American Conquest : Divided Nation

American Conquest : Divided Nation

Etroitement dérivé de Cossacks, American Conquest (paru en 2002) a su conquérir un noyau dur de fans qui le préfèrent à son illustre aîné de par son gameplay légèrement différent et surtout grâce à son contexte. Le jeu ne se déroule en effet pas en Europe, mais en Amérique en pleine guerre de Sécession. Dans Divided Nation, on a la possibilité de participer à quelques batailles célèbres du XIXème siècle et pas seulement à celles de la guerre de Sécession puisque deux autres conflits ont été inclus : la guerre d'Indépendance du Texas et la bataille de la Nouvelle-Orléans. On a droit à des missions reprenant des faits historiques comme les batailles de Gettysburg, Bull Run, Chickamauga ou encore les sièges de Petersburg et d'Alamo. C'est le principal point fort du jeu qui dispose vraiment de missions fort bien goupillées qui sauront convaincre les plus exigeants d'entre vous.

Test American Conquest : Divided Nation PC - Screenshot 44Attention, il se peut que des adversaires se cachent dans les bâtiments.

En revanche, côté gameplay, ne vous attendez pas à une révolution. Ceux qui ont joué aux précédents jeux de la série seront en terrain connu, mais les autres risquent d'être un peu déstabilisés car il n'y a aucun tutorial pour apprendre les bases. Si le côté gestion des unités, construction et récolte des ressources est relativement simple à appréhender dès que l'on s'est aperçu que les unités militaires se produisent en entraînant les ouvriers, les batailles réclament de véritables aptitudes de tacticien car elles font parfois entrer en jeu plusieurs milliers d'unités. Inutile de foncer dans le tas avec toute votre armée, car vous courez droit à l'échec. Dans Divided Nation, les formations et les stratégies de contournement prennent tout leur sens, encore plus que dans les précédents titres de la série. En effet, les barricades que l'on peut ériger et le pilonnage de l'artillerie adverse peuvent avoir des effets redoutables. Si vous attaquez frontalement, vous risquez bien de voir vos troupes décimées avant même qu'elles n'aient pu atteindre l'ennemi. Le mot d'ordre avant de lancer l'assaut est donc : or-ga-ni-sa-tion !

Test American Conquest : Divided Nation PC - Screenshot 45Ce bâteau sert au transport d'unités.

Côté contenu, le jeu est plutôt complet. Ce n'est pas moins d'une cinquantaine de maps que contiennent les campagnes solos. Vous pouvez prendre le contrôle de quatre camps : l'Union Nordiste, les Confédérés Sudistes, les troupes du Texas et les Mexicains. Une centaine d'unités inédites sont présentes et bénéficient des costumes d'époque. Un mode escarmouche est aussi de la fête. Il est possible d'y définir les paramètres de la partie en choisissant le type de carte, mais aussi les équipes. Pour ce qui est du multijoueur, il permet à six personnes de s'affronter en LAN ou sur internet. Dommage que le moteur graphique ne soit pas du même niveau. Il s'agit de celui qui a déjà été utilisé dans les précédents volets et il commence à prendre un sérieux coup de vieux, c'est le moins que l'on puisse dire. Certes, il est capable d'afficher des milliers d'unités à l'écran, mais les décors sont pauvres et l'eau est assez mal représentée lorsqu'on compare avec d'autres jeux de stratégie à la technologie plus récente.

Test American Conquest : Divided Nation PC - Screenshot 46Le second niveau de zoom ne permet pas de déplacer ses troupes avec précision.

Divided Nation n'est pas exempt de défauts sur le plan du gameplay au premier rang desquels on peut citer l'angle de vue. En effet, on a le choix entre deux niveaux de zoom, mais aucun ne donne entière satisfaction. Et ce pour une bonne et simple raison : le premier est trop proche de l'action, si bien qu'on ne peut pas avoir une vue globale de la situation, et le second est trop éloigné et ne permet pas de déplacer ses troupes avec précision. Un niveau de zoom intermédiaire n'aurait vraiment pas été superflu pour donner plus de confort au joueur. Autre problème, l'intelligence artificielle connaît quelques défaillances, surtout au niveau de la récolte des ressources en début de partie. J'en veux pour preuve des ouvriers qui, lorsqu'ils ont ramassé du bois et que l'entrepôt n'est pas encore construit, se figent et ne bougent plus même lorsque le bâtiment est enfin en place. Il faut donc leur donner l'ordre de ramasser à nouveau du bois pour qu'ils reprennent leur activité. Une lacune qui nous rappelle les vieux jeux de stratégie mais qui n'a plus lieu d'être en 2006. Si le gameplay (très old school) n'a pas de grosses incohérences, il souffre de petites pétouilles très irritantes à la longue. C'est d'autant plus dommage que par ailleurs le contenu de Divided Nations peut difficilement être pris en défaut et propose quelques missions passionnantes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site