Abomination : The Nemesis Project

Abomination : The Nemesis Project

Ce schéma chaotique, avec l'extermination de l'homme pour toile de fond, a d'ailleurs suscité l'admiration de déséquilibrés. Ceux-ci ont même créé une nouvelle religion, le culte des fidèles, arguant que le brood est le seul salut possible pour l'humanité. Ces adorateurs sont une menace aussi pesante que le brood lui-même, car ils facilitent son expansion.

Les Etats-Unis, du nord au sud, d'est en ouest, ne sont plus qu'un vaste tableau gore, où la vie humaine à quasiment disparue. Tapis dans les bas fonds, cachés au coeur des villes, des américains tentent encore de survivre. Heureusement, ils ne sont pas les seuls rescapés car une force de rébellion s'est constituée, et sa motivation est inversement proportionnelle à son nombre ! Vous êtes à la tête d'une équipe de huit guerriers prêts à tout pour nettoyer la vermine qui hante le pays, et devrez réussir de très nombreuses missions afin d'atteindre cet objectif.

Test Abomination PC - Screenshot 1

Un écran de briefing avant chaque mission permet de faire le point sur ce qui est demandé et de vous préparer à investir le terrain. Du reste, cet écran est très pratique car il fonctionne un peu comme un navigateur internet. De nombreux textes situent le contexte, décrivent les points chauds, et clarifient l'objectif. Une fois que vous avez bien assimilé le sujet, il faut vous armer. A votre disposition, un arsenal offensif et défensif varié, et des objets de soins. Les armes sont assez classiques : du colt au fusil à pompe, en passant par le lance-flammes ou la sulfateuse façon Quake II, les plaisirs sont différents à chaque fois. A côté de ça, vous avez des gilets pare-balles, ou des flacons d'adrénaline pour votre survie... rien de bien innovant là encore. Vient maintenant le moment de choisir ses personnages, parmi les huit qui sont proposés. Il faut faire un tri, puisque vous ne pouvez en commander que quatre en même temps, ce qui n'est déjà pas mal, il est vrai. Evidemment, chacun possède ses atouts et ses inconvénients, ainsi que des facultés propres, comme les compétences spéciales (explosifs, boucliers, mimétisme etc.). Toutes ses préparations doivent être faites en fonction de votre "stratégie" d'attaque.

Les missions en elles-mêmes sont très nombreuses, et de types différents, on en dénombre pas moins de deux cents : éliminer des membres du culte des fidèles, retrouver et anéantir des containers du poison, protéger des civils etc. La tâche est longue et rude, et il faut être un minimum organisé pour pouvoir déjouer les nombreuses embuscades de la peste brood... L'aspect tactique n'est pas vraiment présent, contrairement à ce que prétendent les développeurs ; ici, c'est plutôt du "rentre dedans", un jeu d'action en temps réel pur et dur.

Test Abomination PC - Screenshot 2

Sur le terrain, l'interface est plutôt réussie. En cliquant sur un personnage, une petite fenêtre chargée d'icônes permet l'accès à l'inventaire, aux armes, aux ordres à donner ainsi qu'aux coups spéciaux. Il vous est possible de définir le comportement de chacun (agressif, attentiste), son style de tir (longue portée, courte portée) et ses mouvements (accroupit, couché, débout). La gestion de l'équipe fait un peu penser à Shadow Company, d'ailleurs. Par contre, le répondant des guerriers n'est pas exemplaire, et leurs possibilités de déplacement sur la carte sont trop imprécises et même parfois confuses. Des défauts d'animation sont présents dès que les bonshommes doivent effectuer des actions un peu plus compliquées comme... monter aux escaliers ! :o) De plus, vos personnages se gênent entre eux comme des nulos, si bien qu'il ont parfois tendance à faire le grand tour pour aller à un endroit alors qu'il suffisait de bouger de deux centimètres...

Test Abomination PC - Screenshot 3

Dans les moments d'action contre des ennemis, ils font quand même preuve d'un certain professionnalisme, avec des postures réalistes, des esquives, et des exclamations plutôt sympa, comme : "Tu vas morfler !" ou "Viens voir papa !" :). A la longue, c'est répétitif, mais on s'y fait de toute façon. Le terrain de combat est souvent citadin, la plupart du temps apocalyptique et gluant. Des voitures retournées, des maisons abandonnées, des plates-formes etc. on peut jouer à cache-cache comme à l'école primaire ! :) Malheureusement, ces décors ne sont vraiment pas terribles, ils ne sont plus d'actualité. On fait ici un bond de quelques années en arrière, et il y a une sorte d'impression qui me fait penser aux jeux que l'on trouvait sur ces bons vieux Amigas... Au contraire, l'ambiance sonore est exceptionnelle ! Les musiques sont parmi les meilleures qu'il m'ait été donné d'entendre récemment, et l'atmosphère des combats est bonne, grâce à des bruitages réussis.

Au final, Abomination, qui ressemble sous certains aspects à Fire Team, ne fait pas meilleure impression que ce dernier, lui même déjà très moyen. Les développeurs de Hot House n'ont pas pondu là un chef-d'oeuvre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site