Aquatic Tycoon

Aquatic Tycoon

Les mauvaises ondes laissées par la preview d'Aquatic Tycoon du mois dernier se confirment aujourd'hui avec la version test bien peu convaincante. Tout le concept du jeu repose sur une idée certes peu originale, mais qui a déjà fait ses preuves : bâtir puis diriger une ville. L'originalité du jeu ne se trouve donc pas à ce niveau, mais bien plus bas puisqu'on se situe sous l'océan, une première pour un soft de ce type. Chouette, se dit-on, on va avoir droit à un lot conséquent de nouveautés qu'implique logiquement ce changement de cadre. Et bien pas forcément car c'est un jeu finalement très classique qui se dévoile ici. Les routes de Sim City sont ici transposées en couloirs pressurisés, les habitations deviennent des maisons bulles, les centrales, des réservoirs d'air et ainsi de suite. Ne soyons pas mauvaises langues non plus et précisons que plusieurs structures inédites font leur apparition comme nous le verrons un peu plus bas, mais rien en tout cas de foncièrement novateur. Rien qui nous fasse dire « Ah bein ouais, Aquatic Tycoon, c'est vachement plus intéressant que Sim Chose ! ».

Test Aquatic Tycoon PC - Screenshot 7Un bassin à tortues tout bête.

La construction d'une ville passe toujours par le même point de départ : le positionnement d'une base civile. Après, on place ses habitations, ses restaurants, ses couloirs pour relier tout ça et voilà. On peut ensuite placer des commerces, un hôpital, un terrain de sport et même un centre de remise en forme ou des aquariums géants contenant orcs, dauphins ou tortues. Le but étant d'attirer le plus de monde dans votre cité pour la faire tourner correctement, financièrement parlant. Pour ce faire, vous devrez aussi prendre en compte l'aspect écologique de la cité, en veillant à garder les eaux pures autour de vous. Des eaux propres attirent les poissons et les mammifères marins qui eux-mêmes drainent des habitants toujours émerveillés de vivre entourés d'une telle faune. Le principe de cause à effet s'applique aussi dans les liens qu'entretiennent tous les bâtiments entre eux. Par exemple : les boutiques ne fonctionneront pas s'il n'y a pas d'entrepôt à proximité.

Test Aquatic Tycoon PC - Screenshot 8Les structures sont reliées par des couloirs.

Tout cela aurait pu être très intéressant, mais il y a un problème : Aquatic Tycoon ne vous enseigne absolument rien sur la façon dont ses relations fonctionnent. A aucun moment, une aide n'apparaît pour vous dire que votre cité à un quelconque problème. Vous êtes ici livré à vous-même sans aucun conseil. Même les tutoriaux ne sont d'aucune utilité puisqu'ils se contentent de vous présenter très brièvement chaque aspect du jeu, sans jamais vous dire comment réaliser la moindre action. Pire : l'un des tutoriaux ne contient aucun texte et vous laisse seul à errer dans une cité sans aucune explication. Dans le jeu, c'est la même chose. Personne ne nous indique à quoi sert tel ou tel bâtiment, et on se retrouve à tester un peu n'importe quoi au petit bonheur la chance, aussi à l'aise qu'un poisson hors de l'eau !

Test Aquatic Tycoon PC - Screenshot 9Des restaurants pour faire manger la population.

C'est donc ça le problème de Aquatic Tycoon, le soft n'est absolument pas convivial, en dépit de son apparence toute guillerette et colorée. Les menus sont stylisés, les graphismes plutôt jolis, les musiques très dépaysantes, mais on n'est jamais sûr de ce qu'il faut ajouter pour faire prospérer sa cité. L'aspect financier est réduit à son plus strict minimum. A aucun moment, il est proposé d'intervenir sur le prix des restaurants, des commerces ou des divertissements installés dans la ville ! En tout cas, je n'ai pas trouvé comment faire, et ce n'est pas le mode d'emploi (arf ! une simple feuille dont la moitié concerne l'installation) qui a su me renseigner ! Donc voilà, il paraît qu'on peut faire plein de trucs chouettes avec Aquatic Tycoon ( s'occuper d'une section militaire, envoyer des gens en prison) mais je n'ai rien vu de tout cela. Alors je suis peut-être passé à côté d'une partie du titre, je le reconnais, mais je plaide non coupable. Lorsqu'on n'est pas capable d'accompagner les premiers pas d'un joueur dans un soft et qu'on le laisse se débrouiller tout seul, sans rien lui dire, au milieu de plein de boutons, c'est qu'il y a un problème de jouabilité. Un gros problème de jouabilité même.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site