Attack on Pearl Harbor

Attack on Pearl Harbor

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le titre est très simple à prendre en main. Jouable aussi bien avec une manette, un joystick ou encore avec le couple clavier souris, il ne nous noie pas sous les commandes. Ce parti pris arcade a l'avantage de ne pas demander au joueur plus de deux minutes pour maîtriser son engin. En revanche, c'est aussi moins prenant car moins riche sur le plan du gameplay qu'un titre qui inclut un minimum de simulation. Ici en plus, l'aspect arcade est poussé à son paroxysme. Par exemple, on remarque qu'il n'y a pour ainsi dire aucune différence de pilotage entre un bombardier et un chasseur.

Test Attack On Pearl Harbor PC - Screenshot 30Aux commandes d'un avion japonais.

Un jeu aussi basique sur le plan de la jouabilité peut pourtant réussir à être palpitant s'il parvient à proposer un côté spectaculaire prononcé et des missions variées capables de tenir le joueur en haleine. Hélas, pour ce qui est d'Attack on Pearl Harbor, ce n'est pas le cas. Pour l'aspect spectaculaire tout d'abord, vous pourrez repasser car les graphismes sont assez moyens. En plus, les briefings qui se déroulent sous la forme d'images fixes façon BD ne parviennent pas à nous faire entrer dans la peau du pilote. Quant aux objectifs, ils sont assez répétitifs : protéger des alliés, bombarder des porte-avions... Ca reste très classique et surtout très court. Une mission ne dure en général pas plus de 10 minutes. Autre point faible, l'intelligence artificielle des alliés qui nous accompagnent parfois en plein ciel n'est pas fantastique. Certes, ils se débrouillent plutôt bien pour dézinguer les ennemis, mais on remarque parfois qu'ils continuent à tirer sur des avions déjà détruits au lieu de s'en prendre à ceux qui sont toujours en plein ciel.

Test Attack On Pearl Harbor PC - Screenshot 31Le crépuscule donne lieu à quelques effets de lumières et de couleurs réussis.

Ces quelques problèmes sont d'autant plus dommageables que l'organisation des deux campagnes était plutôt bien pensée. En effet, on vit l'aventure mois après mois. Chaque mois vous permet de prendre part à une mission que vous pouvez sélectionner parmi toutes celles que l'on vous propose. Si vous la réussissez vous pouvez passer au mois suivant. L'échec n'est pourtant pas synonyme de game over puisque vous pouvez quand même poursuivre votre épopée. Hélas, si vos résultats influent bien sur votre grade et sur les médailles que vous obtenez, ils n'ont quasiment aucune conséquence sur le scénario. Dommage que le non accomplissement de certains objectifs ne vous pénalise pas par la suite, par exemple avec des missions plus délicates dues au fait que vous n'avez pas réussi à protéger vos bombardiers ou à couler tel ou tel navire ennemi. Bref, les missions s'enchaînent de manière répétitive sans que l'on ne ressente de véritable pression sur nos épaules. Pour ce qui est du multijoueur, la description va aller vite puisqu'on est limité à de simples dogfights (chacun pour soi ou en équipe). Au final, Attack On Pearl Harbor n'est pas foncièrement un mauvais bougre, mais son aspect répétitif et simpliste font qu'il ne parvient jamais à véritablement décoller.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site