BiosFear

BiosFear

C'est quand nous sommes démunis face à l'inconnu vidéoludique qu'on se rend compte à quel point une notice de jeu est importante. Prenons l'exemple de BiosFear (vous me direz, j'aurai pu prendre l'exemple de Pong sur Atari 2600 mais cela aurait été moins parlant). Le titre disponible uniquement par le biais d'Internet nous lâche dans la nature sans nous expliquer grand chose des règles qui régissent l'univers dans lequel nous nous trouvons. Dans un premier temps il sera donc indispensable d'aller jeter un oeil sur le site officiel du titre pour en connaître davantage sur le background (même si ce dernier demeure un peu effacé, véritable patchwork d'univers bien distincts) et ainsi faire en sorte que l'alchimie fonctionne...un peu mieux. Passons ensuite les grandes règles qui régissent tout MMORPG (notamment la création de l'avatar, qui est ici très succincte) pour en arriver au titre en lui-même.

Test BiosFear PC - Screenshot 19L'interface de base est de prime abord assez complexe mais on s'y fait bon gré mal gré.

Au premier regard, on est agréablement surpris de trouver autant de joueurs et en contrepartie très étonné de découvrir cet univers hétéroclite pas toujours du meilleur goût (et j'insiste bien sur ce point qui à mon sens joue beaucoup !). Le fait est que la gratuité du titre lors des 14 premiers jours (je sais, Tiscali aurait tout de même pu pousser jusqu'à un mois complet comme c'est souvent le cas) joue bien évidemment en la faveur de BiosFear et on pourra ainsi se rendre compte dès la première partie de l'intérêt du titre si on en vient à nouer rapidement contact et pourquoi pas faire partie d'un groupe qui tient parfois de la bande organisée. A mon niveau j'ai eu beaucoup de chances de nouer rapidement contact, ceci aidant bien sûr pour leveler, obtenir des objets et parcourir le jeu de façon plus conviviale. Bref, pour peu que vous soyez un joueur des plus intelligents (en gros, ne vous la jouez pas, comme bien des imbéciles, Tueur en série qui s'amuse à descendre, au travers du PvP, un Level 8 alors que vous, fier Level 80, êtes tout puissant !) vous devriez facilement tisser des liens avec moult francophones qui sillonnent déjà les terres de BiosFear. A ce sujet, je tiens particulièrement à remercier mon compagnon de route Bonjours qui m'a bien aidé à gagner de l'expérience et m'a gracieusement offert quelques deniers, merci encore pour tout camarade !!

Test BiosFear PC - Screenshot 20Le monde de BiosFear dispose déjà d'un panel important de joueurs.

Mais si le contact avec les autres joueurs s'avère aisé, le contact avec le jeu à proprement parlé l'est beaucoup moins. Ceci tient en un mot : maelstrom (d'idées, de monstres, de lieux très différents, etc.). Ainsi ce qui peut s'avérer en certaines circonstances une véritable force (pour peu que le changement se fasse dans la continuité, si je puis m'exprimer ainsi) peut être vu comme un défaut dans BisoFear. Cette discontinuité n'affecte pas énormément les décors (en exceptant le terrain de football qui tranche radicalement avec le reste !), qui demeurent tout de même dans un style médiéval, Fantasy lorgnant parfois sur un univers à la John Millius, mais plutôt les monstres et les armures et objets. Il est ainsi un peu dommage de voir qu'à plusieurs endroits des monstres très divers vous attaquent par bandes, un peu dommage car si l'unité au sein d'un même groupe d'ennemis n'est pas primordiale pour l'immersion, on pourra trouver un peu bizarre de se battre contre quatre ou cinq types de monstres radicalement différents dans une même zone. Concernant les armes et armures, disons que cette hétérogénéité est aussi bien une force qu'une faiblesse. Faiblesse dans le sens où ceci n'apporte pas une grande cohésion à l'entreprise, force parce-que vous pourrez dès lors obtenir un style qui vous sied parfaitement et les possibilités sont légion du chevalier moyenâgeux, au mage ancestral en passant par le militaire sévèrement burné ou le guerrier qu'on dirait issu de Starcraft avec fusil laser au point. Du point de vue de la diversité vestimentaire, BiosFear fait très fort et sans verser dans le défilé haute couture le titre vous donnera la possibilité de trouver un apparat sur mesure. Par contre notons que si les personnages s'en sortent plutôt bien en terme de design, que les décors sont suffisamment variés tout comme les ennemis, le graphisme général est loin d'être extraordinaire, oscillant entre le bon et le très mauvais. Les bugs graphiques ne sont pas légion, la météo changeante apporte un plus (même si la neige a tendance à tomber toutes les cinq minutes) mais au final BiosFear n'impressionne guère graphiquement parlant.

Test BiosFear PC - Screenshot 21Quatre races pour une création de personnage des plus succinctes.

Concernant les autres problèmes rencontrés, il faudra se tourner vers la jouabilité. Premièrement il est très énervant qu'en résolution 1024*768 nous ne puissions voir la barre de dialogues en bas de l'écran. Il faudra alors passer en 800*600 pour voir ce qu'on tape, un peu gonflant. Ensuite, on se rend compte également qu'il faut souvent jouer avec la caméra pour pouvoir avancer. Par exemple, si vous vous trouvez à la sortie d'une ville (dos à l'écran) et que vous souhaitez revenir dans la cité en cliquant donc derrière vous, il arrivera que votre personnage refuse d'avancer. Il conviendra alors de tourner la caméra de 180° et de faire avancer votre héros.

Test BiosFear PC - Screenshot 22Au premier plan votre serviteur qui n'ose affronter un monstre, au second plan Bonjours en train de me faire une démonstration de sa toute puissance.

On se rend aussi compte que le level-up n'est pas des plus aisés. Vous pourrez bien sûr vous rendre dans plusieurs endroits pour battre des ennemis de votre niveau mais 1/ cela prend beaucoup de temps contre des ennemis de votre niveau et 2/ si vous souhaitez vous battre contre des ennemis qui sont 4 ou 5 niveaux au dessus de vous, vous allez souffrir sachant que vous pourrez vous faire tuer en deux coups. A ce stade, vous devrez jongler avec vélocité en prenant vos potions de soins (accessibles par une simple touche si vous les avez associées dans un menu rapide) mais puisque vos ennemis sont très nombreux et arrivent à la vitesse de l'éclair, vous mettrez beaucoup de temps à atteindre un niveau respectable. La meilleure solution reste alors d'aller combattre avec un camarde d'un bon niveau, d'attendre qu'un ennemi le lock et de tuer l'ennemi en question pour gagner des EXP (petit clin d'oeil une fois encore à Bonjours pour sa patience :). L'autre souci tient au fait que les objets et armes soient chères et qu'il faille un niveau respectable pour porter une armure correcte (en somme un bon niveau 19 ou 20). Vous aurez aussi la possibilité d'acheter un mignon (enfin un petit animal) qui vous suivra partout lors de vos pérégrinations, l'intérêt de la chose est limité mais amusant. Le reste est quelque peu similaire à tout MMORPG, à savoir les quêtes (ici rattachées pour la plupart à des objets ou gemmes à acquérir pour booster vos capacités de défense et d'attaque et à votre passage à plusieurs niveaux à savoir les levels 20, 35 et 50), les possibilités d'actions comme l'utilisation de la magie, d'armes de toutes sortes, le fait de déposer l'argent dans une banque (par contre je ne suis point sûr qu'on y gagne des intérêts comme c'était le cas par exemple dans l'excellent Ishar 2 de Silmarils), etc. Petite information fort utile par contre, la présence d'une carte bien pratique pour repérer la région où on se trouve.

Test BiosFear PC - Screenshot 23Certaines zones en dehors des villes demeurent réellement accessibles avec un niveau minimal de 100.

Dans tous les cas, si vous voulez vous faire une bonne idée de ce BiosFear, ce n'est pas mon test qui vous dira de façon précise si vous allez être réceptif à ce titre et comme rien ne vaut la pratique, vous n'aurez qu'à profiter des 14 jours d'essai pour découvrir ce que vous propose Tiscali. A mon sens, BiosFear est un MMORPG au contenu un peu évasif et qui ne dispose pas d'un background suffisamment construit. Il dispose de bonnes idées et le contact avec les autres joueurs est aisé (mais ici le jeu n'y est pour rien sachant que c'est la nature humaine qui discourt) mais on a beaucoup de mal à s'imprégner de l'ambiance qui régit ce monde et au final on s'ennuie plus qu'on n'exulte. Bref, à vous de voir si ce mélange de styles vous convient.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site