'on expédiera en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. En 5 minutes, on lancera donc une recherche automatique pour tenter de trouver une partie. Ce sera là votre première bataille, puisque le nombre de serveurs semble encore très insuffisant à l'heure où nous écrivons ces lignes. DICE a semble-t-il été très surpris par l'engouement des joueurs, le succès du jeu étant manifestement bien plus important que dans leurs rêves les plus fous. Aussi, il vous faudra parfois patienter pendant plus d'un quart d'heure avant de dénicher une partie. Sympa.

Test Battlefield 1943 Playstation 3 - Screenshot 34Prendre un screen dans ce genre de situation relève généralement de l'exploit.

Lorsque vous finirez enfin par trouver votre bonheur, vous devrez tout d'abord choisir le soldat dont vous souhaiterez enfiler le treillis. Les deux camps, Américains et Japonais, proposeront trois classes différentes : le fusilier, le mitrailleur et le sniper. Chacun d'entre eux dispose d'une arme lourde spécifique, respectivement des grenades, un bazooka et des charges explosives capables de détruire un tank ou de raser un bâtiment. Car comme nous l'indiquions précédemment, Battlefield 1943 s'appuie sur le même moteur que Bad Company 2, c'est-à-dire une version améliorée de Frostbite. En clair, il est possible de pulvériser un mur pour aller chatouiller les côtes d'un soldat ennemi qui se croyait bien à l'abri. Avec un peu d'entrain, vous devriez même pouvoir réduire une maison entière en un tas de gravats fumant. On notera cependant que certains bunkers, particulièrement solides, refuseront obstinément de se faire dégommer. Mais même limitée, la possibilité de bousiller le décor apporte un plus indéniable à un titre dont le gameplay repose exclusivement sur la prise de points de contrôle, répartis avec intelligence sur des cartes particulièrement vastes.

Test Battlefield 1943 Playstation 3 - Screenshot 35Un lendemain de rave party.

Comme dans Battlefield 1942, l'objectif des deux camps consiste effectivement à s'emparer de la majorité des avant-postes de chaque carte. Plus vous contrôlerez de zones, moins l'ennemi aura de possibilités pour faire renaître ses joueurs et plus vous aurez de chances de remporter la partie. Dans ce contexte, on prend rapidement la mesure de l'importance des véhicules, utiles pour se déplacer rapidement et forcer le passage lorsque l'ennemi se révèle trop coriace pour la seule piétaille. Jeeps, barges de débarquement, tanks et chasseurs répondent donc présents à l'appel en bonne quantité. Ils apparaissent à intervalles réguliers dans les différentes bases, ainsi que sur des porte-avions placés à quelques encablures de la côte. Tous se pilotent facilement, à part peut-être les avions qui nécessiteront quelques essais avant d'être domptés. Assez rapidement, vous devriez cependant pouvoir vous livrer à quelques superbes duels aériens ou autres largages de bombes sur l'ennemi.

Test Battlefield 1943 Playstation 3 - Screenshot 36Prions pour que papy Boyington ne soit pas dans le coin.

Dans le domaine des véhicules, Battlefield 1943 n'innove finalement qu'avec l'apparition de bombardiers. Pour être précis, il s'agit davantage d'un raid aérien géré de bout en bout par un joueur plus que d'un nouveau type de véhicule. Pour activer cette option, vous devrez vous emparer d'un bunker spécifique, puis donner l'ordre de lancer l'attaque. A ce moment, trois gros porteurs aux soutes bien remplies apparaîtront à quelque distance de l'île où vous vous trouverez. Il vous faudra alors prendre les commandes de ces géants. Qu'on se rassure, il n'y aura là rien de bien technique. Il s'agira simplement de les aligner avec un objectif quelconque en les déplaçant sur la droite et la gauche en caméra arrière. On pourra ensuite se téléporter au poste de bombardier pour attendre sagement que le viseur passe sur la cible avant de déclencher le largage.

Test Battlefield 1943 Playstation 3 - Screenshot 37Une vision enchanteresse dont on peine à se lasser.

Mais revenons maintenant au sol pour s'intéresser à la vie d'un soldat lambda. Battlefield 1943 se joue exactement comme Bad Company. Les contrôles y sont donc relativement intuitifs et marqués par une certaine lourdeur, lourdeur à laquelle on s'habituera cependant très vite. En fait, le seul aspect un peu particulier dont vous devez être conscient tient à la détection des différents combattants sur le terrain. Dans 1943, chaque joueur ennemi blessé par vous ou vos petits camarades se trouve en fait "marqué" par un petit symbole triangulaire qui restera actif quelques secondes. Un laps de temps généralement suffisant pour indiquer à tout le monde qu'un adversaire est plutôt mal en point et qu'il serait donc de bon ton d'abréger ses souffrances. Ce système a le double avantage d'inciter tous les soldats à la prudence dans un jeu tout de même bien bourrin, tout en indiquant à tous la direction des combats ou la présence d'un loup solitaire planqué en haut d'une colline. De fait, il n'y aura jamais de temps morts, et c'est bien là tout ce qu'on demande à un soft de ce type.

Test Battlefield 1943 Playstation 3 - Screenshot 38En route pour le choc du titane.

Bref, malgré un contenu assez maigrelet (plus ou moins compensé par un prix relativement modique), Battlefield 1943 prend tout de même des airs de joyeux défouloir. Outre le bonheur de profiter d'un spectacle de qualité, rythmé par les explosions, les fusillades et de superbes dogfights, le titre se révèle également bien plus tactique qu'il n'y paraît au premier abord. Dans ces conditions, on regrettera vraiment de voir certains troufions ne jouer que pour leur pomme, s'emparer d'une Jeep pour partir tout seul à l'assaut sans se soucier des trois clampins qui leur courent après. Mais là, ce n'est évidemment pas la faute de DICE. Quoi qu'il en soit, Battlefield 1943 n'est certainement pas ce qu'on appelle un titre triple A mais il reste un excellent divertissement, un défouloir qui ne manque pas de répondant.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×