Arcanum

né des volontés contraires des développeurs d'opter d'une part pour un monde typique d'heroïc-fantasy, et d'autre part pour un univers proche de notre Europe du début du 19ème siècle à l'aube de la révolution industrielle. Voici comment Arcanum est devenu le jeu des contraires, le théâtre des rivalités que se livrent continuellement les disciples des arcanes et les adeptes de la technologie. En découle un univers très riche où cohabitent des êtres de toutes sortes (humains, ogres, elfes, gnomes, etc...) qui se rangent chacun plus ou moins dans l'une ou l'autre des deux catégories.

C'est cette dualité qui confère au titre son ambiance si particulière et qui rend la progression dans le jeu aussi captivante. Une rivalité symbolisée en quelques images dès le lancement du jeu par un face-à-face entre un chevalier dans la plus noble tradition et un guerrier sournois qui met un terme à cette altercation d'un simple tir de mousquet.

Test Arcanum PC - Screenshot 14Même avec le système des waypoints vous devrez résoudre certaines rencontres.

Je ne dirais rien sur l'intro où l'horreur de la tragédie qui y est narrée s'efface sous le timbre mélancolique des violons et les sanglots d'un homme agonisant. Le vieillard vous remet alors une précieuse relique qu'il vous demande de remettre à un mystérieux jeune homme, puis il prononce des paroles bien étranges et s'éteint dans un dernier soupir. C'est là que commence pour vous une quête absolument immense qui vous transportera à travers une succession d'événements décisifs pour la destinée de ce monde, mais au cours de laquelle vous pourrez toujours agir à votre gré, en prenant vos propres décisions et en influant sur les événements selon vos convenances.

Test Arcanum PC - Screenshot 15Un chevalier qui ne renie pas les avantages de la technologie.

De tout cela dépendra l'alignement qui vous sera octroyé, ainsi que toute une série de caractéristiques qui s'assembleront pour vous donner une identité propre. Car non seulement votre façon d'agir et votre comportement envers les autres individus du monde d'Arcanum influeront de mille et une façons sur le déroulement de votre quête, mais il faut aussi préciser que le personnage créé par le joueur sera véritablement unique et ne pourra trouver son pareil chez aucun autre joueur. La volonté des développeurs était bien de faire en sorte qu'en fonction de toutes les actions et des choix qu'ils effectueront, deux personnages créés à l'identique au départ évoluent de façon différente par la suite pour devenir deux êtres totalement uniques ; et ils y sont parvenus.

Test Arcanum PC - Screenshot 16Une interface de jeu idéale.

Dès le départ, vous pourrez donc laisser libre cours à vos envies en venant en aide à un Virgile terrorisé par les événements, ou en le laissant seul face à son sort après lui avoir fait comprendre, en le blessant s'il le faut, que vous préférez poursuivre votre quête seul. Bien sûr, la progression immédiate (et à long terme d'ailleurs) s'en trouvera considérablement modifiée, vous mettant alors dans l'obligation d'assumer les conséquences de vos actes. Si la durée de vie d'Arcanum dépasse presque celle d'un Baldur's Gate, le fait de pouvoir recommencer le jeu de 36 façons différentes en découvrant à chaque fois de nouvelles choses confère au titre une longévité quasiment illimitée.

Test Arcanum PC - Screenshot 17Des environnements plutôt détaillés mais qui manquent de couleurs.

Arcanum propose un gameplay qui se rapproche bien évidemment de celui d'un Baldur's Gate 2 ou plutôt d'un Fallout puisque les développeurs ont déjà travaillé sur les premiers épisodes de la série Fallout. Trois niveaux de difficulté sont disponibles et le jeu autorise toutes sortes de paramètres pour rendre certains aspects du gameplay moins fastidieux et permettre à chacun d'y trouver son compte. On y trouve d'ailleurs la possibilité de choisir entre des combats en temps réel ou au tour par tour, ainsi qu'un système d'auto-progression activable pour ceux qui veulent se concentrer uniquement sur les combats. A noter que les personnages qui constitueront votre groupe agiront de leur propre chef et qu'il n'est possible de contrôler que le héros initial. Bien évidemment, les rencontres seront nombreuses et génèrent bien souvent une avalanche de mini-quêtes à compléter pour ceux qui souhaitent découvrir le jeu à 100ìe qui ne sera pas une mince affaire. Les rencontres bonnes ou mauvaises dépendront non seulement du jour ou de la nuit, mais elles trouveront également une issue plus ou moins favorable selon la façon dont vous menez les dialogues avec vos interlocuteurs. Ainsi, il sera possible d'arriver à un même but en agissant de façons très diverses, soit par la négociation, soit par la manière forte ou encore via des solutions plus sournoises.

Test Arcanum PC - Screenshot 18Mon pire cauchemar.

Bref, Arcanum constitue une véritable mine d'or pour les rôlistes, d'autant que le soft comporte dans sa version finale un mode multijoueur en réseau local ou sur internet, avec un éditeur de niveaux. J'émettrais un petit reproche tout de même concernant la réalisation pas très impressionnante du jeu par rapport à celle d'un Baldur's Gate 2 par exemple. Les couleurs sont assez ternes et les personnages ne sont pas vraiment à leur avantage. Une autre légère déception concerne la gestion des déplacements qui auraient été plus agréables si le défilement du scrolling avait été automatique. Malgré tout, le système des waypoints assure une progression facilitée pour des déplacements rapides et les diverses cartes permettent de s'y retrouver en quelques clics. Bref, que vous soyez ou non familiarisé avec ce type de jeux, Arcanum a toutes les chances de vous ensorceler par la richesse de son univers, à conditions toutefois de passer outre la réalisation un peu dépassée de ce titre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×