Battlefield 2142

Battlefield 2142

Débutant fiévreusement par une présentation relativement peu loquace des conflits en présence, Battlefield 2142 continue sur cette lancée tout au long de son aventure guerrière. Alors que l'on espérait enfin voir débarquer un mode solo assez convaincant, dans la droite ligne de celui présent dans Battlefield 2 : Modern Combat sur consoles de salon, le titre d'EA nous rejoue le mauvais tour de l'absence quasi totale d'intérêt lorsque l'on tente de plonger seul dans l'enfer du combat. Une carence à laquelle nous sommes habitués depuis les prémices de la série, mais qui devient de plus en plus incompréhensible au fur et à mesure des épisodes. D'autant que si cette lacune est excusable lorsque le titre qui se trouve en face de nous s'avère être une réelle nouveauté, elle l'est beaucoup moins lorsque l'on rentre en contact avec des principes dans le fond fort classiques. Car, malgré ses immenses qualités, cette nouvelle engeance de la saga Battlefield n'apporte sur la forme pas énormément de choses inédites. Un constat qui se remarque aisément, surtout après le passage d'un Battlefield 2 PC dont le soft qui nous intéresse aujourd'hui s'inspire grandement. Dans les faits, les modes de jeu se divisent toujours en plusieurs catégories. Vous aurez donc l'immense honneur de participer aux habituelles Conquête et Coopération, à travers différents types de cartes. La première, nommée Assaut, repose sur le principe fondateur de la saga, à savoir la capture de "tickets". Ces derniers représentent en résumé le nombre de vies allouées à l'ensemble des soldats d'un camp. De fait, si ceux-ci tombent à zéro, la partie s'achève logiquement. Il vous incombera donc de prendre l'ensemble des points de contrôle de l'ennemi, ce qui aura pour effet de faire diminuer le nombre de tickets en attendant que votre adversaire parvienne à reprendre au moins un des dits points de contrôle. Les autres dérivés reprennent cette base tout en modifiant quelque peu les conditions.

Test Battlefield 2142 PC - Screenshot 92Parfois il faut faire fi de sa bonne éducation et foncer dans le tas comme un grand malade sanguinaire.

La carte Double Assaut par exemple permet d'éliminer les tickets de votre opposant en occupant seulement la moité des checkpoints. Néanmoins, la victoire pourra également vous être concédée immédiatement si vous parvenez à posséder l'ensemble des points stratégiques. Une petite subtilité intéressante qui se retrouve sous une autre forme dans la carte Tête De Pont, dans le sens où il vous faudra impérativement et seulement éliminer les tickets de votre antagoniste. Une simplification globale qui permet de se concentrer uniquement sur un objectif, mais qui ne change au fond pas vraiment de l'Assaut classique. Enfin le principe de Coopération implique de jouer contre des bots ou d'intégrer leur groupe tout en suivant les règles de base de la Conquête. Rien de bien neuf sous les balles donc, jusqu'à la découverte du mode Titan, véritable petite sucrerie de ce monde un peu trop stéréotypé. Véritable ode à un mélange astucieux entre de la piraterie et du combat épique digne des plus grandes épreuves de la mythologie grecque, cet apport lumineux se base sur deux phases intimement liées. Tout d'abord, il faut savoir qu'un Titan est un engin volant surarmé et gigantesque, modèle miniature plus cubique du célèbre Star Destroyer. Tout aussi dangereux, ce vaisseau carnassier est protégé par un bouclier pratiquement indestructible, uniquement sensible aux tirs de missiles longue distance. C'est pour cela que vous devrez dans un premier temps occuper les divers silos répartis sur la zone de combat afin de propulser ces munitions démesurées sur cet adversaire à la stature mystique. Une fois les protections annihilées, laissant le géant sans aucune défense, vous devrez tout tenter pour le réduire définitivement au silence.

Test Battlefield 2142 PC - Screenshot 93Voici un petit aperçu de Berlin dans un futur plutôt lointain.

Passage littéralement jouissif, la ruée vers cette créature autrefois source de craintes titille l'adrénaline et offre un spectacle digne des abordages d'Errol Flynn. Le plus impressionnant est bien entendu de se rendre sur le dos de la bête métallique au sein d'une petite navette, version futuriste des hélicoptères de Battlefield Vietnam, afin de l'investir avec fracas. Ce mode est donc une excellente idée, entachée toutefois par ses fondements qui ne diffèrent par vraiment d'une prise de poste tactique. Néanmoins, l'excitation à la destruction d'un Titan est telle qu'on a tendance à renouveler l'expérience de nombreuses fois. A noter tout de même que les cartes mettant en scène ces combats homériques ne sont pas légion, laissant la porte ouverte aux créateurs en herbe qui modifieront, espérons-le, cet état de fait. Suivant cette voie du changement minimal, les classes ont également subi quelques faibles remaniements, notamment dans leurs affectations. Au nombre de quatre, ces dernières incluent les soldats de reconnaissance et d'assaut ainsi que le sapeur ou encore le guerrier de soutien. Le premier de cette courte liste s'apparente tout simplement au sniper habituel, évidemment plus doué que ses confrères en camouflage, tandis que le second s'avère être le fantassin de base, polyvalent mais également détenteur d'une salvatrice trousse de soin qui lui permettra de panser les blessures de ses collègues. Du moins en théorie, car cela se passe bien différemment sur le champ de bataille, vos coéquipiers vous laissant mourir honteusement neuf fois sur dix. La petite particularité très amusante de cette unité est de posséder un défibrillateur qui peut s'avérer assez redoutable au corps-à-corps.

Test Battlefield 2142 PC - Screenshot 94On se sent immédiatement en sécurité dans une telle machine.

Plus lent mais plus puissant, le sapeur est le prince du bazooka, voire le roi de la roquette. Il est de plus capable de réparer n'importe quel véhicule, encore une fois en théorie. Plus sympathique, le soldat de soutien transporte des munitions, une denrée vitale qui peut réellement modifier le cours d'une situation. Aussi polyvalent qu'un combattant d'assaut, il se révèle plus puissant, plus précis, mais un peu moins véloce, ce qui en fait l'une des meilleures unités du jeu. A ce propos, l'équilibrage du soft est fort convaincant, même si de petits bémols sans gravité se font sentir notamment au niveau des véhicules. Pour revenir au niveau humain, Battlefield 2142 réutilise le système de commandement présent dans Battlefield 2, par le biais de la rosace de communication. Le commandant peut ainsi envoyer ses messages au Chef de Groupe qui les retransmet lui-même à son équipe de manière simple et très intuitive. De plus, il vous est possible à tout moment d'émettre des demandes au commandant par le biais de ce même menu. Autre nouveauté tangible, le gain d'équipement au fil du classement. En effet, au fur et à mesure de votre ascension dans la chaîne de commandement vous débloquerez divers éléments que vous pourrez affilier à votre avatar par le biais de l'onglet "personnaliser" avant chaque entrée en jeu. Un principe quelque peu frustrant au départ, mais qui pousse légitimement à poursuivre sa progression, notamment grâce à la présence d'armes on ne peut plus utiles, notamment les grenades EMP qui vous permettront de survivre quelques secondes de plus face à un mécha. Bien évidemment les chefs de groupes auront accès à des équipements spécifiques, parallèlement aux commandants qui peuvent déclencher par exemple des frappes orbitales apocalyptiques. Une donnée déjà présente dans Battlefield 2 : Modern Combat, mais qui continue d'impressionner par sa violence et la détresse qu'elle jette sur la zone de combat. Au final donc, grâce à son ambiance fantastique, en particulier lors des phases de guérilla urbaine, son design très étudié et ses mécanismes de jeu profondément solides, le titre d'EA ne peut qu'attirer le joueur et le conserver longtemps dans ses rangs. Malheureusement, son avarice au niveau des innovations et l'impression de participer à un Battlefield : Vietnam dans le futur restent tenaces et empêchent d'y trouver suffisamment de fraîcheur pour convaincre totalement. Surtout après autant d'épisodes. Un très bon titre, mais un peu trop timide et réservé.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×