ArchLord

ArchLord

Comme dans tous les MMORPG, l'aventure commence par la création de son avatar. Et dès cette première étape, on doit bien avouer que l'on est un peu déçu par les possibilités qui nous sont proposées. Il n'y a que trois races (humain, orque et elfe) et huit classes, ces deux éléments étant liés. Par exemple, l'elfe ne pourra s'engager que dans une carrière de ranger ou d'élémentaliste. De plus, on ne peut pas finement paramétrer le look de son personnage. On doit juste sélectionner un visage et une coupe de cheveux parmi un choix très limité. Conséquence immédiate : tout le monde se ressemble. C'est très dommage d'autant que l'on ne peut pas dire que les personnages soient vraiment jolis. En même temps, Archlord utilise un moteur 3D qui paraît vraiment vieillot face à une concurrence très affûtée. Et le design ne sauve même pas le titre car il se révèle assez banal. On retrouve certes l'inspiration manga commune aux jeux made in Korea, mais l'originalité n'est pas au rendez-vous, hormis pour certains monstres un peu plus réussis que les autres.

Test Archlord PC - Screenshot 91Petite balade près de la plage.

L'univers d'Archlord reste donc très fade et pas vraiment propice à un quelconque plaisir lors des phases d'exploration. Des phases qui resteront d'ailleurs limitées au vu de la taille du monde assez petite comparée aux autres jeux du genre. On est loin de l'immensité d'un Guild Wars Nightfall ou d'un Everquest 2. Mais ce qui déçoit en premier lieu lorsqu'on commence à arpenter le monde de Chantra, c'est la prise en main assez délicate. Déjà, il faut savoir que les touches ont été paramétrées pour les claviers en QWERTY ce qui fait que si vous voulez avancer, vous devrez appuyer sur la touche W qui, sur les claviers français, se trouve en dessous de la touche dédiée au mouvement de recul (S). Inutile de dire que dans ces conditions, il est impossible de jouer correctement, d'autant que l'on n'a pas trouvé de méthode efficace pour modifier l'attribution des touches. Il y a bien une option dédiée, mais elle est visiblement buggée car elle ne prend pas en compte les changements effectués. Inadmissible pour un titre sorti il y a plusieurs mois. En définitive, on est donc obligé de se déplacer en utilisant la souris et en cliquant simplement là où on veut se rendre. Mais même en utilisant cette méthode, ce n'est pas non plus optimal, la faute à un pathfinding vraiment horrible. Ainsi, s'il y a un arbre ou une falaise sur votre chemin, votre avatar sera incapable de l'éviter seul. Il vous faudra donc vous y reprendre à plusieurs fois pour atteindre la destination voulue en contournant vous-même les obstacles, ce qui multiplie le nombre de clics nécessaires et n'est vraiment pas pratique.

Test Archlord PC - Screenshot 92Un ennemi très étrange, sorte de cube de gelée verdâtre.

Comme dans Lineage 2, il faut signaler que la montée de niveaux dans Archlord est très lente et réclame que vous tuiez un nombre de monstres assez important. Certes, il y a bien des quêtes, mais leur simple résolution n'est pas suffisante à la progression de votre personnage, à l'inverse de titres comme World of Warcraft qui sont nettement mieux réglés de ce point de vue car ils ne réclament pratiquement pas de tuer sans que l'on ait une bonne raison de le faire. Ici, ce n'est pas le cas et on est donc contraint de faire du farming d'XP, une activité très peu intéressante surtout lorsqu'on doit reproduire l'opération à de nombreuses reprises. Concernant les quêtes dans Archlord, on est aussi très surpris par leur structure linéaire. A l'inverse de beaucoup de MMORPG qui nous inondent littéralement de missions, dans ce titre, il faut le plus souvent accomplir une quête pour débloquer la suivante et ainsi de suite. Ce côté linéaire ne nous donne pas l'occasion de faire des choix sur les objectifs que l'on veut remplir et ceux que l'on veut laisser de côté. D'ailleurs, si d'aventure vous choisissez de supprimer une quête dans votre journal et que vous retournez en ville, le PNJ concerné vous proposera à nouveau d'accomplir exactement la même mission. Vous n'en serez débarrassé et pourrez passer à la suivante que si vous la réussissez.

Test Archlord PC - Screenshot 93Cet adversaire a un look sympa.

Archlord permet aussi aux joueurs de s'affronter entre eux à tout moment (en dehors des villes). N'importe qui peut attaquer n'importe qui, cependant, si vous tuez un joueur ayant quatre niveaux de moins que vous, vous marquez des points de "vilènie", points qui, lorsqu'ils atteignent 40, vous donnent le titre de roublard avec certains inconvénients : échanges avec les autres joueurs désactivés, gardes qui vous attaquent... Tout cela fait que les affrontements ont lieu le plus souvent, et c'est tant mieux, entre des joueurs de niveaux équivalents. Il est cependant possible de faire disparaître les points de vilènie en collectionnant des parchemins de pardon. Il existe aussi des arènes PvP spéciales dans lesquelles vous pouvez entrer à partir du niveau 10 et où il n'y a pas de pénalité de vilènie. Le PvP atteint son paroxysme à haut niveau, dans les affrontements de masse entre guildes. Et c'est par le biais de ces combats qu'un joueur pourra devenir l'Archlord. En effet, la première guilde qui s'empare des trois archons (items que l'on récolte en s'emparant des trois forteresses du jeu) pourra désigner un de ses membres qui portera alors ce titre.

Test Archlord PC - Screenshot 94Le cycle jour/nuit est pris en charge.

Etre Archlord, c'est être le personnage le plus puissant du monde. Vous gagnez en effet le droit de chevaucher un dragon en lieu et place des montures classiques accessibles dès le niveau 35, d'invoquer des créatures spéciales et d'avoir un équipement très puissant. Encore mieux, vous pouvez faire changer les conditions météo et disposez d'un château personnel. Mais ce titre d'Archlord sera vraiment réservé à une élite et n'est donc pas à la portée de tous si bien que l'on peut se poser des questions quant à son intérêt réel dans le jeu pour le commun des mortels. Hormis la possibilité de devenir l'Archlord, l'autre originalité du jeu, c'est le système de crédits. Vous pouvez en effet acheter (en échange de monnaie réelle) des crédits qui vous permettront d'acquérir différents items qui pourront vous faciliter la vie. A l'heure où j'écris ces lignes, sachez que 4000 crédits coûtent 10 euros et que pour 600 crédits vous pouvez par exemple avoir un talisman qui booste de 20 pour cent pendant 14 jours l'expérience que vous gagnez en tuant des monstres. Bien évidemment, ces achats restent facultatifs et vous pouvez très bien ne rien dépenser une fois la boîte de jeu acquise. Pour terminer ce test, un dernier point doit être précisé : c'est l'état de la traduction française. Il faut en effet savoir qu'il reste quelques textes en anglais et que, plus grave, il manque des lettres à certains mots ce qui peut gêner la compréhension. Par exemple, le mot "quête" est affiché "quêe" puisque la lettre"t" a été oubliée. La finition est donc loin d'être parfaite, tout comme le reste du jeu d'ailleurs qui apparaît vraiment vieillot face à la concurrence.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site