Agatha Christie : Meurtre Au Soleil

Agatha Christie : Meurtre Au Soleil

Tout commençait pourtant bien pour le célèbre limier moustachu, bien décidé à s'offrir un peu de repos sur l'île des Contrebandiers, au large de l'Angleterre. Malheureusement, nous sommes en 1940, la Seconde Guerre mondiale fait donc rage et l'île a dû être en grande partie évacuée par crainte des bombardements allemands. Les rares personnes encore présentes sont pour la plupart des pensionnaires de l'hôtel du Pavillon Noir où séjourne Poirot. Comme souvent dans l'oeuvre de la romancière britannique, il semble y avoir des tensions entre eux... Issus de milieux très différents, certains se connaissent pourtant bien et sont liés par des relations d'amour, de haine ou de jalousie. La plupart se trouvent ici pour une raison bien précise, parfois peu avouable. Et bien sûr il va falloir mettre de l'ordre dans tout ça. Décidément, Hercule Poirot n'a pas de chance. Je parie que s'il allait se détendre avec une croisière sur le Nil il arriverait encore à se fourrer dans une sale histoire...

Test Agatha Christie : Meurtre au soleil PC - Screenshot 13On peut retourner à tout moment dans le bureau d'Hercule Poirot.

En fait, on n'incarne pas directement le détective. Si c'est bien son personnage qu'on dirige à l'écran, on se contente de reconstituer les faits dans la peau de son ami Arthur Hastings. Les deux hommes sont confortablement installés dans le bureau d'Hercule Poirot plusieurs mois après le déroulement des événements, et Hastings, donc le joueur, tente de résoudre à son tour l'enquête. Ce procédé narratif quelque peu alambiqué donne quelquefois lieu à des dialogues ou des situations assez comiques, comme lorsqu'on tente de faire faire à Poirot des choses auxquelles jamais il ne s'abaisserait dans la réalité. Ce système permet aussi l'implémentation d'un système d'aide cohérent : à tout moment on peut revenir dans le manoir londonien pour quémander un indice au grand enquêteur par le biais de son curieux "doigt de la suspicion", encore un mystère qu'il faudra résoudre d'ailleurs.

Test Agatha Christie : Meurtre au soleil PC - Screenshot 14L'hôtel du Pavillon Noir est le point central de l'île.

Car ce qui fait la force de cette aventure, c'est la multiplicité des intrigues. L'île a une riche histoire : dès l'époque romaine, un temple y a été élevé à la gloire de Bacchus. Puis ce sont des moines qui s'y sont installés quelques siècles plus tard, dans le noble but de distiller du cognac, boisson divine s'il en est. Ensuite, le fameux contrebandier Tom Cutter est venu à son tour sévir dans les parages, avant de mourir dans des circonstances troubles, chaque habitant ayant sa théorie sur sa disparition. Mais il n'a pas complètement disparu, son fantôme hantant encore l'auberge certaines nuits... Enfin, il aurait également enfoui un grand trésor selon la légende, ce qui attire toujours bien des convoitises. Ajoutons à cela les nombreux secrets des autres personnages, un rituel vaudou... Et on obtient un background riche, prétexte à de multiples enquêtes parallèles.

Test Agatha Christie : Meurtre au soleil PC - Screenshot 15Ce n'est pas très joli d'écouter aux portes, mais ça peut s'avérer bien utile.

En effet, à chacun des huit actes qui composent le scénario, le joueur va se voir confier plusieurs tâches qu'il peut mener dans l'ordre voulu. Cela semble parfois anecdotique, comme aider une jeune fille à construire un abri ou trouver des cadeaux de mariage pour un couple, mais Hercule Poirot est passé maître dans l'art de rendre de menus services pour obtenir en échange de précieuses confidences. En cela on retrouve bien le caractère du héros, et plus globalement l'atmosphère des romans d'Agatha Christie, bien retranscrite dans cette adaptation vidéoludique. Pour le reste, on a vraiment affaire à un jeu d'aventure des plus classiques niveau gameplay. Bien sûr, la dignité de notre protagoniste principal l'empêche de courir, mais un double-clic suffit heureusement pour passer d'un écran à l'autre, rendant les allées et venues moins fastidieuses. Car bien que les lieux accessibles s'étendent un peu au fil de la progression, on reste tout de même cantonné à l'hôtel et ses alentours, qu'il faut parcourir en long, en large et en travers plusieurs fois. Autre petit regret, le peu d'évolution technique depuis le précédent épisode de la série. Meurtre au soleil n'est pas foncièrement moche, mais il conserve les tares de ses aînés. Et ce n'est pas l'ambiance sonore, ou plutôt son absence, qui viendra redorer son blason. Si l'aventure reste agréable à parcourir, on ne peut donc pas dire que Meurtre au soleil est un titre transcendant qui restera dans les mémoires.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×