Area-51

Area-51

La zone 51 a été popularisée en France durant les années 90 par le biais des émissions de Jacques Pradel et plus particulièrement grâce à l'autopsie d'un Extraterrestre qui était censée se dérouler dans l'enceinte de ce complexe militaire américain. Mythe ou réalité, on ne saurait le dire mais ce qui est certain est que la zone 51 a toujours été une source de fantasmes pour qui s'intéresse de près à l'UFOlogie et au mystère de Roswell. Le titre de Midway se repose donc en grande partie sur toute cette aura extraterrestre englobant la célèbre zone pour nous inviter à un FPS bien nerveux où les expériences génétiques côtoient une sombre conspiration. Débutant sur une superbe cinématique en CG, le ton est donné dès les premières secondes en jetant en pâture une escouade de militaires puissamment armés à un monstre véloce. Fondu au noir, une myriade d'hélicoptères zèbre le ciel qui s'enfonce dans le crépuscule naissant puis toute cette armada se pose sur la piste d'atterrissage de la zone 51. Dans un plan rappelant furieusement une des premières scènes de Predator, la suite nous montre une équipe de marines qui s'avance pour prendre contact avec un gradé qui va leur assigner la mission de leur vie. Le jeu peut alors commencer, les douilles s'apprêtent déjà à tomber, tout comme les corps de vos ennemis.

Test Area 51 PC - Screenshot 6Le plaisir de dégommer du monstre à bout portant avec deux fusils à pompe. Merci la NRA.

Area 51 se constitue donc d'un mode Solo et de challenges Multijoueurs en Online pour 15 joueurs maxi. A ce sujet,on retrouve 18 maps et cinq modes de jeu dont du Deathmatch, du Team Deathmatch, CTF, etc. Peu engageant en Multi (car bien trop conventionnel), le mode Campagne reste donc la valeur sûre du titre. Pourtant, si on constate que la réalisation est loin d'être bluffante, il faut avouer qu'on rentre très facilement dans l'aventure. Ainsi, après la deuxième mission, tout s'accélère et le joueur n'aura que peu de temps pour souffler. En terme d'influences, on peut citer Halo 2 (pour ce qui est des armes, du design des armures ou de la technologie en général) même s'il est davantage question de Doom 3 question ambiance. D'ailleurs, nous ne manquons jamais de munitions ni de seringues revitalisantes, ceci nous mettant rapidement en confiance et nous incitant presque à privilégier le bourrinage. Remarquez, vu que les scènes d'action font parfois intervenir plusieurs marines et des dizaines de créatures, on sent bien que la finesse n'a pas été le maître-mot lors du développement. Notez que ce n'est pas un reproche, vu que le tout fonctionne à plein régime avec des aliens bondissants, des proches parents des Facehuggers de Alien qui nous coursent dans les couloirs, des êtres mystérieux qui disparaissent dans de grands halos de lumière, etc.

Test Area 51 PC - Screenshot 7Utilisez votre transformation quand il n'y a pas trop de sources lumineuses alentours, sinon c'est la cataracte assurée.

Cependant, il convient de scinder le jeu en deux parties. Bien que l'aventure débute de façon plutôt conventionnelle avec tout ce que ça implique de missions de sauvetage et d'objectifs à remplir, vous serez très vite séparé de votre escouade, qui se fera décimer en deux temps trois mouvements. A ce stade, le joueur sera confronté à un Mal insidieux qui va le transformer en une des créatures qu'il combat. Ceci est très pervers puisque vos anciens compagnons d'armes vous tireront dessus et deuxièmement, vous serez pour votre part confrontés à deux fois plus de problèmes. Par contre, la bonne nouvelle est que vous pourrez constamment passer de l'état de mutant à celui d'humain et ainsi bénéficier de deux fois plus d'armes. En tant qu'alien, votre force physique sera décuplée, vous pourrez frapper plus durement vos ennemis et il vous sera possible de lancer de petites créatures volantes sur vos adversaires les plus proches. Dans la peau du marine, vous aurez accès à plusieurs armes comme un fusil à pompe, une mitraillette, un pistolet alien, etc. Dommage tout de même que la panoplie d'armes ne soit pas plus conséquente ou plus originale.

Test Area 51 PC - Screenshot 8Lorsque vous aurez scanné des documents secrets, vous aurez accès à diverses informations très intéressantes.

Néanmoins, pour palier à ce manque relatif, le jeu usera et abusera (à l'image de GoldenEye : Au Service Du Mal) de la possibilité de tenir deux armes en même temps, histoire de trouer encore plus de corps. Ces quelques astuces permettent au jeu de pas sombrer dans une trop grande redondance même si pour utiliser votre transformation en mutant, vous devrez constamment trouver du mutagène sur les corps des aliens. Un autre point qui mérite d'être signalé a trait aux bonus que vous pourrez débloquer. Ainsi, chaque zone comprendra plusieurs documents à scanner (merci Metroid Prime) qui vous permettront ensuite de visionner des fichiers vidéo ou de lire des dossiers Top Secret afin d'en apprendre un peu plus sur le scénario du jeu qui réserve quelques surprises sympathiques. En parallèle de ces bonus, vous pourrez également visionner les cinématiques en images de synthèse (sublimes mais trop peu nombreuses), avoir accès à des informations sur les personnages ou regarder un making-of sur la bande-son. Voici une parfaite transition pour évoquer l'aspect artistique du titre.

Test Area 51 PC - Screenshot 9Attendons qu'il fasse le tour pour lier connaissance.

Comme je le disais plus haut, si la version US a bénéficié des voix de David "X-Files" Duchovny, Power Boothes (le récent Sin City, Tombstone...) et de celle du gothique Marilyn Manson, il est regrettable que nous n'ayons pas eu droit à la voix de George Caudron, l'excellent doubleur de Fox Mulder. Le doublage français est plutôt bon, quelques voix bien connues sonnent à nos oreilles mais on regrettera un peu cette absence dans le casting français. Malgré cela, il faut avouer que la bande-son est très bonne avec des soldats vociférant des appels à l'aide, vos compagnons qui aboient des ordres tout en mitraillant des aliens ou encore des armes qui crachent leurs balles à une vitesse fulgurante dans un magma sonore intense. Par contre, on aurait aimé une réalisation graphique plus léchée car si l'ensemble est très correct, on a un peu de mal à être bluffé. De plus la conversion PC est assez décevante au regard des FPS actuels et l'effet graphique lors de vos transformations en mutant est abominable et rend le jeu totalement injouable. On se demande d'ailleurs pourquoi les développeurs ont modifié le rendu console en saturant l'écran de lumières vives. On a beau baisser à fond les Gamma, la luminosité ou le contraste, rien n'y fait, c'est aveuglant et atroce niveau gameplay. Les environnements, eux, ont ce côté glacial propre aux décors qui se situent tous à l'intérieur de la Zone 51 et les effets spéciaux ne sont pas légion.

Test Area 51 PC - Screenshot 10Les décors sont assez dépouillés et aussi froids que ceux de Doom 3.

Le gameplay est du même niveau : solide mais très basique. Comme je le disais plus haut, vous pourrez utiliser deux armes à la fois, une transformation en alien mais c'est à peu près tout. Par rapport aux version consoles de salon, on notera néanmoins une jouabilité plus souple, souris oblige. Voilà en gros ce qu'il y a à savoir sur Area 51 qui est un bon petit FPS, peu impressionnant mais plutôt immersif. J'allais oublier de préciser qu'il vaut mieux choisir dès le départ le mode Normal, au risque d'enchaîner très rapidement les niveaux. J'imagine que plusieurs joueurs seront un peu déçus par le découpage en plusieurs chapitres (un problème que connaît également Doom 3) qui a contre lui de faire baisser la tension mais au final, ça ne gêne pas trop l'immersion. On pourra aussi reprocher l'IA plutôt moyenne des ennemis, des niveaux assez étriqués ou un sentiment de peur qui a beaucoup de mal à arriver, mais malgré ces problèmes, Area 51 tire son épingle du jeu. En somme, nous avons là un FPS grand public qui se déguste comme un épisode d'une série US qui en reprend d'ailleurs les codes scénaristiques avec des cliffhangers ponctuant la plupart des chapitres. Si vous avez compris ceci, vous devriez passer un agréable moment en compagnie de Nathan Cole qui se pose dans un guide cinq étoiles à même de nous faire découvrir les sombres secrets que recèle la zone 51.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site