Advent Rising

Advent Rising

Advent Rising avait pour ambition d'être une monstrueuse trilogie de jeux de science fiction, au final, on se retrouve pour l'heure avec un premier volet qui n'atteint aucun de ses objectifs. Avant tout, le scénario ne parvient jamais à décoller. Mettant en scène l'arrivée de 2 races aliens dans la vie bien rodée de l'humanité, Advent Rising nous gave de poncifs autour d'une invasion apocalyptique face à laquelle l'humanité devra répondre en s'aliant à une autre race extraterrestre beaucoup plus sympathique, mais très laide. En dépit de quelques cinématiques grandiloquentes, on a toutes les difficultés à entrer dans une histoire qui sent trop le réchauffé. Quant aux personnages, leur charisme ne fera pas débat, il est inexistant. Quoi qu'il en soit, ce ne sera de toutes façons pas la première fois qu'un jeu d'action échouera dans l'exercice narratif, disons simplement qu'ici, c'est particulièrement regrettable, le montage d'un univers Sci-fi étant l'un des buts de Glyphx.

Test Advent Rising PC - Screenshot 44Giddeon peut utiliser deux armes différentes à la fois.

Malheureusement, le scénario n'est pas, loin de là, le plus gros défaut du titre. Advent Rising opte pour la formule classique du jeu de tir à la troisième personne mais souffre d'une prise en main calamiteuse. Giddeon (prononcez "guidéonne" pour bien profiter du potentiel comique) se promène généralement avec deux armes, une par main, à choisir parmi tout un arsenal d'ustensiles futuristes humains ou aliens. On aura tôt fait de comprendre que tout ce qu'on nous demande ici c'est de tirer sur tout ce qui a une peau écailleuse afin de leur montrer comme on est bien puni quand ne s'hydrate pas correctement. Seulement voilà, l'exercice est pénible, pas dur non, juste pénible. On se trouve souvent englué par une horde d'ennemis défouraillant dans tous les sens, ce qui nous permet de réaliser à quel point les déplacements et le tir sont piteux. Si ses mouvements sont vifs, les déplacements de Giddeon ont quelque chose d'affreusement mou. Non seulement il a la sale manie de remuer ses armes dans tous les sens pour frimer, mais en plus il n'est pas capable de se mouvoir correctement pendant qu'il fait feu, en particulier lorsqu'on a besoin de se retourner. De plus, le système d'esquive est inefficace, réduisant encore votre marge de manoeuvre. Tout cela se déroulant dans un level design parfois un peu obscur qu'on a du mal à cerner.

Test Advent Rising PC - Screenshot 45C'est définitif, ce vol plané dans l'espace est le meilleur moment du jeu.

En conséquence, les premiers combats que l'on mènera seront laborieux et lourds, mais un événement viendra bouleverser cette donne : l'acquisition de pouvoirs paranormaux. Qu'il s'amuse à faire léviter des objets ou à imiter Neo quand il se sert du Bullet Time, Giddeon gagne en tout cas avec ces aptitudes un avantage certain sur ses adversaires. A tel point que le jeu devient d'une facilité déconcertante. C'est fâcheux, car on tombe alors face à un sérieux problème d'équilibre entre une première moitié du jeu aux combats, pas insurmontables, mais parfois ardus, et une seconde moitié dans laquelle on a l'impression d'être Anakin Skywalker massacrant des Jedi de 6 ans. L'autre ennui avec ces super pouvoirs, c'est qu'ils vont nous obliger à utiliser le système de visée lamentable du soft, un lock qu'on avait pourtant réussi à oublier pendant les simples phases de tir. Si vous souhaitez utiliser la télékinésie, il vous faudra sélectionner votre cible en faisant monter ou descendre la molette de la souris, de façon à passer d'une cible à l'autre. C'est stupide, ça fonctionne mal et on se demande vraiment pourquoi avoir opté pour un tel système alors que Jedi Knight proposait déjà de faire la même chose il y a 10 ans, simplement en regardant un objet.

Test Advent Rising PC - Screenshot 46Les phases de conduites frisent le crime.

On a décidément bien du mal à trouver de bons points à Advent Rising, trop confus puis trop facile, peu maniable, il ne nous oppose de surcroît que des ennemis à l'I.A. franchement moyenne qui inondent l'écran jusqu'au dégoût. Le joueur se trouve noyé sous un déluge d'explosions, de couleurs et de bad guys. Alors, comme pour vous offrir un certain repos, Glyphx a jugé bon d'intégrer des passages en véhicules. Des moments qui nous poussent à nous demander s'il ne s'agit pas d'une mauvaise blague tant ils se montrent injouables. Contrôlant la direction à la souris, vous aurez la chance de comprendre ce qu'on appelle une physique ratée en pilotant des voitures qui volent et rebondissent dans tous les sens.

Sur le plan technique, qu'on ne s'attende pas à des miracles, le jeu est déjà sorti depuis belle lurette aux USA et il est le fruit d'un développement conjoint sur consoles. Le moteur est dépassé et le trait grossier choquera le joueur PC d'aujourd'hui. Pas mal de bugs polluent les environnements, avec une belle domination des bugs de collisions. Dans tout cela, on ira pourtant repêcher la bande-son, qui a véritablement de belles compositions à son actif, pas toutes, mais quelques-unes. C'est toujours ça de pris.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site