Bob l'Eponge : La Creature du Crabe Croustillant

Bob l'Eponge : La Creature du Crabe Croustillant

Tout le monde dort à Bikini Bottom, et quand on dort, on rêve, ou on cauchemarde. Voilà en gros le pitch de départ de cette nouvelle aventure de Bob L'Eponge qui nous fera vivre les délires oniriques de Bob, Patrick et Plankton. Et pour le coup, tout ceci prend bien des airs de cauchemar. Si les versions consoles s'en tiraient de justesse, cette déclinaison PC plonge dans les abîmes d'un imaginaire chaotique. Quel que soit le jeu que vous pratiquerez, tout se fera à la souris et aura à peu près l'air similaire. Avec Bob, après avoir subi un effroyable tour de circuit en voiture mollassonne, vous serez capturé par des méduses en pleine révolution, Patrick pour sa part se prend pour un super-héros pendant que Plankton devient une sorte de Godzilla des fonds marins. A chaque fois, le même schéma de contrôle est reproduit. Un bouton de la souris fait avancer le personnage à la façon d'un point'n click pendant que l'autre lance une action d'attaque. Patrick met des coups de langue à des VRP, Plankton projette un laser, Bob capture des méduses. Et voilà. On nous plante devant un jeu sec comme un champignon sous la canicule qui pense pouvoir se permettre en plus d'être peu jouable.

Test Bob L'Eponge : La Creature Du Crabe Croustillant PC - Screenshot 1Donc là c'est le moment où on s'en dort...

Pour commencer, les personnages ont tous le déplaisant point commun d'être de vrais lambins qui se déplacent avec une lenteur à peine tolérable, ce qui ne fait qu'accroître la sensation qu'on sera arrivé au terme de sa vie avant d'avoir terminé un niveau. Une sensation née de la redondance de l'action. Mais comme si cela ne suffisait pas, en dépit du faible nombre de commandes, ces dernières répondent mal lorsqu'il s'agit de tirer, imprécises et surtout, surtout, molles. Jouer à la Créature du Crabe Croustillant, c'est comme plonger dans une grosse citerne de mélasse et avoir le sentiment qu'on en sortira jamais. Et comme pour enfoncer encore cette idée dans nos crânes devenus flasques, la gestion des collisions est juste catastrophique et bien malin celui qui pourra prédire quand il va ou non entrer en contact avec un ennemi ou un bidule quelconque potentiellement piquant.

Et ce gameplay qui ferait passer la torture du cure-dent sous l'ongle pour une plaisante séance de manucure, ne pourra même pas être rattrapé par l'esprit de la série puisqu'on doit ici se satisfaire d'un doublage non officiel et de dialogues navrants répétés jusqu'à plus soif. Ne comptez pas rire ni même sourire, il n'y a aucune chance. On terminera en assassinant la réalisation branlante avec ses graphismes simplistes et dont on ne peut même pas configurer la résolution.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×