Beyond Divinity

Beyond Divinity

L'histoire se déroule 20 ans après les événements relatés dans Divine Divinity où vous étiez devenu un véritable serviteur divin luttant contre le mal sous toutes ses formes. Mais récemment, lors d'un combat acharné contre un puissant nécromancien, un démon en profita pour vous projeter dans son univers, parallèle au monde de Rivellon. Ce n'est pas tout, car pendant le transfert de votre corps, outre la perte de toutes vos anciennes aptitudes, votre âme fut liée à celle d'un chevalier des ténèbres. Vous êtes dorénavant contraint de cohabiter avec cette créature maléfique, car si l'un d'entre vous deux meurt, l'autre aussi passera de vie à trépas. Vous devinez tout de suite que la situation est très inconfortable, aussi bien pour vous que pour le chevalier noir. Votre but est désormais commun : rompre l'enchantement qui vous lie et retrouver la liberté. Pour cela, il vous faudra apprendre l'art du "riftrunning", du voyage entre les univers. Ce scénario est signé par la fille de Terry Pratchett, le célèbre auteur de romans (Discworld...) et l'humour n'est pas absent de certains dialogues. Que les inconditionnels de Divine Divinity se rassurent, les références à ce jeu sont nombreuses : on rencontre certains personnages que l'on connaît déjà, on revisite des lieux familiers... Bref, Beyond Divinity s'inscrit dans l'optique de développer encore un peu plus le background déjà très fouillé de DD.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 35Tout cet or au sol : cela attise les convoitises !

Mais pour tout vous avouer, lorsque j'avais essayé la version preview, j'avais un peu peur car les retours sous Windows et les bugs étaient nombreux et ce, à quelques semaines de la sortie du jeu. Heureusement Larian a retardé la parution de son titre et en a profité pour rendre le soft beaucoup plus stable. Surtout que la VF bénéficie d'office des patchs déjà sortis pour les versions anglaises et allemandes. L'effort d'éradication des bugs a porté ses fruits et c'est tant mieux ! On ne renouvellera donc pas les reproches sur la stabilité du jeu qui avaient pu ternir l'image de Divine Divinity à sa sortie. En outre, nombreux étaient les joueurs à critiquer ouvertement les graphismes de ce dernier. Et bien le nouveau jeu n'a pas bénéficié d'un progrès phénoménal sur ce point. Malgré la nouvelle représentation des personnages en 3D, le tout reste très en deçà du standard actuel. Tout comme son prédécesseur, Beyond Divinity est moche. Mais tout comme lui aussi, il comble largement ce défaut par son gameplay d'une richesse rarement observée.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 36Un village de lutins.

Les différences avec DD sont présentes dès la création de votre avatar. Ainsi, vous devez personnaliser non seulement votre personnage mais aussi le chevalier noir qui vous accompagnera tout au long de votre aventure. Il est toujours possible de choisir entre les trois classes de base (guerrier, voleur et sorcier) ce qui affectera automatiquement les points dans les statistiques présentes (force, agilité, constitution, intelligence, survie et vitesse), mais vous pouvez aussi répartir vos points comme bon vous semble. Ensuite, il vous faudra choisir quelle sera votre compétence de base. Si vous prenez les compétences de sorcier, la ramification des sorts sera présente dès le début de votre aventure et il ne vous restera plus qu'à répartir les points gagnés lors des montées de niveau pour créer des sorts. Il est cependant possible d'avoir accès aux voies du guerrier et du voleur même si vous êtes sorcier grâce à des professeurs ou à des livres spéciaux. Les personnages sont donc entièrement personnalisables et le jeu encourage visiblement les mélanges de compétences, bref les classes hybrides.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 37Mais où va-t-on encore être transporté avec cette brèche ?

Lorsqu'un de vos deux acolytes gagne un niveau, vous pouvez améliorer ses caractéristiques de base, mais aussi ses compétences grâce à la nouvelle arborescence créée pour l'occasion. Ainsi, les sorts des sorciers se divisent en plusieurs catégories : attaque élémentaire, défense élémentaire, malédictions élémentaires, magie corporelle, magie chamanique et magie éthérée. Chacune de ces catégories se subdivise ensuite pour que vous puissiez créer vos propres sorts. Je prends un exemple. Mettons que vous choisissiez de créer un sort d'attaque élémentaire, il faut choisir le type d'attaque : concentration, élargissement ou cercle. Prenons concentration, vous devez ensuite sélectionner le style de votre attaque : projectile ou instantanée. Adoptons projectile pour finalement répartir nos points dans le type d'élément (eau, air, terre ou feu) et ainsi créer un sort de toutes pièces puisqu'il est possible de mélanger à sa façon les différents paramètres : 2 points en feu, 3 points en terre, ou tous vos points en eau... Mais attention car le fait que certains ennemis soient résistants à un type d'attaque doit être pris en considération dans la création d'un sort.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 38Les dialogues sont nombreux.

Ce système d'arborescence très bien pensé est le même pour les compétences de guerrier et de voleur et permet de créer des personnages aux aptitudes propres qui sont vraiment uniques. Outre les spécialisations de guerrier, de sorcier et de voleur, une quatrième voie de spécialisation un peu particulière existe. Il s'agit des poupées d'invocation. Vous trouverez en effet au cours de vos pérégrinations des poupées qui permettent d'invoquer une créature pour vous aider lors des combats. Ces créatures peuvent être améliorées si vous leur dédiez quelques points de compétence pour augmenter leur niveau, leur résistance... Vous disposez de 20 emplacements par personnage pour créer vos sorts, vos aptitudes de guerrier, de voleur ou d'invocation. Mais surtout, si une compétence ne vous plaît plus, il est possible de l'effacer, ce qui aura pour effet de vous rendre les points que vous pourrez affecter ailleurs. Idéal pour tester un nouveau sort, un nouveau piège de voleur, ou de nouvelles capacités d'alchimie pour créer ses potions. Mais puisque rien n'est gratuit dans ce bas monde, cette opération d'oubli vous coûtera quelques pièces d'or.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 39Les poupées d'invocation sont très utiles.

Autre nouveauté de Beyond Divinity : les champs de bataille. Ce sont des zones accessibles par des dispositifs magiques disséminés ci et là. Ces lieux sont créés aléatoirement : les quêtes, les monstres, et les objets peuvent varier d'une partie à l'autre. Les champs de bataille ne sont pas essentiels au déroulement du scénario, et vous pouvez très bien finir le jeu sans y mettre les pieds, mais ils permettent néanmoins d'accéder à des quêtes annexes et à des objets uniques pour équiper vos personnages. Et puis, quel rôliste oserait refuser des points d'expérience supplémentaires ? Ces lieux sont aussi accessibles depuis le menu principal une fois que vous aurez fini le jeu une première fois. Vous pourrez ainsi continuer à développer à l'infini les capacités de vos personnages.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 40Vous débuterez l'aventure dans une prison.

On retrouve aussi dans Beyond Divinity tous les aspects qui font la richesse du gameplay d'un jeu de rôle. La possibilité d'enchanter ses armes, de combiner des objets, de parler avec plus de 600 PNJ... Mais surtout, les combats sont beaucoup plus stratégiques que dans DD. Ne comptez pas réussir cette aventure si vous adoptez la méthode du "rentre-dedans". La finesse est beaucoup plus payante. Pour cela, une pause active est présente et permet de tranquillement choisir la compétence la plus adaptée à la situation, de bien placer ses personnages, d'invoquer une créature ou bien de boire une potion en cas de coup dur. Bien vite, on acquiert le réflexe de la pause active dès qu'un ennemi approche. La difficulté du jeu a été relevée depuis Divine Divinity et les joueurs confirmés pourront même choisir un niveau de difficulté élevé parmi les quatre proposés.

Test Beyond Divinity PC - Screenshot 41Cette clé vous permet d'accéder aux champs de bataille.

Pour finir, évoquons les points faibles du jeu. Je n'en vois que deux : la réalisation graphique qui est loin d'être fantastique et l'absence de mode multijoueur. Ces deux points négatifs seront corrigés dans Divine Divinity 2 puisqu'on annonce déjà un nouveau moteur 3D et le multi (enfin). Mais cela n'enlève rien à la qualité de l'aventure solo de BD qui nous scotche littéralement devant notre écran. Système d'évolution des personnages bien pensé, quêtes nombreuses et complexes, combats intéressants et background soigné font de Beyond Divinity un jeu que tout amateur de RPG se doit de posséder.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×