Aura : La Legende des Mondes Paralleles

Aura : La Legende des Mondes Paralleles

Il vient toujours une heure où l'élève est prêt, où sa formation touche à sa fin, où il peut enfin prouver ce qu'il vaut réellement. Cette heure est arrivée pour Umang, le jeune apprenti de Arakon. Après de longues années passées à étudier, le temps est venu pour lui de rejoindre la vallée d'Ademika et de poursuivre sa formation auprès du vieux Grifit. Pour l'étudiant, ce voyage marquera le début d'une longue aventure, et pour le joueur, le point de départ d'un jeu à l'ambiance certaine, faite d'alchimie, de magie, et de décors splendides.

Test Aura : La Legende Des Mondes Paralleles PC - Screenshot 53Première mission : réactiver la carte de navigation.

Aura prend place dans un monde, ou devrais-je dire dans des mondes régis par une assemblée de vieux sages détenteurs d'anneaux sacrés. Ces anneaux confèrent à ceux qui les maîtrisent un pouvoir immense capable de créer de nouvelles réalités. Le parallèle avec les livres téléporteurs de Myst n'est pas si loin et effectivement, il y a un peu de ça dans Aura. Au fil de sa quête, Umang va passer de mondes en mondes et apprendre un peu plus ce qu'on attend de lui. Je vous passe le paragraphe où il se voit confier une mission de la plus haute importance que lui seul peut remplir, car bien sûr, les plus anciens sont déjà occupés à faire autre chose... Bref, Aura marche sur le chemin déjà tracé par la grande série que l'on connaît tous, mais on ne lui en tiendra pas rigueur car loin de simplement copier, il parvient aussi à trouver son identité propre.

Test Aura : La Legende Des Mondes Paralleles PC - Screenshot 54Ce genre de casse-tête se fait bien rare dans les jeux actuels. Dommage.

La personnalité du jeu tient essentiellement dans tout ce qui caractérise son ambiance, graphismes et musiques. Les lieux qui se dévoilent à nos yeux sont empreints d'une bonne dose de magie. Même si la qualité des environnements n'est pas constante, même si parfois certains passages nous ramènent à un froide réalité (celle qui nous projette de nouveau en tant que joueur devant un simple écran de PC), on ne peut qu'apprécier le design général qui englobe et façonne le monde de Aura. La palette de couleurs, notamment, semble sortir tout droit d'un conte tandis que les machineries et autres engins étranges qui construisent les énigmes nous immergent dans un temps où la magie pourrait côtoyer une industrie naissante. Planant au dessus de cela, des musiques apaisantes et relaxantes nous plongent dans un état de réflexion constante, état idéal pour se confronter aux épreuves intellectuelles que nous réservent le titre.

Test Aura : La Legende Des Mondes Paralleles PC - Screenshot 55Les rencontres donnent lui à des dialogues sans grand intérêt.

Il est toujours difficile de juger le niveau des énigmes d'un jeu. Suivant la logique de chacun et en fonction de son expérience des jeux d'aventure, on peut les trouver plus ou moins faciles ou au contraire plus ou moins tirées par les cheveux. Celles de Aura se situent à un niveau qui satisfera le fan par leur originalité, tout en laissant la porte entrouverte afin de permettre au débutant de s'attaquer à leur résolution. Les indices sont multiples dans le jeu, la plupart seront consignés dans votre grimoire sous forme de schémas. Grâce à ces dessins, que l'on peut consulter autant de fois que voulu, on parvient à comprendre la logique que cache chaque levier, chaque symbole. La méthode est toujours la même à chaque nouvelle difficulté. On commence par faire l'enfant, à toucher à tout, en essayant d'appuyer sur les boutons, de tourner les manivelles, de placer les objets dans les emplacements que l'on pense être les bons. Puis, devant l'échec de la manoeuvre, on se pose tranquillement et on se met à réfléchir. Quel pourrait être le rapport entre le gros réservoir que l'on a devant soi et les piliers qui se dressent dix écrans plus loin ? On regarde les schémas du livre, on commence à émettre des hypothèses sur le lien qui unirait chaque élément du décor, et finalement, on entrevoit le début de la solution. C'est un peu comme ça que marche Aura. La réponse n'est jamais bien loin, ni bien compliquée, mais elle demande une compréhension quasi totale des éléments qui nous entourent.

Test Aura : La Legende Des Mondes Paralleles PC - Screenshot 56Aura baigne dans une atmosphère envoûtante.

Aura n'est cela dit pas exempt de défauts altérant un peu la vision de grand hit que l'on pouvait initialement avoir de lui. J'ai rapidement évoqué les graphismes inégaux pour les décors, mais je n'ai encore rien dit concernant les personnages. Aussi bien Umang (que l'on peut voir durant les cinématiques) que les quelques autres protagonistes, tous souffrent d'une modélisation peu élogieuse pour leur plastique. Ce n'est pas très grave pour un jeu de ce style, mais ça gâche un peu le plaisir visuel qu'une cinématique est censée procurer. D'autant que le doublage français n'est guère convaincant, lui non plus. Autre point qui peut en agacer certains : l'histoire peu passionnante et mal ficelée qui sert de fil conducteur. Bien que Aura trouve sa propre identité, le scénario avoue trop facilement ses influences (Myst, Le Seigneur des Anneaux en tête). Elles qui n'auraient pu être que de simples clins d'oeil deviennent du coup trop évidentes, presque témoins malgré elles d'un manque d'inspiration scénaristique. Dommage car en soignant davantage le déroulement des évènements et en trouvant un moyen d'impliquer plus fortement le joueur, on serait parvenu à un grand jeu. Les explorateurs seront ravis, mais le voyage n'est pas tout à fait à la hauteur de nos espérances. C'est que nous sommes exigeants !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site