Ankh : Le Tournoi des Dieux

Ankh : Le Tournoi des Dieux

Dans ce troisième volet, Assil et sa compagne Thara sont confrontés à un événement qui avait été annoncé dans les opus précédents : le fameux tournoi des dieux. Si Seth en sortait vainqueur, il sèmerait le chaos en Egypte où il règnerait par la terreur. Le seul capable de lutter contre Seth... est l'ankh lui-même. Enfin c'est ce qu'il prétend. Parce que oui, l'ankh parle maintenant. Et pas seulement à son porteur : Thara fait d'ailleurs régulièrement les frais de ses remarques caustiques. Au début de l'aventure, nos amis vont commencer par affronter une terrible épreuve : celle de l'incendie de la demeure dans laquelle ils coulaient jusque-là des jours heureux.

Test Ankh : Le Tournoi des Dieux PC - Screenshot 1Il est possible d'afficher les éléments interactifs du décor.

Si vous n'avez pas tout compris à l'évocation du scénario du jeu, c'est que vous êtes sans doute un nouveau-venu dans la série. Car il faut bien le dire : pour apprécier Ankh : Le Tournoi des Dieux, il vaut mieux avoir déjà goûté à ses prédécesseurs. On y rencontre des personnages connus, on y traverse quelques lieux familiers et le jeu fait souvent référence à des situations vécues par Assil et Thara dans les opus précédents. En même temps, le gameplay typiquement point'n click ne risque pas de dépayser les habitués des jeux d'aventure traditionnels. La seule réelle nouveauté est l'apparition d'une fonction désormais incontournable dans le genre : une simple pression sur une touche vous signale, sous la forme de points d'exclamation quelque peu disgracieux, les éléments interactifs du décor ; cela vous dispense des fastidieux balayages de l'écran à la souris. Dommage que certains objets ramassables aient été curieusement "oubliés", amenant parfois ce système d'aide à causer davantage de blocages qu'il n'en solutionne. Pour le reste, la jouabilité n'a pas bougé d'un iota ; l'interface demeure inchangée, avec une barre d'inventaire, située dans la partie supérieure de l'écran, qui permet d'utiliser les objets ramassés ou de les combiner.

Test Ankh : Le Tournoi des Dieux PC - Screenshot 2Certains environnements sont vraiment réussis...

On retrouve également dans Ankh : Le Tournoi des Dieux la possibilité de contrôler alternativement Assil et Thara, et à ce sujet-là, on constate avec plaisir que les capacités respectives de chacun sont mieux prises en compte. On regrette en revanche, comme c'était déjà le cas pour le second épisode, le côté tordu de certaines énigmes. Non qu'elles soient dénuées de toute logique, mais les actions requises pour les résoudre sont trop tirées par les cheveux. Il vous faudra, sans doute un peu trop souvent, essayer les combinaisons d'objets les plus farfelues possibles. Un bon point cependant : ces dernières donnent systématiquement lieu à un commentaire ironique de la part de Assil ou de Thara. On n'est jamais très loin d'un Monkey Island, sans toutefois que l'humour parvienne à égaler cet illustre modèle. D'ailleurs, il est possible de n'être pas client du tout de celui de Ankh 3 : privilégiant le premier degré et le comique de situation à base d'anachronismes, il tourne rapidement à vide pour finir par tomber à plat. Du coup, certains dialogues pourront paraître un tantinet longuets. Et dès lors, malgré un large choix de répliques possibles, on a tendance à aller droit au but sans épuiser ces dernières. Et ça, ce n'est pas bon signe.

Test Ankh : Le Tournoi des Dieux PC - Screenshot 3...mais contrastent avec la modélisation des personnages.

Sur le plan de la réalisation, le résultat est tout aussi mitigé. Deck 13 nous avait promis des personnages plus détaillés et plus finement modélisés : ce n'est pas vraiment le cas, et ce qui pouvait passer début 2006 devient plus difficilement excusable deux ans et demi plus tard, la 3D se révélant vieillotte et quasi-obsolète. L'animation, en particulier, pâtit cruellement du manque de polygones et on note même quelques bugs de collision occasionnels. L'aspect cartoon du rendu visuel et l'abus de HDR ne suffisent donc pas à masquer les faiblesses techniques de ce troisième épisode. Pourtant, le travail artistique réalisé sur les décors suffit parfois à nous combler la rétine, certains environnements se révélant tout simplement somptueux. Sur le plan sonore, le bilan est bien plus catastrophique. La musique ne se fait entendre qu'épisodiquement et les doublages sont d'une remarquable médiocrité. Du manque de conviction de l'interprète de Assil à l'accent allemand de la doubleuse de Thara, les voix en français sont un véritable obstacle à l'immersion, et constitueront même un aspect rhédibitoire pour certains joueurs plus exigeants. C'est d'autant plus dommage que la qualité du doublage était un des points forts des épisodes précédents.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×