Avencast : Rise Of The Mage

Avencast : Rise Of The Mage

Un prologue de plusieurs heures de jeu, on n'avait plus vu ça depuis Neverwinter Nights. Un jeu dans lequel Avencast semble justement puiser sa trame scénaristique. Jugez-en par vous-même : le héros est un orphelin recueilli tout bébé par un vieil ermite, qui ne tarde pas à s'apercevoir de son potentiel dans la maîtrise des arts magiques. Envoyé dès son plus jeune âge à l'académie d'Avencast pour parfaire ses talents, le jeune homme termine son apprentissage sous l'égide du joueur à l'occasion d'un tutorial très complet. Puis c'est le drame : l'académie est prise d'assaut et mise à feu et à sang par les hordes démoniaques de Morgath. Le joueur devra aider les survivants à en reprendre le contrôle, puis tant qu'à faire à sauver le monde entier.

Test Avencast : Rise of the Mage PC - Screenshot 33Chaque sort lancé est l'occasion de déchaîner les éléments dans un feu d'artifice multicolore.

Le scénario d'Avencast ne brille donc pas par son originalité, et celle-ci n'est pas davantage à chercher au niveau de l'univers ou du bestiaire. Rats, araignées, scorpions, diablotins, squelettes et golems cohabitent dans des donjons plus classiques les uns que les autres : cryptes, cavernes, palais (les extérieurs sont rares). D'un autre côté, ce background très classique n'en fait que mieux ressortir la singularité du gameplay. Avencast est un titre exigeant. Pas forcément très difficile, mais requérant une grande patience. Foncez dans le tas, et c'est la mort assurée. Les adversaires sont tous plutôt résistants en regard des pouvoirs faiblards dont on dispose, en particulier au début du jeu. Il faut bien plus d'un simple clic de souris pour en venir à bout. Les affrontements requièrent l'utilisation de mouvements d'esquive en complément des sorts et des techniques de combat au corps-à-corps. Il faut donc progresser prudemment et prendre l'habitude de les négocier par petits groupes d'ennemis. Il en résulte un rythme plutôt lent, renforcé par la faible vitesse de déplacement du héros et des monstres rencontrés. Nettoyer un donjon vous prendra souvent près de deux heures, d'autant que ceux-ci sont la plupart du temps immenses.

Test Avencast : Rise of the Mage PC - Screenshot 34Style visuel, style de jeu : Avencast a beaucoup de points communs avec le vieux Revenant.

Autre particularité d'Avencast : le jeu ne propose pas de création de personnage. On incarne un mage, un point c'est tout, et masculin qui plus est. Pas de choix de classe, pas de personnalisation possible. En outre, les possibilités d'évolution sont plutôt restreintes. Le joueur peut se spécialiser dans deux types de magie : la voie du Sang se caractérise principalement par des pouvoirs de corps-à-corps et celle de l'Ame est principalement composée de sorts à distance. Il est cependant conseillé de monter un personnage polyvalent étant donné la variété des adversaires rencontrés. On a également accès à quelques sorts d'invocation, mais il est inutile d'en choisir plus d'un étant donné qu'un allié invoqué en chasse un autre (c'est d'ailleurs fort dommage). On acquiert tous ces sorts au gré des classiques gains de niveau, mais la façon de les lancer risque d'en dérouter plus d'un : il faut s'acquitter de combos au clavier (du style : bas, gauche, bas), système peu intuitif et peu convaincant. Il existe bien des touches de raccourci, mais les développeurs les ont limitées en nombre pour forcer le joueur à rentrer dans leur système. En revanche, chaque sort lancé est un véritable régal pour les yeux, avec des effets de lumière colorés du plus bel effet.

Test Avencast : Rise of the Mage PC - Screenshot 35Que serait un hack'n slash sans son florilège d'objets magiques en tous genres ?

Ce cachet visuel particulier ne parvient pas vraiment à compenser la faiblesse du moteur de jeu, qui évoque celui de Neverwinter Nights premier du nom. Mais l'aspect technique désuet passe toutefois au second plan devant le soin apporté au level-design. En outre, si la progression est essentiellement constituée de combats, elle se voit régulièrement ponctuée d'énigmes à résoudre, logiques et bien conçues, qui donnent parfois du fil à retordre (je pense en particulier au planétarium). Ajoutez à cela quelques quêtes secondaires assez sympathiques, et vous obtenez un titre plus riche qu'un simple hack'n slash. Paradoxalement, il souffre d'une durée de vie décevante : en dépit du long prologue que j'évoquais plus haut, l'aventure se boucle en une vingtaine d'heures. C'est un peu court, dans la mesure où – contrairement à de nombreux autres jeux du genre – il n'a pas l'argument de la rejouabilité. La progression très linéaire, l'absence de classe alternative et de mode multijoueur empêchent de prolonger le plaisir en variant les approches. Bref, aussi accrocheur que soit Avencast, on reste un peu sur sa faim. Les développeurs ont déclaré travailler sur une suite : souhaitons qu'elle en corrige les défauts tout en préservant son gameplay atypique.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×